Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 15:29

Lors de ce bureau national exceptionnel de fin de législature qui se tenait salle Victor-Hugo à l’Assemblée nationale, notre candidat François Hollande est revenu, lui aussi, sur cette mandature qui s’achève, alors que nous espérons tous bientôt « le début d’un autre temps ».

D’abord, François a rappelé que lors de cette législature, un record a été battu : « Jamais autant de projets de lois n'étaient devenus des lois : souvent injustes, inutiles, inefficaces et souvent inappliquées » (si les décrets ne sont pas pris, c’est bien par faute de volonté politique du Gouvernement !).

« Le 1er tour n’est que dans un mois et demi. Après, il nous faudra affronter un second tour, qui est une autre élection ». C’est vrai, la campagne est bien lancée : Le Bourget, Dijon… « Jamais nous n’avions eu un tel rassemblement, celui des socialistes, les radicaux de gauche, celui de Robert Hue, bientôt Jean-Pierre Chevènement… Toutes les voix vont compter. Restons prudents ».

C’est vrai aussi qu’ « il y a une belle ambiance dans la campagne. La participation, l’enthousiasme, l’union ; cela donne de la confiance et de la responsabilité.

Mais nous entrons dans une seconde phase. Le candidat sortant sort : cela va être une lutte.

Il a trois manœuvres à l’esprit : souder son électorat sur des thèmes identitaires (celui de l’islam) ; déconsidérer l’élection par des polémiques, des faux débats, de fausses querelles car son espoir, c’est l’abstention (celle des quartiers populaires, de jeunes de banlieue, ceux qui s’étaient mobilisés en 2007 !) ; décrédibiliser la gauche et son candidat.

Alors, après le 16 mars, tous les candidats seront connus et nous serons à la quasi-égalité des temps de parole dans les médias. Donc mécaniquement, les petits candidats ne peuvent que grimper et il y a un risque pour le candidat socialiste au vu des candidatures à gauche, alors qu’à l’inverse, à droite, il y a un vide autour de Sarkozy.

Voilà pourquoi, bien sûr, il faut un vote utile dès le 1er tour pour être qualifié, engager la dynamique et ne pas négocier quoi que ce soit avec qui que ce soit ».

Et François Hollande de marteler (il a mille fois raison !) : « L’enjeu du 1er tour est de lutter contre la dispersion, et de favoriser la participation ».

Et de conclure : « Dans une campagne, il y a des moments plus rudes, plus difficiles. Mais si nous sommes optimistes pour les Français, nous créerons une dynamique ! ».

 

 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 15:17

Fin session mars 2012Histoire de solenniser sans doute la fin de cette XIIIe législature, le président de l’Assemblée, Bernard Accoyer, et le Premier Ministre, François Fillon, ont tenu à prendre la parole à la fin de la dernière séance des questions d’actualité. L’instant est particulier, incontestablement, ambiance fin de règne, et l’on sent sur les travées des incertitudes très fortes sur le devenir des uns ou des autres, avec un climat plus morose, reconnaissons-le, sur les bancs de la majorité que sur ceux de l’opposition.

Côté socialiste, c’est entre nous, lors d’une réunion spéciale du bureau national, que Jean-Marc Ayrault, notre président de groupe, s’est dit « fier du travail accompli » par les députés socialistes, radicaux et citoyens, car nous avons su batailler, porter la voix de l’opposition mais aussi présenter des propositions de lois qui alimentent dorénavant le programme de notre candidat. Il pointe ensuite les incohérences d’un pouvoir sarkozyste qui aura beaucoup légiféré, mais qui curieusement aura interrompu les travaux parlementaires avant d’avoir fait voter trois projets que Nicolas Sarkozy avait pourtant présenté comme prioritaires : le statut pénal du chef de l’Etat ; la loi sur les conflits d’intérêts ; l’organisation de référendums d’ incitation populaire. Trois renoncements qui en disent long.

