Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 10:36

Ce soir, je suis l’invité du dîner-débat de l’association Parole citoyenne, à la MEP de Lille, et je planche sur le thème : « Crises, dettes et banques : le citoyen est-il pris dans une tempête ? ».

Le sujet est lourd car les problématiques embrassées sont complexes et mon objectif, pour les deux heures de mon intervention et du débat qui s’en suit, est de permettre à mon auditoire de disposer des clés de lecture des grandes évolutions économiques de ces dernières années, et des questions-clés qui se posent en ce début 2012, en France et dans le monde.

S’agissant des crises, nous sommes passés d’une crise à l’autre. D’abord ce fut celle née aux Etats-Unis dans la période 2006-2007, qui s’est propagée au système bancaire mondial par la diffusion des actifs dérivés des subprimes. Ensuite, autre crise, celle des dettes publiques, avec un épicentre en Europe à cause des doutes nés sur la soutenabilité de celle de la Grèce, puis de l’Irlande et du Portugal.

La dérive des dettes souveraines est en effet préoccupante. En Europe, les Etats les moins endettés sont au Nord, les plus endettés au Sud. La Grèce est à 142,8 % du PIB en 2010, l’Italie à

119 %, l’Allemagne à 83,2 %, la France à 82,3 %… et l’Estonie à 6,6 % ! L’analyse de la dette publique française, en véritable explosion (+ 4,7 % par an, par rapport au PIB depuis 2007 ; du jamais vu depuis 30 ans !), est malheureusement significative car loin de se réduire, elle va mécaniquement continuer à s’alourdir et, à défaut d’une vraie reprise de la croissance économique, devenir étouffante pour toute marge de manœuvre budgétaire. Il y a risque majeur de surendettement durable ! Avec, en 2012, un besoin annuel de financement de l’Etat sur les marchés de 184,1 Mds € (je rappelle que le total de l’impôt sur le revenu perçu en France est de 58,4 Mds € !).

Pour couvrir leurs besoins de financement, les Etats européens de la zone euro devront, globalement, lever 810 Mds € auprès des investisseurs (notamment étrangers).

Malheureusement, alors qu’il leur faut financer l’économie et la dette publique, les banques sont sous contraintes, par manque de liquidités (repli des investisseurs en dollars) et du fait des nouvelles contraintes prudentielles (Bâle III, qui les contraint à augmenter leurs fonds propres). De fait, si, avec ses décisions de novembre et février, la Banque centrale européenne aura injecté à bon prix (1 %), près de 1 000 Mds € de liquidités supplémentaires, des risques subsistent de voir les banques réduire certains financements.

Au total, si des incendies ont été éteints dans la zone euro, donnant un sentiment d’apaisement, des questions de fond demeurent en ce début 2012 : la gouvernance de la zone euro ; la stimulation indispensable de la croissance (comment faire si, plan après plan, l’austérité s’ajoute à l’austérité) ; et surtout les deux très lourdes inconnues mondiales : l’énorme dette américaine (15 000 Mds $ fin 2011), en plein dérapage, et la plus énorme encore dette publique japonaise (204 % du PIB) qui, si elle devait connaître un défaut de paiement, signerait immédiatement un arrêt de mort clinique du système financier mondial…

Pour voir le support de mon intervention, Exposé crise Parole citoyennecliquer ici.

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 09:46

db-m62012.jpg

La Fête de la Rose, traditionnelle en ce mois de mars à Wattrelos, est un temps majeur de l’actualité politique du printemps, comme à l’accoutumée. A à peine 4 semaines du premier tour, sa présence est encore plus marquante dans le calendrier politique.

banquet3-2012.jpgdb-m22012.jpg

Et la section de Wattrelos, conduite par son premier secrétaire, Jean-Marc Bouchez, a eu la chance d’accueillir, pour la plus grande fierté de ses plusieurs centaines de convives, militants et sympathisants, l’homme-clé du dispositif présidentiel de François Hollande, son directeur de campagne, Pierre Moscovici. db-m12012-copie-1.jpg

Je l’accueille avec de nombreux amis, le député Bernard Derosier, ma suppléante Francine Langevin, mes copains Benjamin Saint-Huile, maire de Jeumont, et Wulfran Despicht, vice-président du Conseil régional, le maire de Roubaix Pierre Dubois, les conseillers généraux Mehdi Massrour et Renaud Tardy, et même le premier secrétaire de la fédération du parti socialiste, Gilles Pargneaux.

