Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 09:14

Le Gouvernement rend publiques ses propositions sur les retraites ! Elles sont critiquables !

 

Ø      Sur la méthode d'abord : pas de vraies négociations… et en plein été !

 

Le Gouvernement dit avoir beaucoup consulté. Peut-être ! Mais c'est tout ! En fait, il a reçu séparément chacun des acteurs concernés (syndicats, partis politiques, etc.). Mais de fait, il a refusé de dialoguer dans une même réunion avec l'ensemble des partenaires sociaux, du moins les syndicats qui n'ont cessé de le lui demander. Il a refusé de prendre en compte les propositions du Parti socialiste en faveur d'une réforme plus juste, pérenne et préservant pleinement notre système de retraite par répartition tout en permettant à chacun de choisir, s'il le peut, le moment de son entrée en retraite (voir mon article du 20 mai).

 

Par ailleurs, lors de l'examen du projet de réforme au Parlement, le Gouvernement a d'ores et déjà annoncé qu'il refuse catégoriquement la publicité des travaux en commission. Et cela alors que depuis la réforme constitutionnelle de 2008, les travaux en commission sont fondamentaux et sont devenus bien plus décisifs pour écrire les lois que les travaux dans l'hémicycle (puisque maintenant, c'est le texte adopté en commission qui vient en débat dans l'hémicycle). Ajoutons que l'examen du projet de réforme commencera au Parlement en plein été (d'ailleurs, je l'examinerai en commission des finances les 19 et 20 juillet prochains !) et se poursuivra au moment de la rentrée scolaire : inutile donc de préciser qu'il s'agit de moments bien choisis par le Gouvernement, de moments où nombre de Français seront en vacances !

 

Ø      Sur le fond ensuite : un projet injuste

 

  • Le projet de l'actuelle Majorité est injuste car il fait reposer l'effort encore sur les mêmes, ceux qui déjà aujourd'hui connaissent des situations difficiles ou de fragilité :

 

-         les salariés car l'âge légal de départ à la retraite passe de 60 ans à 62 ans ; au total 90 % de la réforme sera supportée par eux seuls (recul de l’âge légal ; relèvement des cotisations des fonctionnaires). Malgré les grandes annonces gouvernementales de vouloir faire « payer les riches », les prélèvements sur les revenus du capital et les hauts revenus sont dérisoires. Pire, les stock options et les retraites chapeaux continueront d'être protégées par le bouclier fiscal !

 

-         les salariés qui ont commencé à travailler jeunes car le dispositif de départ anticipé pour les carrières longues est impacté par le report à 62 ans de l'âge légal.

 

-         les femmes ou les travailleurs précaires qui ont des carrières incomplètes, les jeunes qui entrent de plus en plus tard dans la vie professionnelle : avec le report de l'âge de l'annulation de la décote, tous devront probablement attendre 67 ans pour percevoir une retraite à taux plein !

     

  • A cela s'ajoute que le Gouvernement n'a pas respecté ses promesses pour la prise en compte de la pénibilité et pour favoriser l'emploi des seniors :

 

-         la prise en compte de la pénibilité est pourtant un engagement que François Fillon a pris en 2003. Le dispositif aujourd'hui proposé n'a même pas fait l'objet de négociations avec les organisations syndicales, et est plus que contestable : une visite médicale devra prouver que le salarié qui souhaite bénéficier de la pénibilité (et ainsi être en retraite à 60 ans) est atteint d’une incapacité physique diminuant sa capacité de travail de 20 % « ayant donné lieu à l’attribution d’une rente pour maladie professionnelle ou pour accident du travail ». L’espérance de vie par métier n’est même pas évoquée !

 

-         quant à l'emploi des seniors, la seule proposition gouvernementale devant permettre de favoriser leur emploi (le taux d'emploi des seniors en France étant aujourd'hui le plus bas d'Europe !) se résume à un CDD seniors, dispositif d’aide à l’embauche pendant un an destiné aux employeurs qui feront signer un contrat de travail de plus de six mois à un salarié âgé de plus de 55 ans. Dispositif qui  risque d'être peu efficace ! Car sans de vraies mesures favorisant l'emploi des seniors, le recul de l'âge de la retraite, au final, fera que bon nombre de salariés qui auraient pu partir en retraite deviendront chômeurs !

