Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 09:31

Comment se loger quand la part des ressources consacrée au logement atteint des niveaux inacceptables ?

C'est une interrogation malheureusement bien trop familière de bien trop d'habitants de ma circonscription, et au-delà : près d'un Français sur 6 est aujourd'hui concerné par la crise du logement.

Et le nombre des demandeurs de logements sociaux n'a pas cessé de croître ces dernières années (1,4 million de personnes aujourd'hui, déficit de logement estimé à 900 000). Or l'effort de l'Etat en faveur du logement n'a jamais été aussi bas depuis 30 ans... quand celui des collectivités locales a triplé !

Et le Gouvernement n'a pas pas contribué à enrayer cette tendance, que ce soit par la libéralisation du Livret A, ou encore le recul du financement du logement social.

C'est pourquoi les députés du groupe socialiste ont déposé une proposition de loi visant à refonder une politique publique du logement se basant sur la solidarité, et la reponsabilité de l'Etat. Elle est à l'ordre du jour de la journée d'initiative parlementaire qui nous était dédiée jeudi dernier.

Cette proposition de loi s'articule autour de 4 mesures :

  • encadrement des loyers à la relocation du parc privé ;
  • production massie de logements socialement accessibles (objectif de 150 000 logements par an) ;
  • mobilisation du parc privé (garantie universelle des risques locatifs et instauration d'un permis de louer) ;
  • favoriser l'accession à la propriété (réévaluation du prêt à taux zéro afin qu'il profite aux ménages aux revenus modestes et moyens).

Malheureusement, comme c'est presque toujours le cas, cette proposition de loi a été rejetée lors du scrutin public d'hier...

Pour accéder au texte de la proposition de loi, cliquez ici.

Pour regarder le débat dans l'hémicycle (2e séance du jeudi 12 mai), cliquez ici.

 

Partager cet article
Repost0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 10:44

Photo0905-copie-1.jpgCe matin est encore sous pression.

Après être passé en mairie déposer les dossiers et courriers que j’ai traités hier soir, je dois me rendre au siège de l’association des maires de France pour participer, au nom de LMCU, à la réunion du comité stratégique de réflexion et de proposition sur la péréquation, puisqu’il devient urgent que les associations d’élus préparent la physionomie, le volume et les modalités de fonctionnement de ce fonds de péréquation que va mettre en place le projet de loi de finances pour 2012.

En fin de matinée, juste avant de participer vers 13 heures à une réunion débat du forum des villes avec le ministre des collectivités locales sur la réforme territoriale, j’accompagne Jacques Pelissard, président de l’association des maires de France, pour représenter mes amis Michel Destot et Gérard Collomb (respectivement présidents des maires de grandes villes et des communautés urbaines) pour aller à l’Elysée rencontrer Xavier Musca, secrétaire général de la présidence de la République.

Il s’agit d’évoquer officiellement avec lui et ses collaborateurs le projet de création d’une agence de financement des collectivités locales (cf. mon article du 4 mai dernier). Plus de 50 collectivités ainsi que de grandes associations d’élus portent en effet ce projet visant à créer une institution financière qui, pour les collectivités locales :

 

  • sécurisera l’accès à la liquidité ;

  • diversifiera les sources de financement ;

  • simplifiera, voire accélèrera le recours à la ressource financière ;

  • optimisera le coût de financement ;

  • sera aussi une réponse adaptée à la dérive des produits structurés car elle permettra de réguler l’activité bancaire privée.

 

La logique est simple : en se fédérant, les collectivités locales pourront afficher face

aux marchés une capacité de lever des fonds, dans un risque sub sovereign, c’est-à-dire avec un rating de qualité qui facilitera non seulement l’accès à l’emprunt, mais surtout au meilleur taux d’intérêt possible.

Mais pour que le projet s’engage, il faut une mobilisation des principaux acteurs de l’Etat, qu’ils nous apportent leur expertise, et que nous nous dotions de la capacité technique et juridique de concrétiser ce projet (notamment si une initiative législative était nécessaire). C’est pour cela qu’il nous faut informer le secrétaire général de l’Elysée, comme nous l’avons fait avec les ministères concernés.

Pour en savoir davantage, bq1-23maicliquer ici.