A l’occasion du centenaire de la gestion socialiste à Wattrelos, je l’ai rappelé : avec une municipalité de gauche, nous faisons beaucoup. C’est un socle dur pour la vie sociale de nos quartiers. Mais nous avons besoin d’être aidés, accompagnés. Et dans la France de Nicolas Sarkozy, nous ne le sommes pas ! Au contraire…

Voilà pourquoi, je le dis avec force, j’en ai assez des suppressions de postes dans les écoles, dans nos collèges et nos lycées. Si cela continue, ce sera peut-être une école, un collège ou un lycée qui fermera.

J’en ai assez des baisses de moyens pour nos hôpitaux et nos maisons de retraite. Les personnels n’en peuvent plus, les patients sont parfois mal traités. Si cela continue, c’est l’existence même de l’hôpital qui sera mise en cause.

db-m52012.jpgdb-m42102.jpg

J’en ai assez des baisses de moyens pour le logement des HLM, pour la police, pour nos collectivités : résultat, on ne construit pas, on ne rénove pas assez de logements, on ne voit plus de policiers, et les communes comme Wattrelos n’arrêtent pas de devoir se battre pour sauver les services rendus à la population ! J’en ai assez de Nicolas Sarkozy et de son équipe.

Cela ne peut pas durer. On ne peut plus continuer comme cela. Il faut que cela change, que cela change clairement et vite. Et ce changement porte un nom : François Hollande.

Mais si on veut le changement, si on veut être efficace, si on veut ne pas prendre de risques, si on veut créer une dynamique pour gagner le 6 mai, dès le 22 avril, comme le souligne avec force Pierre Moscovici, votons François Hollande !

Et pour ma part, je tiens à dire qu’au lieu de nous poser la question de savoir qui est le meilleur député pour soutenir demain François Hollande, n’oublions pas qu’il y a un préalable incontournable, qui doit tous nous mobiliser aujourd’hui : faisons élire François Hollande !

Le changement, cela dépend de nous. C’est ce qu’est venu nous dire Pierre Moscovici.

Pierre est mon ami, mon copain. J’ai été son adjoint au commissariat au Plan, sa plume parfois, un ami fidèle toujours ! Si François Hollande gagne l’élection présidentielle, il sera l’un des principaux dirigeants de la France, et il est de fait l’une des trois ou quatre grandes personnalités possibles pour devenir Premier Ministre !

C’est dire si, par sa venue et par son discours mobilisateur, il aura su, pour les semaines qui viennent, encourager les socialistes de Wattrelos comme moi-même. banquet2-2012.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 09:06

La Fête de la Rose de Wattrelos est l’occasion, cette année, d’un anniversaire hors du commun. Si 2012 est une année électorale, 1912 l’était aussi. Et c’est en 1912 que, pour la première fois, les socialistes wattrelosiens gagnent les élections municipales et élisent un maire socialiste, Henri Briffaut, avec plus de 50 % des suffrages. Il le restera jusqu’en 1938, et sera élu député en 1924.

Il est entré au conseil municipal en 1896, 4 ans après le premier élu socialiste de Wattrelos, Florimond Lecomte (élu en 1892), lequel fut son 1er adjoint pendant 28 ans !

Au moment où Henri Briffaut est élu, la situation de Wattrelos est catastrophique.