 

La réforme gouvernementale des retraites est donc un projet injuste et de renoncement à des engagements de première importance (pénibilité, emploi des seniors). C'est aussi un projet de très court terme puisqu'il ne vaut que jusqu'en 2018.

 

C'est enfin un projet qui met doublement en péril les générations futures ! D'abord parce qu'il ponctionne (notamment pour financer le régime général !), les sommes qui avaient été provisionnées pour assurer leurs pensions (grâce à la création du fonds de réserve des retraites par le gouvernement Jospin que la Droite n'alimente plus depuis 2002 !).

 

C'est pour toutes ces raisons que le projet gouvernemental n'est pas acceptable en l'état, ni même dans sa philosophie. Il faut le combattre car si nul ne nie que la question des retraites est d'importance, et complexe, la réponse gouvernementale n'est certes pas la meilleure.

 

Pour consulter la comparaison des propositions gouvernementales et socialistes, Comparatif retraitescliquez ici.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 14:24

electricite-pilone.jpgLe texte paraît anodin mais derrière un titre sibyllin et un contenu que le Gouvernement présente volontiers comme exclusivement technique, c’est sans doute un des projets de loi les plus importants depuis longtemps en matière d’énergie et de ceux qui, incontestablement, dessineront l’avenir énergétique de la France ! 

 

Cet après-midi, en effet, après plusieurs jours de débat, le Gouvernement soumet au vote de l’Assemblée, le projet de loi Nomé (nouvelle organisation du marché de l’électricité) dont l’objectif est d’ouvrir davantage les marchés de l’électricité à la concurrence et dont la raison d’être est de contraindre EdF à vendre à ses concurrents, à un tarif avantageux (mais la discussion avec les dirigeants d’EdF a été vive et c’est bien normal !), une part de l’énergie qu’elle produit.

 

C’est dire si ce texte n’est vraiment pas mineur. Pourquoi ? Pour trois raisons :

 

Ø D’abord parce qu’il vise à faciliter l’entrée de nouveaux concurrents sur le marché de l’électricité, pour battre en brèche le monopole d’EdF : c’est donc une posture purement idéologique, avec un présupposé idéologique – qui ne s’est pas toujours économiquement vérifié – selon lequel, avec plus de fournisseurs concurrents, le consommateur ne pourra que bénéficier de baisses de prix !

  

Ø Ensuite parce qu’il met à mal précisément l’avantage concurrentiel d’EdF et de l’économie France toute entière, à savoir le bas prix d’électricité qui résulte de l’importante production d’origine nucléaire en France, fruit des investissements d’EdF. Et là, on marche sur la tête : on contraint l’opérateur historique – alors même que parfois le pays manque déjà d’électricité ! – à vendre de sa production à ses concurrents… alors que lui-même doit dégager les retours sur investissement qui lui permettraient d’avoir les moyens financiers, justement, d’assurer le renouvellement de son parc de centrales, ou d’autres investissements en énergies renouvelables. Mais si on appauvrit EdF, si ces investissements ne se font pas, n’est-on pas en train de tuer la poule aux œufs d’or, celle en vertu de laquelle l’énergie, en France, est plutôt bon marché (ce qui est un facteur de compétitivité) ?

  

Ø Enfin, ce texte n’est rien d’autre qu’une décision autoritaire de prélever une partie de la valeur ajoutée de l’opérateur public, pour la transférer à des entreprises privées (qui se comportent ainsi comme des coucous, n’ont pas fait les lourds investissements de production, mais veulent tirer parti des profits que ceux-ci ont pu générer !) puisque, avec ce texte, EdF devra concéder aux fournisseurs d’électricité 25 % de sa production d’origine nucléaire ! Un journal l’a écrit, cette loi Nomé assure « le partage du gâteau nucléaire » : c’est exactement cela, au détriment de notre économie et des consommateurs ! EdF devra en effet fournir un maximum de 1 000 milliards de WH par an à ses concurrents (GdF Suez, Poweo, Direct Energie).