Pour ma part, si j’ai connu la fonction d’un député de la majorité (1997-2002), puis celle d’un député d’opposition depuis 2007, par-delà cette différence majeure, je dois avouer que cette législature conservera à mes yeux trois caractéristiques très négatives :

la première, c’est qu’elle aura été littéralement polluée par des débats malsains, tels que celui, le plus désagréable de tous du point de vue de la démocratie, de l’identité nationale. Souvent ces débats de société auront été utilisés en rideau de fumée pour détourner des vrais sujets d’emploi, de dette ou de fiscalité ; ils n’auront pas été sans provoquer de dégâts sur notre tissu social.

la seconde, c’est la manière dont on a fait la loi : souvent dans la précipitation, pour répondre à un événement ou à un oukaze-lubie présidentiel(le). Dans le domaine qui est le mien, les finances, je garde ainsi un souvenir consterné de la manière dont la réforme de la taxe professionnelle (120 pages d’articles de loi) aura été imposée au Parlement (avec à peine une semaine pour amender !) mais aussi de bien des textes financiers. Tout cela, ce n'est pas du bon boulot !

la troisième, c’est que le pouvoir aura utilisé la fin de la législature pour annuler ses réformes votées à la hâte au début du mandat : il en fut ainsi du très critiquable paquet fiscal de la loi TEPA de juillet 2007 ! Tout cela n’aura finalement pas été une ligne politique et financière claire ! Mais, là encore, dans mon domaine des finances, cela aura eu une double et dramatique conséquence que la France paiera longtemps : moins de recettes fiscales (à cause des cadeaux fiscaux, aux entreprises et aux ménages les plus aisés) et 600 Mds € de dettes en plus !

Cela dit, au terme de cette législature, pour avoir dorénavant testé les deux côtés de la fonction, député de la majorité ou de l'opposition, je le reconnais aisément : je préfère être député de la majorité…

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 15:53

Dijon2.jpgAprès avoir exposé sa conception d’une nouvelle présidence, François Hollande aura consacré la deuxième partie de son discours à la décentralisation, dans une intervention plus technique évidemment.

S’agissant donc de décentralisation, « la nouvelle marche en avant, c’est une déclaration de confiance : j’annonce ici un nouvel acte de décentralisation.

La République est forte de ses territoires. François Mitterrand avait dit : « La France a besoin de la décentralisation pour ne pas se défaire ».

Et face à l’attaque de la Droite, il faut savoir dire que « 80 % de la dette publique en France, c’est la dette de l’Etat ! Le déficit de l’Etat est 67 fois supérieur à celui des collectivités locales ! »

« La Gauche fait confiance aux élus, et la Droite s’en méfie ! Nos territoires sont des lieux de démocratie, d’énergie, de croissance… La décentralisation sera une fonction de clarté, une source d’efficacité de la dépense publique. C’est la mobilisation commune de l’Etat et des collectivités locales qui permettra de porter les priorités pour la croissance et le développement.

Je garantirai le niveau des dotations de l’Etat. L’impôt local est un élément de l’autonomie des collectivités. Il est normal que Neuilly paie pour Bobigny !

Aux départements, le rôle d’animer et de renforcer les solidarités sociales.

J’ai annoncé la réforme de la dépendance. Elle exigera de recourir à des recettes nouvelles.

Il sera mis fin au conseiller territorial. Il n’y aura pas d’avenir de la commune s’il n’y a pas une intercommunalité de projet, ce qui suppose de la faire élire au suffrage universel.

Je veux être le Président qui réussira le retour de la République partout. Aucun enfant de la République ne doit pouvoir se considérer en dehors de la République. Elle sera partout pour rendre à chacun la fierté d’être un citoyen français.

Dans le même temps, je veux renforcer l’autorité de l’Etat. Il est porteur des valeurs de liberté, de dignité, d’efficacité. Si nous stabiliserons les effectifs de la Fonction publique, je donnerai priorité à l’éducation, la recherche, la sécurité et la justice.

Je m’assigne cette belle tâche : rassembler autour de la République ».

Et de faire une 61e promesse, celle de cet article 2 de la Constitution qui énonce : « La France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale.

30 ans après 1981, je ne voudrais pas le changement d’un pouvoir, mais le changement du pouvoir.