Des journaux pointent 27 000 Wattrelosiens sans hygiène : pas d’éclairage dans les quartiers, chemins boueux, ordures à même le sol sont le quotidien. A cette époque, la mairie n’a à dépenser que 7,75 francs / habitant. La population, de moins en moins agricole, de plus en plus ouvrière, est affamée, et manifeste à plusieurs reprises contre le coût de la vie et pour des salaires décents.

Toute cette époque fut celle des rapports de forces avec le patronat textile, des grandes grèves de 1921, 1930, 1931. Si Henri Briffaut parlait de Wattrelos comme d’une « ville martyre », avec son équipe, il aura transformé profondément la ville : dans l’assainissement (fossés) ; l’installation de l’eau potable ; l’extension du gaz et de l’électricité ; la voirie et les trottoirs ; l’éducation (il aura construit 10 écoles et créé des cantines).

Depuis, avec Florimond Lecomte, Albert D'Hondt, Jean Delvainquière, Alain Faugaret, et moi-même, avec les hommes et les femmes, pour beaucoup bien sûr socialistes, mais aussi démocrates, hommes et femmes de progrès, c’est la même histoire qui se prolonge.

Celle d’une ville qui veut offrir à sa population les meilleurs services collectifs.

Depuis 12 ans, avec les équipes que j’ai conduites, et celle qu’avec fierté je mène encore, nous avons été confrontés à un nouveau et terrible défi : l’effondrement de notre économie locale, de nos usines textiles. Il y a 100 ans, Henri Briffaut a lancé le développement de notre ville. Depuis 12 ans, nous avons fait face à la crise, engagé un nouveau développement de Wattrelos. Nous aussi nous sommes allés chercher des moyens pour que notre ville ne s’effondre pas, pour que notre population puisse continuer de vivre dans de bonnes conditions, pour que nos enfants puissent avoir les meilleures chances possibles.

Ce furent :

des parcs d’activités qui ont été ouverts, où des entreprises s’installent, avec leurs emplois ;

un quartier de Beaulieu complètement refait ;

des écoles reconstruites, modernisées et équipées ;

des crèches améliorées, des foyers-logement confortés ;

des grandes voiries ouvertes, refaites ou créées ;

des fêtes, de la culture, du sport, des loisirs, une restauration scolaire de qualité, et tant d’autres projets devenus réalité pour les Wattrelosiens.

La fierté des socialistes, ceux d’hier comme d’aujourd’hui, c’est de gérer, avec énergie, de toutes nos forces et de tout notre cœur cette ville que nous aimons.

Cette ville que, comme mon lointain prédécesseur, j’aime de tout mon cœur : Wattrelos !

En cent ans, d’un maire (moustachu) à un autre (qui l’est également), la ville a bel et bien changé !  henri-briffaut.jpgDB12.jpg

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 10:24

Echange-Kothen-2012.JPGC'est tout un symbole, un double symbole d'ailleurs.
Ce matin, le soleil brille sur l'échange scolaire entre la cité Zola et le Ludwigsgymnasium de Köthen, l'une de nos deux villes jumelles allemandes, plus particulièrement dans la salle des mariages qui sert de cadre à la traditionnelle réception officielle à l'Hôtel de ville.

Le deuxième symbole, précisément, c'est celui-là : le mariage. Certes, il ne saurait être question d'union au sens où on l'entend habituellement dans cette salle entre nos deux communes, mais plutôt de la solidité des liens qui unissent ceux qui souhaitent s'engager ensemble.