 

 

Partager cet article
Repost0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 10:06

logo anAujourd'hui paraît au Journal Officiel ma question à Mme la ministre des solidarités et de la cohésion sociale sur les conséquences négatives sur les comptes, et donc sur les activités, des associations d'aide à domicile de la suppression, par la loi de finances pour 2011, de l'exonération de charges sociales de ces associations de « services à la personne ».

Pour lire cette question écrite, cliquez ici

Partager cet article
Repost0
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 17:03

Photo0895.jpgC’est fait ! Depuis 56 ans, ce n’était pas arrivé. Le LOSC a gagné la coupe de France en battant, à Paris, le Paris Saint-Germain. Dans tout le Nord, cette nuit, ce matin, il n’y a pas un Ch’ti qui ne se sente pas lillois ! Et de sauter en l’air, comme le proclame l’hymne des supporters lillois.

Cet après-midi, à Lille, tout est en rouge et blanc (même ce matin, à Wattrelos, à Saint-Jo, à la kermesse !). Martine Aubry reçoit cet après-midi à l’Hôtel de ville, dirigeants et joueurs du LOSC… avec la coupe !

Photo0897.jpgQuel moment, quelle liesse ! Quelle ferveur, quelle fièvre se dégagent de cette marée humaine, devant le podium de l’Hôtel de ville que dans quelques instants, élus et équipe du LOSC rejoindront pour présenter ce superbe trophée, orgueil de tout notre Nord ! Des fenêtres du salon de la mairie, je suis plus qu’impressionné. Les journalistes, venus de partout, le sont également.

Entre vice-présidents de la Communauté urbaine, élus lillois et départementaux, le match se refait, avec ses émotions, ses frissons, jusqu’au coup de sifflet final. Martine elle-même le confie : elle est rentrée à 3 heures du matin !

Photo0899.jpgUn SMS : « Ils arrivent », une barrière de caméras s’installe, une bousculade (même si on est infiniment moins nombreux que là-bas, devant le parvis) parfois musclée, ils sont là. Au micro, ils entourent Martine Aubry, Pierre Mauroy, leur président Michel Seydoux, leur coach Rudy Garcia… et ils sont là, avec la Coupe.

Martine rappelle une phrase préférée de Pierre Mauroy : « J’aime le Losc quand il marque des buts » ; fait déclencher une ovation pour Ludovic Obraniak, l’auteur du but gagnant ; salue et remercié chaleureusement, le gardien de but lillois qui fêtait hier son anniversaire et aura su tant préserver la lucarne du LOSC, à savoir le sympathique Michael Landreau. Elle remet aux responsables et aux joueurs la médaille d’or de la ville, rappelant qu’avec cette victoire, « le football a apporté la fierté aux gens du Nord », dit aux joueurs et à leur coach : « Et maintenant on attend la suite… ». Sera-ce le doublé ? Réponse peut-être mercredi. Au plus tard le 29 mai prochain. Photo0902.jpg

Ce serait magnifique, assurément ! Mais pour aujourd’hui, goûtons la joie de cette belle coupe, qui n’est qu’enthousiasme et fierté. Comme le dit Rudy Garcia : « On est fiers pour le peuple lillois », de ce « moment historique d’hier soir » comme le qualifie le capitaine Rio Mavuba.

A bientôt pour le championnat ? Allez les Dogues. Toute la métropole, tout le Nord est couleur rouge et blanche…

 

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 15:47

Ce samedi midi, Jacky Maréchal, directeur départemental de la prévention routière, vient remettre à la Ville le diplôme de l'écharpe d'or de la prévention routière (cf. mon article du 6 janvier dernier).

 

Si la sécurité fait partie des priorités municipales, la sécurité routière y a toute sa part : pour avoir perdu deuxrecept-secu1.jpg proches dans des accidents de moto lorsque j'étais jeune, j'y suis personnellement particulièrement sensible. Il faut sensibiliser aux dangers qui guettent lorsque l'on enfourche son vélo, son scooter, sa moto que l'on monte dans sa voiture, ou même que l'on marche en ville.

 

La sécurité ne se proclame pas ; elle se construit. Méthodiquement, dans des partenariats. Bien sûr, dans nombre d' accidents, il y a la fatalité mais il y a aussi trop souvent la transgression des règles du code de la route. Alors, à Wattrelos, nous avons notamment pris le parti d'éduquer nos enfants dès le plus jeune âge : quatre, bientôt cinq, de nos policiers municipaux sont agréés pour intervenir régulièrement auprès d'eux dans les écoles, en partenariat avec l'Education nationale.