Je vous promets donc le respect, des élus, des partenaires sociaux, du mandat donné. Une campagne présidentielle est un moment de vérité. La confrontation n’est pas faite pour détruire, mais pour construire.

Il reste 50 jours. « Le premier tour doit créer la dynamique pour la victoire. Ne vous dispersez pas, ne vous détournez pas. Le 22 avril, soyez-là ! Pour la victoire de nos idées, la victoire de la République, la victoire de la France ! »

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 15:47

Cet après-midi, au Zénith de Dijon, François Hollande a rendez-vous avec la France des territoires, celle des élus de bon nombre de régions de France ! Dijon1-Ayrault.jpg

Président des élus socialistes et républicains du Nord, pas question pour moi de ne pas y être.

Train ce matin tôt, avec Bernard Derosier d’abord, puis au départ de Paris, avec J.-C. Cambadélis, M. Valls, d’autres collègues députés, et… François ! Bus à l’arrivée, pour rejoindre le Zénith avec mon président de groupe J.-M. Ayrault (cf. photo ci-dessus) et Dijon1_2Rebsamen.jpgun accueil sympa de mon vieux complice, François Rebsamen, sénateur-maire de Dijon (cf. photo ci-contre).

Alors qu’elle a la responsabilité de lancer le meeting, ma collègue et copine Aurélie Filipetti, rappelle, avec justesse, qu’ « être élu, c’est être choisi par le peuple pour le représenter », et cite Albert Camus : « L’espoir, c’est la mémoire qui désire ».

En accueil, François Rebsamen dresse le bilan calamiteux de Nicolas Sarkozy, qui a privé les collectivités locales de ressources avec ses « improvisations fiscales », et décrit son comportement par trois mots : « méconnaissance, méfiance, mépris ». Il salue lui, au contraire, les 500 000 élus locaux, qui sont le « cœur battant de la République ».

François Hollande aussi ouvrira son discours en rendant hommage aux élus « les représentants de la République, ses premiers serviteurs, pour donner de la vitalité et de l’humanité à nos territoires ».

« Les lois de décentralisation ont changé la France. Elles ont permis d’inventer les politiques publiques et de mieux répondre aux besoins de la population. Elles ont donné le souffle de la démocratie ».

Avec émotion, il rappelle : « Elus de la République, je suis l’un d’entre vous. J’ai approuvé de la fierté d’être appelé M. le Maire. Je n’oublie pas qu’avec les cinq lettres du mot maire, on écrit le mot aimer. En novembre 1994, François Mitterrand avait dit « pour être aimé, mieux vaut être aimable » ; cela vaut d’être entendu au-delà d’ici ! » (j’avoue que, cet après-midi, je déguste à titre personnel, ces deux phrases !).

« Aimer la France, c’est la servir ».

« Je ne suis pas venu vous présenter une nouvelle Constitution, ce qui ne signifie pas renoncer à faire évoluer notre texte fondamental. Ce que je veux changer, cela s’appelle le respect, la démocratie, le sens de l’Etat ».

« L’omnipotence conduit à l’impuissance, et l’impuissance à l’irresponsabilité : ce qui est dit n’est pas fait, et ce qui est fait n’est pas dit ! .

La nouvelle présidence que je veux incarner se fixe pour premier devoir de rendre des comptes : tous les six mois, présenter l’évaluation des résultats par rapport aux objectifs, et vérifier chaque année la confiance du gouvernement à l’Assemblée nationale ! Le premier engagement, c’est d’en terminer avec les outrances, c’est celui d’ouvrir un ton nouveau, celui de la constance, de la clarté.

Je revendique la simplicité, la normalité. Le pouvoir ne réside pas dans les apparences. Le pays s’est lassé des annonces sans effets : le pouvoir s’use à force de ne pas servir le pays. L’autorité appelle la sérénité. La légitimité requiert le respect.

Le prochain Président sera indépendant. D’abord de son propre parti, car celui qui exerce la fonction n’est plus le chef d’un parti, il est le chef de l’Etat ! ». De même vers les forces économiques, « recevoir les patrons du CAC 40 autant que nécessaire, être invité par eux le moins possible.