  

De fait, la conséquence plus que vraisemblable de ce texte – elle est à mes yeux certaine – c’est que le prix de l’électricité va s’envoler dans les années qui viennent.

  

Ainsi, la commission de régulation de l’énergie annonce que la réforme va provoquer une envolée des tarifs de l’électricité de plus de 11,4 % dès 2011 pour les particuliers (et de 3,5 % par an entre 2011 et 2025 !) et de près de 15 % pour les entreprises. Ces augmentations viendraient s’ajouter à celles du prix du gaz : + 9,7 % au 1er avril 2010 et + 5 % au 1er juillet 2010, asphyxiant totalement les consommateurs et les entreprises.

  

Comme pour le gaz, cette inflation tarifaire de l’électricité est le résultat des options libérales du Gouvernement. Les tarifs réglementés ne dépendront plus d’une décision politique qui tient compte de la situation économique et sociale du pays mais de la commission de régulation de l’énergie. D’autre part, dans tous les pays européens qui ont déréglementé leur marché de l’énergie, les consommateurs ont vu les prix s’envoler, la compétitivité des entreprises s’est fortement dégradée, la désindustrialisation accélérée. Cette déréglementation va aussi accroître les inégalités sociales. En refusant de reconnaître que l’énergie est un bien de consommation pas comme les autres, ce projet de loi fragilise davantage les 3,5 millions de Français en état de précarité énergétique.

  

Avec mes collègues socialistes, je crois, moi, que l’électricité est un bien public et qu’elle doit le rester. Elle est même un bien de première nécessité qui doit être préservée du profit privé. On me dira que j’ai, en la matière, une posture idéologique ? Oui, je l’assume. Car dans la répartition des richesses d’un pays, l’accès à l’énergie pour tous est une condition première de vie, et pour certains même de survie.

  

Alors c’est sans réserve que, cet après-midi, j’ai voté contre ce texte de démantèlement.

 

 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 08:18

kothen2010-1.jpgLa ville jumelée de Wattrelos, en Allemagne orientale, fête les 20 ans de jumelage avec Wattrelos, mais aussi avec ses deux autres villes sœurs allemandes, Langenfeld et Lüneburg, ce week-end à l’occasion de la Kuhfest (traduction : fête de la vache, animal symbole de la ville de Köthen, manifestation organisée par le légendaire Ku Ka Kö, à la troupe de danseuses bien connue ici à Wattrelos pour notre carnaval !).

 

Un peu partout dans la ville, il y a donc des animations où des participants en provenance des villes jumelles (celles déjà citées, mais aussi de Polonais de Siemianowice-Slaskie, également jumelée avec Wattrelos) s’activent dans une ambiance de franche camaraderie et une belle convivialité : tout le monde ne parle pas la même langue mais chacun apprécie d’être avec l’autre pour partager sa passion, qu’il s’agisse de l’art, du sport ou de la fête. C’est ainsi que des Wattrelosiens participent à ces rencontres : des artistes de l’Atelier des arts, des jeunes d’Acti’jeunes ou notre célèbre Band’As.

  kothen2010-2.jpg

Pour ma part, avec mon adjointe aux relations internationales Juliette Keraudy, après une arrivée tardive vendredi en provenance de Berlin, la matinée est consacrée au point des chantiers du centre-ville : c’est vrai que le cœur de cette commune de près de 30 000 habitants a bien changé. Cela fait quatre ans que je n’y suis pas allé et façades, voiries ont pris un coup de neuf. Capitale de la musique (J.-S. Bach y a longtemps résidé) et de l’homéopathie (l’hôpital remis à neuf lui est dédié), Köthen a consacré ses investissements récents à la valorisation de ce patrimoine.

