Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 15:03

Chaque établissement a ses figures, ses hommes, ses femmes qui y travaillent et qui marquent l’établissement en question. Au centre hospitalier de Wattrelos, il y a ainsi Clotilde Delepaut. Hé bien, c’est arrivé : Clotilde prend sa retraite ! Incroyable quand on la voit mais c’est vrai ! Elle a fait valoir ses droits légitimes.

 

Pourtant, cela paraît impossible car ce sourire, cette voix, cette gouaille qui, à l’hôpital de Wattrelos, ne la connaît pas ? Après 19 ans à Roubaix, cela fait 14 ans qu’elle est à Wattrelos. Dans les équipes en charge des urgences, de l’accueil… parmi donc les missions les plus fondamentales. Clotilde, c’est une passion pour son hôpital, une passion pour son métier, c’est une femme adorée de ses collègues et des patients tant elle leur témoigne affection et respect ; c’est aussi et toujours un mot d’humour, une plaisanterie, un éclat de rire.

 

Alors oui, elle s’en va. Et ses collègues, direction comprise, sont autour d’elle, ce midi, pour une petite réception (en fait, il aurait fallu pousser les murs !). Mais il y a une surprise. Pardon, des surprises…

  C-Delepaut2.jpgC-Delepaut1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

D’abord, quand elle sort, ce sont des collègues pom-pom girls qui dansent autour d’elle ! C-Delepaut3.jpgPuis (car il paraît que c’était un de ses vieux rêves), elle court tout autour du jardin, avec un coach, juste avant qu’elle ne grimpe sur un podium et que le directeur Jean-Pierre Marquillie ne lui accroche la médaille d’une victoire (fictive) et que ne retentisse une Marseillaise où ses collègues se mettent au garde à vous autour d’elle !

 

De la solennité, de l’émotion, de l’affection beaucoup. Comme président du conseil de surveillance, je me devais d’être aux côtés de Clotilde pour lui dire la reconnaissance de notre population et la mienne, moi qui, il y a encore quelque mois à peine, avais reçu sa visite pour me demander instamment de sauver l’ambulance de l’hôpital ! Ce sera fait d’ailleurs puisque je suis allé chercher une subvention exceptionnelle (cf. article du 14 janvier 2011) pour que le centre hospitalier puisse acheter une nouvelle ambulance.

 

Bye bye Clotilde. Avec votre départ, vos collègues perdent plus, bien plus qu’une collègue...

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 23:59

martine1.jpgCe soir, mon ami Mehdi Massrour, le candidat PS qualifié pour le second tour des cantonales ce dimanche pour Roubaix-est, reçoit un soutien d'importance : celui de Martine Aubry en personne !

 

Nous sommes à Beaulieu, dans la soirée, et la présence de notre première secrétaire crée un attroupement inhabituel rue du Beau Saule : journalistes nationaux et régionaux attendent en effet avec impatience Martine qui déclare, au terme d'une journée chargée, qu'elle ne pouvait pas oublier ses amis nordistes à trois jours d'une élection décisive pour la majorité de notre Conseil général.

 

Pour marquer l'événement, de nombreux responsables politiques s'associent à sa présence : notre premier secrétaire départemental et député européen Gilles Pargneaux, mon collègue maire de Roubaix René Vandierendonck, et le premier vice-président du Conseil général Patrick Kanner.

  martine2.jpg

Tous sont aux côtés de Mehdi et Marie-Christine Ringotte (sa suppléante), mais aussi de Renaud Tardy, en course sur Roubaix-centre. Au micro et devant les caméras, Martine Aubry se montre combative et martèle qu'il faut faire barrage au Front national dimanche : « Le Gouvernement actuel a assez abîmé notre République ; elle n'a pas besoin de l'être davantage ! L'extrême-droite ne sait que s'indigner, être anti, être contre et ne propose rien... au contraire du parti socialiste qui possède un vrai projet ! ».

 

Des paroles fortes et mobilisatrices qui, nous l'espérons tous, trouveront un écho dans les urnes !

  martine3.jpg

Mais pour l'heure, la journée se termine, tout comme l'interview, et Martine Aubry tient à aller saluer un groupe d'habitants de Beaulieu qui se réunit à quelques mètres de là dans les locaux de l'école Camus pour une réunion Coup de pouce habitat, ravis de recevoir pareille visite ! Passé le moment d'intimidation, l'échange est chaleureux et les Wattrelosiens expliquent leurs projets, leurs créations, évoquent brièvement leur vie dans le quartier. Martine écoute attentivement, sourit, félicite. Et déjà, il lui faut reprendre la route.