Le nouveau Président décidera de l’essentiel, de la route à suivre. Le Gouvernement jouera tout son rôle. Il déterminera et conduira la politique de la nation. Les ministres seront les chefs de leur administration. Si je suis élu Président de la République, il y aura donc un Gouvernement !.

Bien écouter, c’est déjà répondre. J’attache du prix à la concertation. En démocratie, on préside par le dialogue. Le Président élu ne pourra réussir que s’il rassemble autour de lui les forces vives.

Il veillera à un Etat impartial, qui sert les citoyens et non le pouvoir, un Etat respectueux de son administration, nommant une fonction publique de qualité ». Il déplore qu’il a été procédé «  à des nominations partisanes, surtout au ministère de l’intérieur, à l’administration publique, dans les services hospitaliers… A l’avenir, les fonctionnaires seront nommés pour leur compétence ! La seule loyauté qui leur sera demandée sera à l’Etat, pas au chef de l’Etat !

Le nouveau Président respectera les pouvoirs qui ne procèdent pas du sien. De nouveaux droits seront reconnus au Parlement, pour contrôler, pour engager de grands débats (énergie, bioéthique…) Nous introduirons une part de proportionnelle dans le mode de scrutin législatif.

Je respecterai l’autorité judiciaire, la liberté d’information (la presse écrite doit jouer un rôle majeur) et mettrai en place une nouvelle instance de régulation de l’audiovisuel.

Je ferai inscrire la démocratie sociale dans la Constitution. Le referendum doit être réservé pour deux causes : un changement profond de Constitution ; le transfert de souveraineté. On ne convoque pas le peuple français sur une cause secondaire : c’est cela, respecter le peuple français ! ». Dijon1_3.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 14:09

salon2012-8.jpgS’il est un rendez-vous qui ne se rate pas à Wattrelos, c’est celui de ceux qui aiment l’art, avec le traditionnel Salon des artistes, piloté par l’Atelier des arts.

Il a lieu cette année du 2 au 11 mars au centre socio-éducatif.

Avec Claude Sauvage, son président, et plusieurs élus, nous déambulons devant toutes les œuvres présentées – plus de 300 au total - le plus souvent deux par artiste. Et j’avoue, comme chaque année je le fais, que le jury (composé de Marie-Noëlle Platel, Bernard Vignoble et Sébastien Picquet, tous anciens médaillés du salon) a bien du mérite pour trancher et décerner ses trois médailles.

salon2012-2.jpgCar aux côtés du très grand artiste - et très fidèle - Abel Leblanc (ph. ci-contre), je ne peux qu’apprécier ce qui est présenté. Peintures et sculptures, bois ou terre pour les secondes, aquarelle, huile, aérographie ou peinture sur soie pour les premières, incontestablement, qu’on aime le figuratif ou le moderne, la peinture animale, le nu, le paysage, la nature morte ou le portrait, chacun, j’en suis certain, trouvera au salon plusieurs œuvres qui attireront son regard, le séduiront et lui procureront le plaisir que l’art, par nature, procure.

salon2012-7.jpgIl en faut du courage, de l’effort sur soi pour ces quelque 150 artistes amateurs, pour accepter de se dévoiler, de craquer l’habit en quelque sorte, pour dévoiler au public ce qu’on a produit. Cela vient de son cœur, de son imagination, de soi-même. L’artiste donne de lui-même et en présentant ses tableaux, ses sculptures à une exposition, il se livre au regard des autres, à la critique, au sens propre du terme.

Alors ce soir, je rends hommage à tous ces artistes de Wattrelos et d’ailleurs ; certains fréquentent l’Atelier des arts depuis plusieurs années, d’autres depuis peu. Mais ils ont tous leur mérite. Si peindre, sculpter leur donnent du bonheur, tant mieux. La vie est ainsi faite de découvertes de ce qu’on peut être capable de faire ! Dans mon discours, j’adresse ainsi un clin d’œil à un de mes anciens responsables de service municipal, à la retraite, que je connaissais pour son sérieux et sa rigueur administrative et que je retrouve… peintre animalier (d’ailleurs d’un superbe chat !) de talent ! salon2012-9.jpg

Bien sûr, au fil de la visite, on aura cancané devant les camanettes de Jean-Mi, admiré (sincèrement !) la sculpture de ce pétillant chérubin allongé ou le magnifique geai (ou la pie voleuse), de la peinture sur soie (art très délicat qui n’admet pas l’erreur), dégusté les magnifiques triptyques de paysages africains ou le coucher de soleil sur le lac de Martine, apprécié les robes envolées de Claude (qui aura délaissé ses samouraïs !), ou sera resté sans voix devant les peintures de Marie-Noëlle (hors concours, il est vrai !).