 

Mais l’attention de son bourgmestre, mon ami Kurt Zander, ce sont les relations humaines et personnelles, et lui comme moi, nous partageons cette préoccupation. kothen2010-3.jpgVoilà pourquoi, comme lui, je suis heureux de voir nos Wattrelosiens, jeunes et moins jeunes, vivre ces quelques heures ou jours si proches de leurs amis Allemands.

  

Ce matin, quel plaisir d’abord de rencontrer nos trois artistes wattrelosiennes en train de s’activer à construire des objets en carton qui seront présentés à côté des peintures lors du vernissage de l’exposition de cet après-midi. Il n’y a pas à dire : la bonne humeur règne, n’est-ce pas Brigitte, Micheline et Chantal ?

  kothen2010-4.jpg

Juste après le déjeuner, nous voyons arriver les compétiteurs d’une course depuis Landeberg, et avouons que nos sportifs (qui ont quand même parcouru 269 km) sont eux aussi très souriants, malgré l’effort.

  

A la réception officielle cet après-midi, en prenant la parole, je rappelle la citation de Jean Cocteau, pour qui « l’amitié est une création de l’homme, la plus haute de toutes ». C’est cette amitié que nous faisons vivre avec ce jumelage et dont nous célébrons l’anniversaire.

  kothen2010-22.jpg

Le serment en a été signé en 1990, et « nous, les héritiers sommes fiers et heureux des liens qui nous unissent. Nos traditions ne sont pas les mêmes, notre histoire et notre héritage culturel sont différents. Mais nous avons en commun de quoi surmonter tout cela : nous avons du cœur ! ».

  

Je rappelle combien est riche notre jumelage avec Köthen, à l’image, au-delà des associations présentes aujourd’hui, des philatélistes, des kothen2010-6.jpglanceurs de javelot ou des échanges scolaires qui ont lieu entre notre cité scolaire Emile-Zola et le Ludwiggymnasium. Si notre jumelage a 20 ans, il est « vivant, actif, généreux ». Et en cette fin d’après-midi, je lui souhaite « un très bel avenir et une longue vie ».

 

L’humour et le sérieux sont, dit-on, deux traits qui me caractérisent. Alors je les utilise au terme de mon propos.kothen2010-7.jpg L’humour, en offrant sous les rires de l’assistance à Kurt Zander une superbe vache en peluche (qu’il va garder précieusement dans son bureau, au milieu de quelques autres !), symbole de Köthen bien sûr, mais aussi de la convivialité de notre jumelage.kothen2010-8.jpg Le sérieux aussi, en lui remettant, parce que l’amitié est d’or, la grande plaquette d’or de l’Assemblée nationale !

 

Après la cérémonie en mairie, nous voilà partis vers le château (restauré) de Köthen (un superbe bâtiment du 14e siècle) où nous inaugurons l’exposition des artistes,kothen2010-9.jpg où nos Wattrelosiennes font bonne figure (et avec le sourire !) et où un couple d’allemands me confie un instant leur chien dénommé… Otto ! kothen2010-10.jpgSurtout ne le dites pas à Albert…

 

La fête bat son plein et les danses se succèdent aux intermèdes musicaux ; notre Band’As notamment donne le rythme… pardon, des rythmes ! Tape des mains, bouge-toi… Voilà ce que partout ils sèment par leurs prestations. kothen2010-11.jpgQuelle joyeuse bande de musiciens ! Et de voir leur banderole où Wattrelos est écrit en grand me fait bien plaisir.

 

Ne reste plus qu’à patienter jusqu’à la fête du Ku Ka Kö ce soir où la troupe de Ronald reçoit en vedette un groupe très réputé Outre-Rhin, le groupe Karat . Leur rock est en effet endiablé…

 

Auf Wiedersehen Köthen. Et vive le jumelage Wattrelos-Köthen !

 

kothen2010-12.jpg

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 10:56

watou1-2010.jpgLa réception pour la remise des lots du printemps du commerce, ce soir dans les Salons de l’Aveline, n’est pas une simple réception. Elle est également un moment important dans la vie de notre fédération des unions commerciales de la ville, W’Atout commerce, puisque sa présidente depuis tant d’années, Marielle Wyts (Atelier Marielle), passe officiellement la main à son successeur, Christophe Ricci (Ricci Automobiles)… dont le garage se situe juste en face du lieu où nous nous retrouvons ce soir !