 

Mon adjoint à la sécurité Henri Gadaut le souligne : 550 élèves de CE2 ont passé le permis piéton cette année ; 220 élèves de CM1-CM2 le permis vélo ; 520 élèves de CM2 ont bénéficié de notre piste de junicode pour apprendre à se déplacer à vélo, avec l'appui de cours théoriques mais aussi d'un code d'utilisation des transports en commun. Des contrôles sur les vélos et les scooters sont également effectués par ces mêmes policiers dans les collèges.

 

L'action municipale serait toutefois incomplète si elle ne s'adressait pas aussi aux adultes : un stand dédié à la sécurité routière est installé tous les ans au sein de notre salon du commerce ; des cellules de travail mixtes comprenant techniciens et habitants se réunissent pour travailler sur les lieux les plus accidentogènes de notre ville ; notre police municipale est équipée d'un radar mobile et d'un test d'alcoolémie ; et des interventions de sensibilisation sont également programmées à destination des représentants de notre Nouvel Age.

 

Ce matin, je salue donc cette salutaire et nécessaire mobilisation de tous en faveur de la prévention routière, tout particulièrement mes policiers municipaux ; cette écharpe d'or est bien évidemment la leur dans une large mesure ! Il y a dix ans, ils étaient moins de dix ; aujourd'hui, ils sont 24, dont certains spécialisés dans les actions de prévention routière : c'est un choix politique majeur de la part de l'équipe municipale. Du reste, Jacky Maréchal le souligne : c'est l'efficacité des actions, leur caractère innovant, leur inscription dans la durée et le soutien de la Municipalité qui a valu à Wattrelos cette récompense, créée en 1990 pour récompenser tous les ans des communes comme la nôtre (1 800 dossiers ont été déposés depuis sa création !).

 

Pour, Wattrelos, il ne s'agit pas de faire la chasse aux concours. Mais quand elle peut déposer sa candidature pour faire valoir ce qui s'y fait de bien, et même mieux qu'ailleurs, pourquoi se priver de déposer un dossier ? Et quand, ainsi, la qualité de notre travail est reconnue, cela fait évidemment très plaisir !

 

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 06:59

marcheur2011-1.jpgChacun connaît les historiques festivités du Veau d’Or du quartier roubaisien Fresnoy-Mackellerie, et le comité des fêtes actuel continue de faire vivre la tradition de ses glorieux prédécesseurs.

La première étape, ce sont les 50 km à la marche que le comité organise en liaison avec le club des marcheurs roubaisiens. Ils m’ont demandé de donner à 11 heures le coup d’envoi (comme je le fais quasiment chaque année) ; aussi ce matin, je suis aux côtés de Jean-Claude Ysenbaert, président du comité des fêtes, et de Louis Desroches, président du club des marcheurs, pour tirer le coup de revolver du départ ! 50-km-marche-Rx3.jpg

Au maximum, la compétition durera six heures quinze minutes, mais les premiers arriveront après cinq heures de course.

Dès le départ, c’est mon ami Dominique Naumovicz qui s’inscrit dans le peloton de tête à l’issue du premier tour de ce championnat régional. Ce n’est pas une surprise quand on sait le talent de Dominique, dont Véronique, sa femme, ne court pas aujourd’hui à ses côtés mais assure le ravitaillement.

Marcheurs et comité des fêtes font vivre la tradition : tant mieux !

    

Partager cet article
Repost0
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 15:56

Après la remise des insignes de l’ordre du mérite à l’Hôtel de ville de Roubaix à mon amie Zohra Zarouri, je participe évidemment comme chaque année à l’assemblée générale de mes centres sociaux de Wattrelos (ces dernières semaines, j’en ai fait plusieurs à Roubaix : au Hutin, à l’Alma…). Beaucoup de réunions et de rencontres aujourd’hui, et c’est la course, mais je tiens à être là ce soir, jusqu’au bout de l’assemblée générale.

D’abord pour saluer les bénévoles, responsables des comités d’usagers et salariés de l’association, à l’image de l’incomparable Georges Maertens qui a figuré, en février dernier, au palmarès du trophée 2011 du bénévolat.