L’âge des artistes va de 16 à 98 ans ! Celui des visiteurs peut aller au-delà…

Une belle visite, c’est certain ! salon2012-1.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 11:14

La situation en Syrie, la répression sanglante du régime dictatorial Al-Assad sont révoltantes. Semaine après semaine, mois après mois, les crimes s’ajoutent aux crimes. La presse elle-même, pour faire son travail d’information, n’est pas épargnée et les journalistes sont durement touchés. La répression, le sang qui coule exigent une réaction internationale forte, comme ils auraient justifié que le Parlement, représentant du peuple français, s’exprimât d’une seule voix, forte, celle du peuple de France, uni dans la dénonciation des meurtres.

J’ai pour ma part ainsi signé une proposition de résolution, avec mes collègues du groupe SRC (socialiste, radical et citoyen), consacrée à la situation en Syrie. Malheureusement, les groupes UMP et Nouveau Centre n’ont pas souhaité co-signer le texte, rendant ainsi impossible l’inscription du texte à l’ordre du jour de l’assemblée avant la fin de la session !

Pour lire la proposition de résolution, proposition de résolution Syriecliquez ici.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 14:42

logo anCe mardi paraissaient au Journal Officiel:

  • ma question à la secrétaire d'État chargée de la santé  sur la nécessaire évolution du cadre réglementaire et de la régulation du secteur de l'ostéopathie (et en particulier en ce qui concerne les conditions de formation des ostéopathes professionnels de santé).

Cliquez ici pour lire la question

  • ma question au ministre de la défense et des anciens combattants sur la question de l'élargissement des modalités d'attribution de la carte de combattant (en particulier aux militaires et civils de nationalité française ayant participé à la guerre d'Algérie entre le 31 octobre 1954 et le 1er juillet 1964 dans les conditions de durée définies par la loi n° 2003-1311 du 30 décembre 2003).

Cliquez ici pour lire la question

Partager cet article
Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 23:44

IRM-Rx-fev-2012.JPGL'équipement est de très haut niveau : l'IRM 3 Tesla dont s'est doté le centre hospitalier de Roubaix est une merveille technologique, une première en Europe puisque, pour l'heure, sa première installation est à New York ! Une superbe nouvelle pour les patients et pour l'équipe de soignants de l'hôpital, en particulier celle de l'imagerie médicale sous la responsabilité du docteur Anne Liesse.

Celle-ci, d'ailleurs, ne tarissait pas d'éloges sur cet équipement et ses capacités. Il y a encore 5 ans, ce type d'appareil, dit à très haut champ magnétique, était dédié à la recherche. Son entrée dans le domaine des applications cliniques est un atout médical majeur : des images de meilleure résolution, donc d'une qualité accrue, une durée d'examen réduite, pas d'injection de produits de contraste, diagnostic plus précis. Bref, gain de temps et surtout de précision pour les examens : deux atouts décisifs pour soigner mieux et plus vite, donc avec plus de chances d'être efficace.

De plus, le tunnel de l'IRM a un diamètre de 70 cm et offre donc plus d'espace aux patients en surpoids ou claustrophobes. L'équipement sera un incontestable plus pour toute l'agglomération, en particulier pour les deux autres hôpitaux, ceux de Wattrelos et Tourcoing, membres avec Roubaix, d'une communauté hospitalière de territoire.