 

L’élection du nouveau bureau de W’Atout est très récente : Renée Collet (vice-présidente), Nicolas Motte (trésorier) et Marie-Pierre Deslemmes (secrétaire) épauleront le nouveau président dans sa nouvelle tâche dont je sais qu’elle sera consommatrice de temps et d’énergie. C’est d’ailleurs ce que j’avais dit à Marielle quand elle était un jour venue me trouver dans mon bureau pour m’annoncer qu’elle venait d’être élue présidente, succédant en cela à Bernard Halleumieux : animer le tissu très dense (plus de 350 enseignes) de commerçants et d’artisans wattrelosiens est une charge réelle, d’autant moins facile à assumer que le métier est déjà prenant en soi.

 

Marielle a néanmoins su relever le gant et je lui rends un hommage appuyé : elle fut une partenaire attentive et fidèle des manifestations commerciales… dont elle a d’ailleurs enrichi le calendrier en imaginant et en faisant vivre d’autres événements, tout en assurant la tâche de son entreprise de tapissier-garnisseur connue bien au-delà des frontières communales.

 

Il est important que nos commerçants et artisans wattrelosiens continuent de disposer d’une représentation qui sache défendre leurs intérêts et promouvoir la ville, faire l’interface avec les autorités consulaires et d’Etat aussi, d’autant que des décisions lourdes nous attendent, et que des chantiers importants restent à conduire.

 watou2-2010

J’adresse donc tous mes encouragements à Christophe Ricci et à son équipe… ainsi que des félicitations à nos gagnants du jour – il ne faudrait pas oublier que nous sommes également réunis pour la remise des lots du printemps du commerce ! – qui repartiront l’un avec un vélo homme, et la dame avec un vélo dame (ouf, le monde est bien fait !) après avoir simplement rempli un bulletin en faisant leurs courses chez nos commerçants en ce printemps 2010… et avoir été tiré au sort bien sûr (un scooter et un vélo ont déjà été remis lundi soir à la CCI à deux autres gagnants).

 

Félicitations aux lauréats, merci Marielle et bonne route Christophe !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 13:57

On connaît le mandat de la commission Attali, mise en place il y a deux ans autour de son président Jacques Attali. Elle alors émis un rapport avec 316 propositions « pour libérer la croissance ». Aujourd’hui cette commission d’experts a été remise au travail, dans un contexte tout autre, celui de la crise, celui de la préparation des conditions pour sortir de la crise.

 

Pour cette nouvelle phase de réflexions, et contrairement aux travaux menés il y a deux ans, cette fois-ci Jacques Attali a proposé que les parlementaires puissent être associés aux travaux. C’est ainsi que, sur proposition du président de la commission des finances, l’Assemblée nationale a désigné parmi ses représentants deux députés SRC : Aurélie Filipetti et moi-même.

 

Le calendrier de travail est particulièrement contraint, les propositions finales devant être remises en juillet. Quant aux objectifs assignés, ils sont doubles : réduire l’endettement public et améliorer l’emploi.

 

Ce travail en commun en association avec le Parlement fait suite à l’audition récente de Jacques Attali par la Commission des finances (cf. article du 19 mai).

 

Reste à savoir comment exactement Jacques Attali envisage dans les faits la participation effective et le lien concret avec les parlementaires. Reste à savoir, au-delà des deux réunions de travail à ce jour communiquées – tardivement – de ces jours-ci, ce que sera le programme réel de réflexions.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 10:28

poutugais2-2010.jpgRéception riche d’amitié et de convivialité que celle de ce matin à l’Hôtel de ville où je reçois 16 écoliers de Guarda, notre ville jumelle du Portugal, venus rendre visite toute la semaine à leurs copains wattrelosiens de l’école Jean-Zay (après les avoir reçus du 17 au 24 mai).