Echange-Kothen-2012_2.JPGC'est le cas depuis de nombreuses années pour Köthen et Wattrelos, deux villes au profil social, culturel et économique semblables, aux modes de vies et à l'histoire communale si proches. Le jumelage qui nous unit est notre manière commune de plaider pour l'Europe : l'Europe des jeunes, des gens, du concret. Et à titre personnel, je dois dire que je me sens proche du bourgmestre de Köthen, Kurt-Jurgen Zander : nous sommes de la même génération, arrivés au responsabilités au même moment. Et je n'oublie pas, non plus, que lors de la cérémonie des vœux à Köthen, où je m'étais rendu en début d'année en compagnie de mon adjointe aux relations internationales Juliette Keraudy, Kurt avait dit son émotion, et celle de toute la Ville de Köthen, lorsqu'en fin d'année, des étudiants chinois avaient été victimes d'agressions xénophobe : dans la France de ces derniers jours, comment ne pas voir que les mêmes combats sont à mener ?

J'attache donc grand prix, au nom de la Municipalité, aux relations que nos jeunes peuvent nouer avec ceux de nos villes jumelées, notamment ceux de Zola (dont je fus élève en mon temps, même si je n'ai pas eu la chance d'apprendre l'allemand). Pour autant, je tiens à ce que l'on continue de l'enseigner et que des élèves aient envie de l'apprendre car la relation entre la France et l'Allemagne est essentielle pour l'Europe pour pouvoir construire un avenir meilleur.

Ce matin, il me revient donc d'encourager ces bonnes relations, de remercier les familles d'accueil wattrelosiennes qui ouvriront, une semaine durant, leur porte et leur vie à un nouveau membre, mais aussi les professeurs de Zola qui seront mis à contribution pour faire découvrir à nos hôtes notre patrimoine communal (musée, jeu de bourle), les villes environnantes (Lille, Gand) et les emmèneront dans ce temple de la démocratie française qu'est l'Assemblée nationale jeudi prochain.

Bon séjour à eux ; le second volet de cet échange est prévu du 11 au 18 avril à Köthen.

Echange-Kothen-2012_3.JPG

 

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 10:52

Signature-convention-BEI.jpgA la communauté urbaine, dans le pôle écologie urbaine que coiffe mon collègue et ami 1er vice-président, Damien Castelain, on trouve tout ce qui concerne le traitement des résidus urbains (déchets ménagers) ou l’assainissement.

Dans ce dernier secteur, Lille Métropole conduit des projets ambitieux, à commencer sur l’année 2012, par la nouvelle et indispensable station d’épuration de Marquette. C’est lourd financièrement, car cette STEP coûtera 140 millions d’euros. Il nous faut donc trouver des financements adaptés, d’autant plus que le système bancaire classique est très frileux pour prêter actuellement aux collectivités locales.

C’est le sens de la convention de financement pluriannuelle que la présidente de LMCU a signé ce midi avec Philippe de Fontaine Vive Curtaz, vice-président de la Banque européenne d’investissement au siège de la communauté (entre la réunion du bureau de ce matin et celle du conseil de l’après-midi).

Philippe est un copain, un de mes camarades de promo à Sciences-Po. Il a été chef de service à la Direction du Trésor, et depuis plusieurs années nous nous côtoyons dans nos horizons professionnels respectifs. Il y a trois ou quatre ans, nous étions convenus que cela serait bien que la BEI contribue à épauler les ambitions de la communauté. Sauf que la BEI n’intervient que sur des tickets d’entrée de plusieurs dizaines de millions d’euros et sur des projets qui impactent l’environnement.

Là, nous en avons trouvé l’opportunité. D’abord avec le financement du programme d’assainissement mais aussi, demain, dans le domaine des transports puisqu’avec l’amélioration de l’offre des transports sur le territoire métropolitain (rames de métro, plan bus, lianes, tram-train) ce seront plusieurs centaines de millions d’euros qu’il faudra lever dans les prochaines années : nous en discuterons bientôt.

Mais aujourd’hui, nous officialisons une première tranche du prêt de 40 M€ pour la première phase de construction de la station d’épuration : celle-ci sera d’une capacité de 620 000 équivalents habitants et assurera le traitement de l’azote et du phosphore conformément aux prescriptions européennes.