Pour Roubaix, cet investissement n'a été rendu possible que grâce à un puissant soutien financier du Conseil régional, comme le rappelle sa vice-présidente à la santé et au plan anti-cancer, Cécile Bourdon : sur un coût total de 2,96 M €, le Conseil régional aura mis 1,63 M € ! Superbe effort, pour un matériel prometteur. Déjà, depuis le début de l'année, il aura réalisé 800 examens. IRM-Rx-fev-2012_2.JPG

Par-delà le coup de projecteur sur cet équipement, l'inauguration de ce soir, en présence de Daniel Lenoir, directeur général de l'Agence régionale de santé, aura souligné :

  • la puissante modernisation des équipements du CH de Roubaix, même si un gros, très gros dossier attend encore le signal budgétaire de lancement de la part de l'Etat : celui de la reconstruction de la maternité (j'en parlais encore, il y a moins de deux semaines avec le ministre Xavier Bertrand dans l'hémicycle, lequel me donnait (bon ?) espoir, malgré des arbitrages très difficiles, d'obtenir au final que ce dossier-là puisse être à l'arrivée sur le dessus de la pile !

  • la qualité des équipes médicales et des personnels dédiés à l'image du service d'imagerie médicale ;

  • mais que, malheureusement, les matériels ne font pas tout : la présence de syndicalistes de l'hôpital qui m'apprennent la tentative de suicide ce jour d'une infirmière en gériatrie (secteur en souffrance du CH de Roubaix, et sur lequel, là aussi, je suis intervenu en soutien des salariés et des familles), souligne ô combien que le soin aux patients passe d'abord par des personnels assez nombreux et qualifiés, et donc par une meilleure prise en compte de l'humain, de l'accompagnement dans les dotations budgétaires !

Et puis, sur le plan wattrelosien, cette manifestation aura permis à Cécile Bourdon, comme à Daniel Lenoir, de redire avec force l'importance de l'hôpital de proximité comme celui de Wattrelos, le DG de l'ARS redisant vigoureusement que « coopération n'est pas fusion » : ça me va !

Comme me va bien la déclaration de René Vandierendonck, me saluant d'être à ses côtés et rappelant que « jamais je ne lui avais fait défaut... ». Ah, je suis content d'être venu !

Mais je suis surtout content pour Roubaix car cet IRM 3, les malades de nos villes de Tourcoing-Roubaix-Wattrelos le méritent bien !

 

 

Partager cet article
Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 16:54

signature-contrat-enfance-jeunesse-2012.jpgIl n'est pas de cause plus essentielle que l'enfance : les toutes premières années de l'existence sont déterminantes. C'est dès l'enfance, donc, que la Municipalité tient à faire vivre l'égalité réelle des chances qui est au cœur de notre projet politique.

Ce soir, j'ai grand plaisir à accueillir, en compagnie de mon adjointe à l'enfance et à la famille Myriam De Smedt, les représentants de la Caisse d'allocations familiales du Nord : la présidente de l'antenne Roubaix-Tourcoing(-Wattrelos !) Françoise Clais, son directeur général Daniel Forafo, et sa directrice territoriale Valérie Sagot. Nous signons le contrat enfance-jeunesse dit de 2e génération qui lie notre ville à la CAF, en présence des représentants de nos Centres sociaux et d'Acti'Jeunes notamment.

L'occasion pour moi de rappeler d'abord qu'à Wattrelos, nous souhaitons que la politique de la CAF marche sur deux pieds, si j'ose écrire : soutien aux familles d'une part ; soutien aux structures (qui travaillent pour les familles) d'autre part, lien privilégié de la relation humaine dans nos quartiers (je n'oublie pas que le président du Conseil, Pierre Mendès-France, a un jour visité ce qu'on appelait autrefois la Maison de l'Enfance – devenue depuis centre social – du Laboureur !).

Nous nous engageons donc ce soir sur notre deuxième contrat enfance-jeunesse (2011-2014).

Certes, notre partenariat ne date pas d'hier ! En 2000, j'ai voulu engager la Ville dans un certain nombre de politiques contractuelles (dans les domaines artistique, de la sécurité, de la santé, de la cohésion sociale, de la jeunesse...) afin de pouvoir démultiplier ses capacités d'action. Ainsi, après un contrat temps libre (jeunesse), nous avons signé un premier contrat enfance-jeunesse au début de mon second mandat, tandis que nous réorganisions nos services de l'enfance, avec une direction spécifique chargée de travailler à la fois sur la qualité de nos prestations et d'adapter la quantité de nos offres aux besoins sociaux.