 

Au menu : fête de l’école, visites touristiques… à Wattrelos et ailleurs, jeux, excursions à Lille, Paris, Bruges, Bruxelles…

 

J’embrasse la salle du regard et franchement, je ne saurais dire qui sont les Français et qui sont les Portugais. Ce sont des enfants d’Europe, tout simplement, qui se ressemblent comme tels. S’il n’y avait qu’une seule raison d’avoir concrétisé le jumelage, ce serait établir ce constat-là. « Tous les enfants sont comme les vôtres » comme chantait Jacques Brel…

 

Du reste, il y a quelques siècles, ici dans le Nord, nous étions nous-mêmes espagnols… Cela nous rapproche déjà de nos amis Portugais ! Alors, avec le recul de l’Histoire, nous accueillons nos hôtes de Guarda comme des frères… eux qui viennent d’une ville sœur !

 

Je remercie bien évidemment, pour la force et la constance de son engagement dans nos échanges, le représentant de la délégation lusitanienne, Virgilio Bento, adjoint à l’éducation et… vice-président de sa ville car, au Portugal, le maire est un président (celui de la câmara – la chambre – municipale) ; c’est donc en utilisant le mot président que nos amis portugais qualifient le maire que je suis – petit plaisir toujours amusant ! Cela dit avec humour bien sûr…

 portugais1-2010.jpg

C’est vrai, les enfants ne parlent pas la même langue, mais ils parlent entre eux la plus belle des langues qui soit : celle du cœur et de l’amitié. La preuve : ces yeux humides d’émotion et de tristesse au moment de se quitter entre jeunes Français et jeunes Portugais, scènes déjà vécues et qui, immanquablement, vont se reproduire au moment du départ dans quelques jours. Des moments humainement forts pour ces enfants ! Alors, même si la crise rend les choses plus difficiles, au Portugal comme en France, à Guarda comme à Wattrelos, je le dis très clairement : il ne peut être question que s’affaiblissent ces échanges exemplaires car les rencontres entre ces enfants sont des rencontres entre de futurs citoyens d’Europe ; l’Europe de demain, c’est eux ! Voilà pourquoi, d’ailleurs, il serait  temps que l’Institution européenne se mobilise enfin pour soutenir de tels échanges car ce serait contribuer à faire vivre la vraie Europe, celle des peuples et des citoyens !

 

Vive le jumelage avec Guarda ; vive ce jumelage de la fidélité !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 10:03

Le 11 mai dernier, j’interpellais par écrit la secrétaire d'État chargée des aînés sur les difficultés actuelles des structures d'aides et de soins à domicile intervenant auprès des personnes et des familles en situation de fragilité ou de perte d'autonomie.

 

En effet, selon les associations du service à domicile, 60 000 personnes et 10 000 salariés d'une centaine de structures françaises sont aujourd'hui en grandes difficultés. 400 autres structures seraient également menacées. Si la qualité du service rendu aux familles ou personnes en situation de fragilité ou de perte d'autonomie exige logiquement une professionnalisation des personnels en matière de qualification sanitaire et médico-sociale, cette dernière n'est pas valorisée par une tarification pour le moins peu adaptée.

 

Pour lire la suite de ma question et la réponse ministérielle, cliquer ici.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 14:42

On s’en souvient : avec d’autres élus, et bien des associations, je m’étais élevé contre la fermeture du consulat d’Italie à Lille (cf. article du 26 janvier 2010). La partie a été gagnée car après toutes ces interventions, les autorités italiennes, si elles ont réduit quelque peu la voilure de l’entité consulaire lilloise, ont cependant décidé de maintenir son existence.

 

Cela vient d’être confirmé cette semaine par le consul lui-même et relayé par les associations locales, à commencer par l’UIM, l’Union des Italiens dans le Monde, dont son entreprenant président, Urgo Sebastiano, vient de m’écrire pour me communiquer les informations qui lui sont parvenues et m’adresser ses remerciements (pour lire la lettre, cliquez ici).