Ensuite pour rappeler à tous que « partenaires nous étions, partenaires nous sommes, partenaires nous resterons », y compris dans les temps difficiles que notre pays vit et que connaissent donc communes et centres sociaux. Nous avons les mêmes défis, les mêmes problèmes de gestion. Pour les centres sociaux, 58 % des dépenses sont des dépenses de personnel, 67 % pour la Ville. Et pour eux comme pour nous, si les recettes diminuent, c’est plus difficile de faire face à ses dépenses, à commencer par ces dépenses obligatoires que sont les frais de personnel. Sauf qu’il y a une différence : une partie des recettes des centres sociaux sont une partie des dépenses de la Ville. D’où les discussions que nous avons pu avoir, normales sur le principe, mais qui – je le redis mais le président Chayani m’a devancé sur ce point – n’auraient jamais dû avoir, ce printemps, la forme qu’elles ont prises.

D’autant qu’en 2011, nous connaissons les mêmes joies : un centre social de l’Avenir, à Beaulieu, complètement et superbement réhabilité ; une halte-garderie qui va pouvoir y avoir ses 20 places (je l’annonce ce soir), au lieu de 15 jusqu’à présent ; une subvention municipale de fonctionnement augmentée de 10 000 euros (en attente du budget supplémentaire), pour un soutien global de l’ordre de 305 000 € (dont 57 260 euros pour des actions de réussite éducative) ; une subvention exceptionnelle de réserve parlementaire de 25 000 euros (ils ne sont pas si nombreux que cela les députés en France à soutenir leurs centres sociaux !)… D’autant qu’ici, à Wattrelos, quand les centres sociaux bénéficient de financements supplémentaires au titre des politiques contractuelles, la Ville n’en profite pas pour récupérer cela sur la subvention de fonctionnement !

Ainsi était-ce vraiment ridicule, inutilement blessant et complètement faux, de prétendre, comme je l’ai pu le lire, que la Municipalité désire la « mort » des centres sociaux !

Pour autant, ceux-ci entrevoient un avenir qui n’est pas sans risques : la départementalisation des CAF (qui va créer sur la CAF de Roubaix-Tourcoing une pression terrible pour réduire les financements qu’elle octroie historiquement aux structures telles que nos centres sociaux) ; la réduction par l’Etat des contrats aidés ; les incertitudes immobilières de l’association ; l’évolution des critères européens des services d’action sociale. Et pour affronter ces défis, pas de doute, nous serons aux côtés de nos centres sociaux !

Voilà ce que je suis venu dire. Là est la vraie inquiétude ! Et il ne faut pas être inquiet de ce dont on ne doit pas l’être ! L’association des centres sociaux a terminé l’année 2010 avec un résultat négatif de – 15 k€ (contre une prévision de – 110 k€ en début d’année), et une trésorerie de 570 000 euros (c’est-à-dire presque 50 % du total du bilan de l'association, et surtout près de 4 fois ce qu’avait en compte la Ville à la même date !), au lieu de 478 000 euros fin 2009, ce qui en fait une association aux assises financières plus que correctes...

Tant mieux pour savoir affronter, ensemble, ce dont demain sera fait. Et pour demain, ma ligne politique est claire : qu’est-ce qu’on fait des centre sociaux ? On les garde ! Qu’est-ce qu’on fait des politiques sociales municipales ? On les garde ! Mais faudra se battre, ensemble, côte à côte, pour cela…

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 15:12

logo anAujourd'hui paraissent au Journal Officiel :

  • ma question écrite au secrétaire d'État auprès de la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé des transports, sur l'instauration prochaine d'un contrôle technique pour les cyclomoteurs, et spécifiquement ceux de collection.

Pour accéder à la question, cliquez ici

  • ma question écrite au ministre du travail, de l'emploi et de la santé sur la très délicate question des provisions que doivent inscrire dans leurs comptes les établissements hospitaliers au titre des comptes épargne-temps de leur personnel.

Pour accéder à la question, cliquez ici

  • ma question écrite au ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative sur la dégradation du dispositif d'aide administrative des directeurs d'école.

Pour accéder à la question, cliquez ici

  • ma question écrite au ministre auprès du ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, chargé des collectivités territoriales, sur la question de l'équilibre nutritionnel des repas fournis dans les cantines scolaires.

Pour accéder à la question, cliquez ici

  • ma question écrite à la ministre de l'économie, des finances et de l'industrie sur la nécessité de voir appliquer le volet « relations commerciales » de la loi n° 2008-776 du 4 août 2008 dite de modernisation de l'économie (LME).