 

De mon côté, la journée n'est pas finie : une dernière réunion de travail m'attend.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 23:38

Elle était venue à Wattrelos – plus précisément à Beaulieu (article ci-dessus) – soutenir Mehdi Massrour, candidat PS pour Roubaix-est, en vue du second tour des élections cantonales ce dimanche ; Martine Aubry a également été interrogée ce soir par les journalistes sur les propos de Claude Guéant.

 

Voici le reportage de TF1 diffusé au JT de 20 h :

 


Au centre d’une polémique après ses propos sur la "croisade" en Libye, le ministre de l’Intérieur s’expose encore à la bronca après ses déclarations, jeudi matin, sur le port de signes religieux dans les services publics. L'opposition s'indigne.

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 14:33

cgt2011.jpgCe matin, il me revient de dire quelques mots d'accueil au 24e congrès de l'union locale de la CGT de Roubaix et environs qui se tient durant deux jours salle Roger-Salengro.

 

Ce congrès se déroule dans un contexte particulier : dimanche dernier n'a pas été que l'arrivée du printemps ; il a souligné à la France au soir du 1er tour des élections cantonales combien nos concitoyens doutent et notre société souffre. Du reste, dans cette salle qui porte le nom du député-maire de Lille et ministre du gouvernement Blum signataire des accords de Matignon à qui l'on doit la liberté syndicale, l'augmentation des salaires, la création des conventions collectives, la semaine des 40 heures et les congés payés, comment ne pas se souvenir combien Roger Salengro a subi les attaques de l'extrême-droite ?

 

Pour ma part, en ce propos liminaire, j'évoque trois mots : inquiétudes, injustices et inégalités.

 

  • Inquiétudes tout d'abord au vu du contexte international ou environnemental bien sûr, mais aussi pour l'avenir de chacun : l'espérance d'une vie meilleure vacille un peu plus chaque jour à mesure que le chômage et la précarité augmente, que le coût de la vie explose...

 

  • Injustices ensuite : celles que ressentent nos concitoyens devant la dégradation de nos services publics. Les enseignants victimes des différentes lois de finances, les policiers et les magistrats pourtant peu habitués à protester, les personnels de hôpitaux que je salue au passage car leurs représentants roubaisiens et wattrelosiens sont dans l'assistance. Ce qui me sidère le plus en ce moment, c'est que depuis trois semaines, à l'Assemblée nationale, un axe de travail imposé par le Gouvernement occulte tous les autres : la suppression de l'impôt sur la fortune ! Franchement, est-ce bien l'urgence sociale et économique ? Le décalage entre les puissants et les faibles dans ce pays devient abyssal ! Par ailleurs, est-ce que l'Etat français peut s'offrir le luxe de se priver de cette ressource (4 milliards de recettes fiscales) qui représente quatre fois le déficit cumulé de tous les hôpitaux de France ?

 

  • Inégalités enfin, celles qui se creusent lorsque l'on assiste à l'augmentation des bénéfices du CAC 40 alors qu'il y a tant de petits salaires, et / ou des résultats du secteur bancaire alors qu'il y a tant de plans de surendettement, à l'image de celles et ceux qui ont toujours moins et que j'essaie d'aider, y consacrant souvent une bonne partie de mes week-ends pour tenter de trouver des solutions bancaires à leurs problèmes.

 

Voilà pourquoi je veux livrer deux messages aux congressistes.

 

D'abord celui de l'importance, dans la France de 2011, lorsque l'on voit ce qui se répand dans notre pays, de rester fermer sur nos valeurs, nos idées, notre conception de la société. Si on veut une égalité réelle des chances dans le monde de demain, vivre sa vie familiale et professionnelle dans de bonnes conditions, c'est essentiel.

 

Ensuite celui de la nécessité, pour tous ceux qui partagent ces valeurs, qu'ils veulent laver plus rose, plus rouge ou plus vert, de s'unir pour faire émerger leurs valeurs communes de progrès et de justice sociale, sinon, le risque est que les plus modestes en subissent de douloureuses conséquences.