L’intérêt de passer par la BEI est de disposer d’un prêt : de longue durée (25 ans au lieu de 15 ans) ; peu coûteux (Euribor 3 mois + 131 points de base, c’est à dire un taux de 4 % actuellement au lieu de 5,70 % pour un prêt bancaire classique, ce qui fera économiser 8,2 millions d’euros d’intérêts sur la durée du prêt !).

La conséquence indirecte et non négligeable est que si la station, grâce à un prêt moins cher, amène à payer moins d’intérêts, cela aura évidemment une influence favorable sur le prix de l’eau pour l’usager. Une bonne nouvelle donc…

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 17:04

chartre-arbre3.jpgchartre-arbre2.jpg

Ce matin, les symboles s'accumulent en ce jour de printemps. Dans le cadre du contrat de territoire LMCU du territoire roubaisien, les maires de notre territoire (8 communes autour de Roubaix) se retrouvent à Roubaix, autour de Pierre Dubois, pour signer la... charte de l'arbre ! Et ce premier clin d'oeil amusé se double de l'observation que je ne manque pas de faire à celui qui, dans quelques jours, deviendra maire, que la signature a lieu à l'Hôtel de ville dans la salle... Pierre de Roubaix !

Cette charte de l'arbre, que je signe donc accompagné de mon adjoint aux espaces verts Daniel Lefevre, se compose de 7 articles et de quelques thématiques fortes : « L'arbre, un être fragile », « L'arbre, un être vivant », « Une richesse collective »...chartre-arbre4.jpg Les articles disent en substance que les maires de villes concernées (Wattrelos, Roubaix, Croix, Hem, Lannoy, Lys, Leers, Toufflers et Wasquehal) s'engagent, en collaboration avec LMCU et bien d'autres partenaires, à reconnaître l'arbre comme un patrimoine de grande valeur et à conforter sa place dans la cité, à concilier le développement de l'arbre avec les activités humaines, à concevoir une politique de plantations ambitieuse, à encourager la taille douce (et non radicale) et le respect des arbres, mais aussi à missionner des professionnels qualifiés pour l'entretien spécifique.

Charte-arbre_3.jpgEt parce qu'il n'y a rien de tel que de joindre le geste à la parole, je prends, comme mes collègues, le louchet pour planter un arbre au parc de Barbieux, auquel j'accroche symboliquement une étiquette estampillée Wattrelos ! Moi qui suis, tel Idéfix, terriblement contrarié lorsque l'on abat un arbre, pensez si ce matin je me retrouve dans cette démarche ! chartre-arbre1.jpg

 

 

Tous mes collaborateurs le savent : il n'est pas facile de me demander d'abattre des arbres et si, parfois, j'ai dû m'y résoudre pour des raisons de sécurité (maladie de l'arbre, menaces d'ordre public) ou d'aménagement, j'ai toujours exigé qu'on en replante ! Il est vrai que, dans une ville comme Wattrelos, les places de l'espace vert et de l'arbre sont essentielles (270 hectares, soit 20 % de notre superficie).
Parmi les plus récents projets, j'ai personnellement plaidé pour que l'arbre – celui qui, ne l'oublions pas, produit l'oxygène de la vie – ait une place importante. A Beaulieu, dans le programme de rénovation urbaine, si environ 200 arbres ont été détruits par les travaux, 490 ont été et seront plantés (pins noirs, érables, platanes, tilleuls...). Sur le boulevard André-Cambray, récemment ouvert à la circulation, 190 arbres ont été plantés.

Wattrelos a bien toute sa place dans cette charte de l'arbre !

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 16:38

juni2012-1.jpgNos écoliers wattrelosiens ont l'habitude de fréquenter la salle Salengro que la police municipale transforme régulièrement en piste de junicode – l'une des nombreuses actions que nous menons en matière de sécurité, notamment de prévention.