Ainsi sont apparus des équipements de proximité (crèche du Sapin Vert rénovée, crèche de Beaulieu), de nouveaux services (relais d'assistantes maternelles), des micro-crèches privées comme celles installées dans le parc du Beck, entre autres nouveautés.

Mais si notre collectivité assume beaucoup, elle ne peut pas tout faire toute seule, car la politique menée en faveur de l'enfance et de la jeunesse est aussi la plus coûteuse en terme de charges budgétaires : 10,3 millions à Wattrelos pour la seule période 2005-2010 !

C'est la raison pour laquelle je crois aux vertus du partenariat en général. Ce partenariat avec la CAF en particulier nous assurera des moyens supplémentaires. Il permettra d'améliorer le service public que nous proposons aux familles wattrelosiennes.

Le contrat enfance-jeunesse 2011-2014, qui s'adresse aux enfants de 0 à 17 ans, nous sera en effet plus qu'utile : indispensable. Grâce à lui, nos actions seront financées à 55 % par la CAF et pourront être étendues : + 10 places à la crèche du Sapin Vert, extension du RAM en 2012, voire création d'un jardin d'enfants de 15 places en 2013, + 5 places à la halte-garderie du centre social de l'Avenir, davantage d'accueils collectifs de mineurs à Beaulieu durant l'année et pendant les vacances scolaires, la mise en place de séjours en 2013, et enfin la formation BAFA 2011 (actions portées par nos Centres sociaux et par Acti'Jeunes).

Le défi est essentiel, surtout lorsque l'on assiste à la déscolarisation orchestrée par le Gouvernement des enfants de 2-3 ans à qui on interdit d'être accueillis en maternelle ! A ce sujet, si nous avons annoncé la création d'un jardin d'enfants en 2013, c'est avec l'espoir de ne pas avoir à le mettre en place, car nous espérons un changement politique d'ici là... et je dis clairement que la place des enfants à cet âge est d'abord d'être à l'école, pris en charge par l'Education nationale... et non dans des jardins d'éveil financés par la CAF... et les communes !

 

 

Partager cet article
Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 11:54

boite aux lettresLors de sa séance du 20 décembre, le Conseil municipal de Wattrelos avait voté une motion dénonçant l’attitude comminatoire de La Poste, sommant les riverains de déplacer leur boîte à lettre en limite de trottoir si elle ne l'était pas et, au passage, d'en acheter une nouvelle aux dimensions réglementaires.

Cette injonction était assortie d'une menace de ne plus distribuer le courrier et de le laisser en poste restante.

Cet ultimatum était bien sûr inacceptable, l'émotion vive et les protestations ont été évidemment nombreuses.

La position du Conseil municipal, je l’ai relayée auprès du délégué régional de La Poste, et j’ai même rencontré Jean-Paul Bailly, président de La Poste, pour dénoncer la méthode. Mon intervention a été entendue.

L'un et l'autre m’ont exprimé leurs regrets devant cet évident manque de concertation. J'ai donc obtenu l'assurance du directeur départemental de La Poste, Fabrice Fere, que La Poste gelait le dossier pour Wattrelos et qu'il n'y aurait ni décision ni sommation sans ouverture du dialogue et de la concertation. Rien ne changera dans les mois qui viennent, rien ne se fera dans la précipitation. La Poste s'engage à prendre le temps de la discussion et promet, dans un premier temps, d'être présente dans les comités de quartier pour rencontrer riverains et habitants concernés.

Terminées, donc, les menaces de ne pas distribuer le courrier, de devoir aller le chercher au bureau de poste et c’est tant mieux !

Pour autant la vigilance demeure. Gel ne veut pas dire renoncement mais au moins les Wattrelosiens pourront être écoutés et, je l’espère, entendus. A Wattrelos, nous sommes attachés à ce que le service postal soit et demeure un service public de qualité et de proximité !

 

 

Partager cet article
Repost0