 

Alors soyons dignes de Salengro, Blum et Jaurès, et défendons cette France qu'on a tous au cœur ! Mobilisons-nous pour nos services publics, pour le progrès, pour la justice sociale ! Et pour l'essentiel : la défense des plus faibles.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 07:58

Ce matin, toute la presse se fait l'écho d'une augmentation du prix de l'électricité de 30 % - voire 40 % - dans les 5 ans à venir. Une telle annonce ne peut que faire réagir quand on sait combien de foyers souffrent de la crise du prix de l'électricité.

 

Déjà le prix du pétrole et donc celui du carburant sont en hausse, en raison du contexte international. Et par voie de conséquence, bientôt ce sera les prix des matières premières et donc celui de produits alimentaires ou de première nécessité qui vont augmenter.

 

Dans ce contexte, le Gouvernement ne peut que refuser la hausse des tarifs demandée par EDF.

 

Et cela.

  • Le pouvoir d'achat denombreuses familles est en berne et beaucoup souffrent pour acquitter leurs charges. Faut-il ici rappeler que 3,5 millions de ménages sont aujourd’hui en situation de précarité énergétique ?

  • De surcroît, la France a fait le choix du nucléaire il y a déjà plusieurs décennies avec en contre-partie le maintien d'un prix pour le consommateur français inférieur à celui de nos voisins ayant opté pour d'autres modes de production : il ne faudrait pas que cet avantage soit rogné au profit du besoin de bénéfices pour les actionnaires ! Car là est sans doute le dégât collatéral de la course à la privatisation et d'une mise en concurrence excessive.

 

Or le Gouvernement a le pouvoir de décider en matière de tarifs. Il doit donc « stopper la spéculation sur le dos des familles et de la création d'emplois » comme le rappelait cet après-midi l'un de mes collègues et amis, François Brottes, lors des questions au gouvernement ! Il doit imaginer des dispositifs pour contenir les conséquences dramatiques de ce renchérissement de l'énergie : j'ai moi-même posé une question écrite au gouvernement sur ce problème, tellement je le sens source d'inquiétudes pour mes concitoyens (Journal officiel du 22/03/2011, page 2631; cf. article du 22 mars 2011).

 

C'est le moment de prendre conscience qu'une autre politique énergétique est possible en France, plus juste, plus solidaire et protectrice des générations futures. Elle consiste à investir massivement dans l'économie d'énergie ; à développer les énergies renouvelables : la loi Grenelle de l'environnement 1 - qu'avec mes collègues socialistes j'avais votée ! - le préconise effectivement... mais la loi NOME (nouvelle organisation des marchés de l'électricité) adoptée l'année dernière, l'empêche, ce que d'ailleurs à l'époque j'avais dénoncé (cf. article du 15 juin 2010); à mettre en place un tarif de base pour que les plus défavorisés n'aient pas à faire appel à la charité pour se chauffer ! À suspendre immédiatement la loi sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité (NOME); à déclarer un moratoire sur les tarifs de l’énergie.

 

Certes le Gouvernement, par la voix de Monsieur Besson, a répondu que « le Gouvernement n’étudie aucune hausse importante des tarifs de l’électricité »... avant de déclarer, moins catégorique, « qu’à l’été – pas avant – il y aura une légère augmentation des tarifs de l’électricité ». On verra...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 16:31

logo anAujourd'hui paraissent au Journal Officiel :

 

  • Ma question au ministre du travail, de l'emploi et de la santé sur les menaces qui pèsent actuellement sur le dispositif Nacre (nouvel accompagnement à la création-reprise d'entreprise) mis en place en 2009 par l'État et conçu pour accompagner notamment les demandeurs d'emploi créateurs d'entreprise, soit 20 000 créations par an. À l'heure où la création d'entreprise devient en France un fait de société (262 300 entreprises créées en 2010, sans compter les 359 700 auto-entrepreneurs) comment comprendre que ce dispositif d'accompagnement à la création-reprise d'entreprise soit mis à mal ?

 

Pour lire la question, accédez au site de l'Assemblée nationale ici.