Cette politique volontariste, je l'ai voulue en devenant maire et en rédigeant le contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance en 2001, signé par Marylise Lebranchu, alors Garde des Sceaux, à Wattrelos. Celui-ci prévoyait un accompagnement, par des effectifs de police municipale que je m'engageais à étoffer, des efforts menés par la police nationale sur le territoire de la ville.
Ce contrat, l'Etat ne l'a pas respecté. Par la force des choses : alors que la police municipale passait de 9 agents à 26 aujourd'hui, les effectifs de police nationale fondaient douloureusement, de sorte que la police municipale, pour bien des missions, doit maintenant se substituer à la nationale, contrainte de faire ce qu'elle peut avec les moyens qui lui restent !

Parmi ses missions, la police municipale de Wattrelos a donc développé, au fil des années, une compétence particulière pour la prévention routière (notamment Virginie Dussart, intervenante spécialisée), intervenant dans les écoles pour sensibiliser aux dangers de la route. Une action reconnue à l'échelon départemental puisque Wattrelos a reçu il y a un an l'écharpe d'or de la prévention routière ! juni2012-2.jpg

Eh bien, c'est précisément cette distinction qui a incité l'Etat (représenté par le directeur de cabinet du préfet) et l'association Prévention MAIF (représentée par Géry Bogaert) à lancer à Wattrelos une plaquette de l'APER (attestation de première éducation à la route) destinée à être distribuée dans toutes les écoles du département. Un belle reconnaissance pour Wattrelos, et un beau symbole, avec ces enfants de l'école Jean-Jaurès toute proche qui tournent justement au même moment sur la piste de junicode montée à Salengro durant toute la matinée par mes policiers municipaux et mes éducateurs sportifs, présents cet après-midi pour guider les enfants et les conseiller, sous l'oeil vigilant de l'inspecteur de circonscription, Jean-Pierre Mollière, fidèle partenaire de l'Education nationale.

Je suis pour ma part très fier du travail que nous accomplissons à destination de nos enfants. Aujourd'hui, ils sont piétons, cyclistes ; demain, il conduiront un engin à moteur, scooter et voiture. Les réflexes acquis aujourd'hui seront des garanties supplémentaires pour leur sécurité et celle des autres. Si, par notre action municipale, nous devions éviter ne serait-ce qu'un seul accident, une seule victime, elle mériterait d'être menée. Mais je pense – j'espère – que ce sera en réalité beaucoup plus et qu'il s'agit donc d'un projet aussi utile que nécessaire.

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 14:43

50eme1962-1.jpgIl y a cinquante ans, le 18 mars 1962, les accords d’Evian mettaient fin à la guerre d’Algérie (on ne l’appelait pas comme cela à cette époque : ce n’est qu’en 1999 qu’une loi, que j’ai votée, lui donna ce nom), et à une période de colonisation française de 132 ans. Car si c’est en juin 1830 que l’armée française débarqua en Algérie, par la constitution de 1848, l’Algérie devint partie intégrante de la France (jusqu’en 1962 donc !).

Chacun sait les inégalités de peuplement de l’Algérie au lendemain de la seconde guerre mondiale, et les fortes inégalités sociales séparant les deux communautés. C’est un processus conflictuel qui a crû en intensité, huit longues années durant, après la Toussaint rouge d’octobre 1954, avec l’engagement du contingent en 1956 (400 000 hommes alors engagés en Algérie), la chute de la IVe République et le retour au pouvoir du Général de Gaulle en mai 1958, son « Je vous ai compris ! » à Alger le 4 juin 1958, le putsch des généraux le 22 avril 1961. Les pourparlers d’Evian s’étaient engagés le 18 mai 1961, et toute l’année sera marquée de fortes tensions, avec parallèlement au conflit, les actions violentes d’un nouveau mouvement clandestin : l’Organisation de l’armée secrète (OAS). 50eme1962-2.jpg

C’est dire si le 19 mars 1962 aura marqué, avec l’annonce du cessez-le-feu, un soulagement pour bien des militaires engagés, leur famille en métropole, alors que, pour beaucoup de familles de colons sur place et pour les harkis, l’incertitude ou l’inquiétude légitime prévalait. Il n’en est pas moins vrai que le 19 mars aura été une étape historique majeure, puisque partie intégrante d’un processus institutionnel qui conduira 90,7 % des électeurs de métropole à approuver massivement par référendum ces accords d’Evian le 8 avril 1962, et ce faisant, l’Algérie à devenir indépendante.