Pour accéder à la question, cliquez ici

  • ma question écrite au ministre de la défense et des anciens combattants sur l'indemnisation des orphelins de guerre, et les inégalités qui subsistent pour ceux n'ayant pas bénéficié des décrets n° 200-657 du 13 juillet 2000 et n° 2044-751 du 27 juillet 2004

Pour accéder à la question, cliquez ici

Partager cet article
Repost0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 15:03

En tant que rapporteur spécial de la commission des finances de l’Assemblée nationale, je viens de recevoir du directeur général de l’agence France Trésor le suivi trimestriel de la dette de l’Etat, et donc sa situation au 31 mars 2011. Comme à l’accoutumée, en assurant le suivi de ces chiffres, je ne manque pas de les mettre en perspective, tant le poids de la dette publique est devenu un problème économique et politique majeur pour la France d’aujourd’hui, mais aussi – et c’est le plus terrible ! – de la France de demain.

Le prochain Président de la République, quel qu’il soit, va commencer son mandat avec comme boulet aux pieds le résultat désastreux pour nos finances publiques de la gestion de Nicolas Sarkozy et de ses gouvernements.

 

  • A 1 270 Mds € à fin mars 2011, la dette négociable de l’Etat est en hausse de 41Mds € pour les trois premiers mois de 2011 (1 229 Mds € fin décembre 2010), de + 86 Mds € en un an (1 183 Mds € fin mars 2010) et + 364 Mds € depuis mars 2007 (le stock était alors de 906 Mds € !).

 

Au total, cette dette aura augmenté de 393 Mds € depuis le début 2007 (le stock de dette était de 876,6 Mds € fin décembre 2006 !). Le premier dramatique héritage de la gestion Sarkozy, c’est celui-là : une dette lourde, dont la charge s’accroît, étranglant les marges de manœuvre budgétaires.

 

Quand on se souvient que le stock de dette négociable était de 652,8 Mds € fin 2001, on constate que la Droite aura doublé la dette de l’Etat depuis 2002 !

 

Les chiffres sont éloquents :

 

 

 

variation

Décembre 2001

653 Mds €

 

Décembre 2006

877 Mds €

+ 224 Mds €

(présidence Chirac)

Mars 2011

1 270 Mds €

+ 393 Mds €

(présidence Sarkozy)

 

Et de ce point de vue, il est clair que Sarkozy aura (presque) fait deux fois mieux que Chirac… Encore qu’il nous faille noter que le quinquennat de N. Sarkozy n’est pas encore fini… et que celui-ci aura été ministre (du budget, cela ne s’invente pas !) du Président Chirac !

 

  • De plus, ce qui n’est pas rassurant, c’est que cette dette continue non seulement de progresser, mais aussi de s’accélérer. Ainsi, d’une année à l’autre, l’augmentation de la dette est plus forte au 1er trimestre 2011 qu’au 1er trimestre 2010 !

     

1er trimestre 2010

1er trimestre 2011

+ 34,4 Mds €

+ 40,8 Mds €

 

Quand on observe que cette évolution se poursuit alors même que se dessine une augmentation des taux d’intérêt, on peut redouter que la charge annuelle de la dette
(c’est-à-dire la somme que consacre par an l’Etat à payer les charges d’intérêt) va continuer de s’alourdir (+ 5 Mds € prévus en 2011) ! Cela fera autant d’argent en moins pour les autres dépenses de l’Etat.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 10:59

On se souvient qu'avec huit députés socialistes, j'avais saisi le procureur général le 2 avril dernier de la décision de Christine Lagarde, ministre de l'économie et des finances, de recourir à un tribunal arbitral pour régler le litige opposant Bernard Tapie au consortium de réalisation (CDR) à propos de la cession de la société Adidas au Crédit Lyonnais en 1993.

Aujourd'hui, le procureur général près la cour de cassation, Jean-Louis Nadal, m'informe qu'il a saisi la commission des requêtes de la cour de justice.

L'affaire suit donc son cours ; pour mémoire, le tribunal arbitral avait condamné le CDR a verser à Bernard Tapie la somme de 285 millions d'euros au terme de ce qui ressemble fort à un petit arrangement entre amis...

Pour lire la lettre du procureur, Lettre proc' affaire Tapiecliquez ici.

 

 

Partager cet article
Repost0