 

  • Ma question, toujours au ministre du travail, de l'emploi et de la santé, sur les intentions du Gouvernement sur l'emploi des seniors. En effet, dans le cadre de la loi du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites, via le nouvel article du code du travail L. 5133-11, la réforme des retraites a évoqué une aide à l'embauche versée aux entreprises qui engagent des personnes de plus de 55 ans.

 

Pour lire la question, accédez au site de l'Assemblée nationale ici.

 

  • Ma question à la ministre de l'économie, des finances et de l'industrie sur les conséquences de l'augmentation annoncée du prix du gaz au 1er avril 2011. Cette hausse de + 5 % va en effet porter à plus de 20 % la hausse du prix du gaz en un an (+ 9,7 % en avril 2010 ; + 4,7 % en juillet 2010) !

 

Pour lire la question, accédez au site de l'Assemblée nationale ici.

 

  • Et enfin, la réponse à ma question posée le 11 janvier dernier à la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement sur les inquiétudes des organisations syndicales représentatives des ouvriers des parcs et ateliers (OPA) concernant les conditions d'application de la loi n° 2009-1291 du 26 octobre 2009 relative au transfert aux départements des parcs de l'équipement.

 

Pour lire la question et sa réponse, accédez au site de l'Assemblée nationale ici.

 

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 13:57

Les Français ont placé les candidats de gauche et les écologistes largement en tête des élections cantonales. Ils ont voulu, par leur vote, signifier une fois de plus leur rejet des choix politiques de Nicolas Sarkozy et sanctionner l’échec du gouvernement. Notre économie ne sort pas de la crise, notre environnement continue de se dégrader, le chômage ne diminue pas, le pouvoir d’achat régresse, les inégalités progressent et notre République est abîmée.

 

L’abstention de millions d’électeurs sanctionne le décalage croissant entre les urgences sociales et les réponses apportées par le Gouvernement. Les Français ont également montré leur soutien aux politiques locales menées par la Gauche et les écologistes qui, jour après jour, soutiennent l’emploi dans les territoires avec des politiques innovantes socialement et respectueuses de l’environnement, et défendent les services publics locaux.

 

Aujourd’hui, plus que jamais, la Gauche et les écologistes ont une grande responsabilité. Toutes nos forces doivent être utilisées pour amplifier dimanche prochain le vote du premier tour. Le 27 mars, il faut un maximum d’élu-e-s de gauche et écologistes.

 

Nous appelons toutes les forces de gauche, les écologistes, les démocrates et les républicains à se rassembler dans tous les départements, à se mobiliser et à s’unir pour battre la Droite et l’extrême-droite au deuxième tour des élections cantonales, derrière les candidats de gauche et écologistes arrivés en tête au premier tour.

 

Au-delà, nous savons que notre responsabilité est de construire une politique alternative globale et cohérente à la politique de la droite pour porter l’espoir d’une alternance politique en 2012.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 08:52

cantonal1.jpgC'est le premier enseignement que je tire de ce premier tour des élections cantonales pour Roubaix-Est : le candidat socialiste, Mehdi Massrour, fait la course en tête ! Avec un peu plus de 36 % des suffrages, il réalise un beau score (surtout quand on regarde alentour) et possède, sur le plan mathématique, un réservoir de voix pour le second tour, dimanche prochain. Certes, c'est une première position à l'arraché... mais une première place quand même !

 

La seconde partie de mon analyse relève une insatisfaction, celle du démocrate qui considère avec déception la forte abstention lors de ce premier tour (72 % pour le canton), abstention certes annoncée mais toujours douloureuse à constater ! Ces élections cantonales, pour une fois déconnectées des régionales ou des municipales (pour la première fois depuis vingt ans), n'ont pas intéressé, la dimension de proximité de l'institution départementale n'a pas été comprise à sa juste mesure. C'est injuste car le Conseil général est important dans bien des domaines de notre vie quotidienne.