Le 19 mars est donc bien une date de notre histoire, fut-ce d’une histoire récente, mais paradoxalement encore très peu connue des jeunes générations qui ne l’examinent dans leurs études que bien tardivement et parfois très sommairement.

Voilà pourquoi à Wattrelos on se souvient ; voilà pourquoi, ce soir, élus, représentants des sociétés patriotiques, notamment de la FNACA, nous nous retrouvons aux cimetières du Crétinier et du centre pour rendre hommage aux disparus, aux blessés et aux blessures, et pour le devoir de mémoire.

Pour lire mon intervention au cimetière du centre, Commémoration du 50ème anniversaire du cessez le feu en acliquez ici.

 

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 14:16

Hier, vendredi, il y eut beaucoup de paroles car j’eus plusieurs discours à prononcer. Mais ce samedi, après ma traditionnelle permanence parlementaire en mairie de Croix, sera une journée essentiellement en… musiques ! Histoire d’équilibrer les deux jours ?

Accordeon-club-Croix.jpgAinsi, cet après-midi, c’est à Croix, à la salle Dedecker, que l’Accordéon club de Croix fête ses 20 ans dans un concert haut en couleurs puisqu’il réunit aussi la Musique municipale de Croix et l’Allegretto club. C’est aux côtés de Francine, ma députée suppléante, que je déguste la prestation de la Musique municipale qui s’attaque pour débuter à des morceaux complexes et met en émoi la salle ensuite avec un superbe arrangement des musiques de films de James Bond 007 (avec un thème récurrent : Goldfinger). Bien sûr, impossible qu'il n'y ait pas d’accordéon ! Annette jouera ainsi un morceau d’Astor Piazzolla, avant que Jean-Pierre Decruyenaere, fondateur de l’Accordéon club ne le rejoigne pour jouer, avec toute la Musique, un Paris musette bien sympathique.

Ce sera ensuite une visite dans la Douce France, chère à Charles Trenet (et à notre cœur de Français !), avant que nous déambulions avec Joe Dassin aux Champs-Elysées. Tout cela se concluant, toujours sous la direction de Céline Livoye, par un Happy birthday en musique très applaudi.

Début de soirée, changement de décor, chez mes amis des Gilles et marins de Wattrelos. Ils ont investi la salle Salengro pour leur banquet, placé sous le double parrainage du far et middle west (car non seulement de belles voitures américaines - waow, la chevrolet ! – ont été installées dans la salle, mais il y a aussi dégustation d’hamburger-frites sur fond de danse country !) et de la ronde traditionnelle des gilles en costumes. L’ambiance est lancée très vite, et la bonne humeur ne devrait pas faiblir de toute la soirée.

Gilles.jpgDanse-country-et-Gilles.jpg

 

 

 

  

 

 

De l’ambiance, il y en a aussi au centre socio-éducatif où l’Union municipale de Wattrelos fête la Saint-Patrick !Union-musicale-St-Patrick.jpg Sous la baguette de Gwenaël Catteloin, elle interprète successivement The lord of the dance, puis The war of the celts, et l’inoubliable An irish party in 3rd classe, associé dorénavant au célèbre film Titanic !L’Union musicale laisse ensuite la place, en seconde partie, à un groupe de jeunes Parisiens, Owen’s friends, qui ne tardent pas à entraîner dans des rondes irlandaises une large partie du public (la salle du CSE était bondée), qui s’est d’évidence très, très amusée de ces danses folkloriques dont le rythme est communicatif et transporte vers la bonne humeur.

 st-pat1.jpgst-pat2.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 11:39

soraya32.jpgQuand la République décide de mettre à l’honneur une de mes collaboratrices, c’est évidemment toute une équipe qui en est heureuse, et moi le premier, surtout lorsqu’elle me fait le grand plaisir d’être celui à qui revient la mission « au nom du Président de la République » de l’épingler !