  cantonal2.jpg

Enfin, je veux dire ma douleur que le Front national se classe à la seconde place de ces résultats – il est même légèrement en tête à Wattrelos (en valeur absolue, il n'a pas beaucoup bougé au regard de son résultat de 2004, mais l'abstention des autres électeurs porte mécaniquement le score du FN à la hausse !). Il est clair que les électeurs séduits il y a quelques années par la Droite version Sarkozy, en pleine déconfiture ce soir, sont retournés à la maison. Ce qui me fait le plus mal, c'est que ce score soit obtenu par un candidat par procuration, un candidat-fantôme dont on ne connaît même pas le visage, qui tient ses conférences de presse à Lille, qui n'a même pas pris la peine d'apposer son affiche sur les panneaux électoraux, ne connaît rien de Wattrelos, de ses habitants, de ses projets... Moi qui conçois le mandat politique comme une fonction de proximité, comme un engagement d'être au plus près des concitoyens, je suis consterné.

  cantonal3.jpg

Alors je l'affirme : la République doit se battre, l'heure est à la mobilisation ! Les électeurs de gauche restés chez eux doivent venir voter dimanche. Et les électeurs des autres partis de gauche doivent s'unir et voter socialiste car il y a danger : que cette terre industrielle, de labeur, de courage et de solidarité élise un conseiller général lepeniste ; je ne veux pas de cette tâche-là !

 

Alors pour éviter cette hérésie, dimanche prochain, tous derrière Mehdi Massrour ! Mobilisons-nous nombreux et allons voter.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 16:33

sandor.jpgCet après-midi, il y a de l'émotion dans le salon d'honneur de l'Hôtel de ville : la Municipalité reçoit Emma et Sandor Kutlik, les plus wattrelosiens des Hongrois... à moins qu'ils ne soient les plus hongrois des Wattrelosiens !

 

Nos amis ont décidé de repartir dans leur pays d'origine après avoir consacré une bonne partie de leur existence à Wattrelos et aux Wattrelosiens : Sandor, entré dans les services municipaux en 1991, fut en effet notre interprète, notre accompagnateur, notre ambassadeur auprès de notre ville jumelle hongroise, Mohàcs, mais aussi le fondateur de l'association d'amitié franco-hongroise wattrelosienne Kossuth.

 

Aujourd'hui, je dis au revoir à un ami de la Hongrie, un ami de Wattrelos, à un ami tout court.

 

Ami de la Hongrie, c'est incontestable : il la respire, la ressent, vous la fait aimer. Il vous parle comme personne de son pays, de ses villes et villages, de ses hommes et ses femmes, vous emmène rencontrer ses artistes, ses enseignants, ses militants... Il conçoit la relation humaine comme nous la vivons à Wattrelos et cela nous rapproche inévitablement.

 

Ami de Wattrelos et des Wattrelosiens, évidemment : les drapeaux disposés sur les murs de l'Hôtel de ville illustrent la volonté politique de la Municipalité, et de celles qui l'ont précédée, de construire l'Europe. Sandor fait partie de ceux qui y ont contribué. Notre jumelage avec la Hongrie n'aurait pas été ce qu'il a été sans lui, lui qui a su tenir la charrue pour tracer un sillon durable de l'amitié franco-hongroise. Alors, au nom du Conseil municipal, des enfants ayant bénéficié des échanges scolaires, des représentant(e)s de nos associations – notamment les pêcheurs : merci Sandor !

 

Ami, tout simplement : désolé, je n'aurai pas réussi à apprendre la langue hongroise durant toutes ces années, mais la langue de l'amitié est bien plus précieuse. C'est elle qui me lie à Sandor, à qui je dois de m'avoir un jour sorti d'un traquenard diplomatique (en déplacement à Mohàcs, j'avais été mis en demeure, selon une tradition locale hongroise, de réaliser une soupe de poissons... domaine dans lequel je n'ai aucune compétence, à la différence de Sandor qui l'avait confectionnée pour moi et ainsi tiré une belle arête du pied !). Je n'oublierai pas les nombreuses anecdotes communes durant toutes ces années, non plus que le jour où Sandor m'a invité en Hongrie à découvrir son chez-lui, son jardin secret loin de l'agitation de la ville. C'était un vrai moment de partage, sincère, intense et comme toujours très convivial.

 

Alors merci Sandor, merci Emma. Je suis fier d'avoir eu la chance de vous rencontrer et cette médaille d'or de la Ville avec laquelle vous repartez de Wattrelos – notre légion d'honneur à nous – est amplement méritée. Bon voyage, excellent retour chez vous... et à bientôt !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 13:45

En cette fin de matinée, l'agenda des manifestations est dense : en un peu moins de deux heures, il me faut être aux cimetières du Crétinier et du Centre pour la commémoration du cessez-le-feu en Algérie, puis passer par le musée où le journaliste Jean-Noël Cogghe présente son dernier livre consacré à la Résistance dans la région – et dans une large mesure à Wattrelos – durant la Seconde guerre mondiale, puis recevoir en mairie de jeunes élèves allemands venus de notre ville jumelle de Köthen, en résidence à Wattrelos dans le cadre d'un échange scolaire avec la cité scolaire Zola.

  cimetiere-mars2011.jpg

  • Elus et représentants des sociétés patriotiques – au premier rang desquelles figure bien entendu la Fédération nationale des anciens combattants d'Algérie, Maroc et Tunisie, et son responsable André Marchal – nous nous recueillons d'abord, donc, avec respect et dignité, devant les monuments aux morts de nos cimetières, aux pieds desquels je dépose solennellement une gerbe de fleurs. Le 19 mars 1962, à midi, prenait donc fin officiellement un conflit qui, longtemps, n'a pas voulu dire son nom – les fameux événements d'Algérie – mais qui était bel et bien une guerre, pour laquelle sont tombés bien des enfants de Wattrelos, et que seule la loi de 1999 (que je m'honore d'avoir votée) a appelée guerre.

      jeannoelC.jpg

  • Voyage dans le temps, voyage dans notre Histoire pas si lointaine, comme l'est la Seconde guerre mondiale évoquée au même moment, à quelques centaines de mètres à peine du cimetière du Centre, par Jean-Noël Cogghe, auteur d'un livre qu'il présente au musée des arts et traditions populaires, livre intitulé : Justes, un réseau. Je passe le saluer et écouter une partie de son exposé – une partie seulement car l'homme est intarissable ! Il s'agit d'un livre « de vulgarisation » comme le dit son auteur, un livre de témoignages et de références pour donner envie d'approfondir le sujet : la Résistance à Wattrelos et dans l'agglomération. Jean-Noël ose le parallèle : ces résistants à l'occupant allemand, ces justes, étaient un peu comme de jeunes membres d'un groupe de rock (ce milieu qu'il connaît bien), idéalistes, cherchant à abattre les difficultés pour pouvoir atteindre la lumière. « Les résistants sont des gens révoltés... comme le sont les artistes ! » De la part d'un historien du rock et d'un homme d'audaces comme l'est Jean-Noël, puis-je vraiment être surpris ? D'anecdotes en anecdotes, de digressions en digressions, le propos englobe d'étonnants acteurs : Picasso, Prévert, Montand... Non, ceux-là ne furent pas Wattrelosiens mais des connaissances de connaissances qui, en déroulant le fil de la bobine, nous ramènent à notre passionnant sujet.

      kothen2.jpg

  • Mais déjà il me faut partir car en mairie m'attend une autre visite, celle d'élèves du Ludwigsgymnasium de Köthen, notre jumelle allemande, venus passer quelques jours avec des lycéens de Zola. Avec Köthen, nous entretenons des relations fécondes (nos deux villes se ressemblent : industrielles, elles ont souffert et veulent s'en sortir ; elles développent en outre le même goût pour l'art, la musique... et la jeunesse !). Je le dis à mes jeunes hôtes : cette réception n'est sans doute pas l'étape la plus amusante de leur séjour mais elle est importante car elle marque l'attachement de notre Municipalité à ce jumelage et à la jeunesse, jeunesse européenne, jeunesse universelle car elle n'a pas de frontière. Du reste, qui peut distinguer les jeunes Allemands des jeunes Français dans la salle ? Ce jumelage est aussi important car nous voulons continuer à faire vivre l'enseignement de la langue allemande dans nos établissements scolaires wattrelosiens. La construction européenne repose en effet sur l'axe franco-allemand, la maîtrise de la langue est essentielle pour nos deux pays et, si depuis 20 ans, le nombre d'élèves qui étudient l'allemand est en baisse, je trouve ça bien dommage. En faisant vivre des échanges scolaires de qualité, nous voulons redonner foi à la pratique de cette langue dans nos collèges et lycées. En attendant, willkomen, amis de Köthen et bon séjour dans notre bonne ville de Wattrelos !

 

 

 

Partager cet article
Repost0