Enfant de 1968, Soraya Fahem aura été élevée ce soir, au rang de chevalier de l’ordre national du Mérite. Une surprise pour elle, lorsque le Journal Officiel est paru : cela fait toujours une forte émotion quand on y voit ainsi son nom inscrit, a fortiori lorsqu'elle a su que c'était le préfet lui-même qui avait engagé les démarches ! Je crois bien que cette femme de cœur, très sensible, a brai comme on dit à Wattrelos.

Pourtant, elle ne manque pas de mérites.

D’abord parce qu’elle est une femme de compétences, l’une des meilleures de l’agglomération – et ni Jean-Pierre Balduyck, ni Michel-François Delannoy, ni l’ANPE, ses anciens patrons, ni moi-même ne pensons autre chose – sur les questions d’emploi. Cadre de direction à l’ANPE après la fin de ses études, détachée très vite dans des structures intercommunales où elle pratique à haut niveau partenariat et montage de projets avec grands élus, syndicalistes et chefs d’entreprise, elle sait dénouer le maquis procédural et relationnel complexe, malheureusement si fréquent pour les instruments des politiques de l'emploi.

En 2001, jeune maire, je veux que les demandeurs d'emploi wattrelosiens soient mieux écoutés, aidés, accompagnés vers un retour à l'emploi, et je constate que négocier avec les entreprises, placer les CV, rechercher des formations adaptées, recruter les contrats aidés est une tâche lourde pour laquelle j'ai besoin de quelqu'un de compétent, solide et connue des services de l'emploi et des entreprises. Ce sera Soraya, qui arrive à mes côtés en novembre 2001. Elle y est toujours, et depuis plus de dix ans, des emplois, elle en a trouvé, elle en a fourni, même si cette tâche n'est malheureusement jamais terminée.

Mais Soraya, c'est aussi une réussite de l'intégration républicaine. Son père, arrivé sans le sou dans les années 50 de son Algérie natale, aura su à force de courage et de travail fonder une famille, tenir commerce, élever ses 6 enfants, leur donner une éducation scrupuleuse et un métier.

Cette intégration, c'est celle du travail, du travail encore et encore, et de sa juste reconnaissance. Pas celle de la place offerte, pas celle du poste que l'on obtient en vertu de qui l'on est, mais du poste que l'on gagne par ce que l'on sait faire !

Dans ses engagements militants et associatifs (notamment à l'association I+C, Intégration et Cohésion), ou en participant au comité Erignac des services préfectoraux, Soraya plaide inlassablement pour la justice sociale, pour la réussite pour tous, dans la laïcité et la République.

Elle s'inscrit en cela dans la lignée familiale de ses parents, au premier rang ce soir, avec à côté frères et sœur de la récipiendaire, une famille qui est la fierté des fiertés de Soraya. Ce soir, de la tribune où je m'exprime, et au moment où je lui accroche la médaille à ruban bleu de l'ONM, je lis dans les yeux embués de sa mère et de son père que eux aussi sont fiers de leur fille, comme nous le sommes nous, ses amis, ce soir nombreux au CSE.

Avec pour Soraya, par-delà celle que la République lui fait en la médaillant, une reconnaissance qu'elle apprécie tout particulièrement : nombreux sont les responsables de ces grandes entreprises auprès de qui, avec insistance, elle cherche au quotidien à placer des demandeurs d'emploi wattrelosiens…

Une belle forme, aussi, de félicitations !

Pour lire mon discours, ONM Sorayacliquez ici.

soraya4.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0