 

Au terme de ces échanges, les services consulaires actuels seraient maintenus jusqu’en 2012 ; et au-delà de cette date, un vice-consulat serait envisagé. L’UIM souligne que c’est précisément ce qu’elle revendiquait « comme alternative à une fermeture annoncée et définitive».

 

C’est en effet un moindre mal. Car, à mes yeux, ce qui était important, c’est que nos milliers de concitoyens d’origine italienne puissent conserver ici un interlocuteur local pour leurs documents administratifs et… le pays ! A Wattrelos, à Roubaix, nos amis italiens sont nombreux. Voilà pourquoi, l’Italie à Lille, c’était non seulement nécessaire mais indispensable ! Cela aura été rendu possible… tant mieux !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 11:01

georgette-medaille.jpgCe midi se produit un événement rare à Wattrelos : je remets une médaille d’or de la Ville. C’est que je rencontre une personnalité éminente. Je suis venu dire bon anniversaire à Georgette Nys, vaillante bénévole du club de l’Amitié, qui fête son… 100e anniversaire, entourée de ses amis, à la salle Georges-Diongre où se tient un repas en son honneur.

 

Georgette est donc centenaire. Mais elle aura surtout été bénévole au club (où elle a servi de nombreuses années) car passionnée par les autres. Elle vient au club de l’Amitié depuis 1972 ! Elle connut une vie pas toujours facile en étant contrainte, très jeune, de devoir gagner sa vie en devenant bonne à tout faire, puis ouvrière à La Lainière. Autant de titres de noblesse qui valent bien à cette grande Wattrelosienne la médaille d’or de notre ville !

 

De surcroît, c’est une femme de cœur. Dans la résidence qu’elle occupe, elle ne manque pas d’aider celles et ceux qui en ont besoin, de santé plus fragile qu’elle. Et au club, comme son mari avant elle de très longues années durant, elle a  toujours été très active ; d’ailleurs, je suis sûr qu’il s’en faut de peu qu’elle ne se lève pour servir les autres, elle dont c’est aujourd’hui la fête, et qui a bien gagné le droit de rester assise !

  Georgette.JPG

Ce midi, je lui exprime donc toute l’affection et le respect du premier magistrat de la ville, mais également mon amitié. Elle est dans une forme épatante – chez elle, elle fait son ménage et sa cuisine – et, avec sincérité, c’est elle qui, la première, a levé son verre à… ma santé ! J’ai vite proposé qu’on le lève à nouveau pour une santé qui nous est chère… celle de Georgette ! Son secret ? Elle ne le cache pas et le dit en souriant : un petit verre de porto tous les jours, c’est son plaisir ! Je ne sais pas si c’est validé par la Faculté de médecine mais vous pensez bien que je me suis empressé… de le répéter à nos amis Portugais de passage cette semaine à Wattrelos !

 

Bon anniversaire Georgette !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 16:43

yasmine6.jpg

Ce matin, c’est l’aboutissement de tout le travail que j’ai conduit avec l’école Jules-Ferry de Roubaix. Se tient en effet, toute la journée, le 16e Parlement des Enfants, et ma députée junior, Yasmine (cf. articles du 1er avril et 28 mai 2010) vient siéger à l’Assemblée nationale. Et elle n’en est pas peu fière.

 

J’imagine son émotion, celle de sa maman qui l’accompagne tôt ce samedi à la gare de Lille-Europe en arrivant sur le quai du TGV. Elles ne sont pas seules d’ailleurs puisque son institutrice Anne-Lyse Descamps les accompagne, privilège rare, car elle est l’enseignante de LA classe qui a rédigé la proposition de loi sélectionnée pour l’ensemble de l’académie !

 yasmine3.jpg

Je suis moi aussi très tôt à l’Assemblée car je considère comme un devoir d’être là pour recevoir Yasmine et sa maman. Je les accueille dès la porte d’entrée et les guide pour les quelques formalités administratives et vestiaire.

 yasmine5.jpg

Quelques photos souvenir très vite ensuite dans la cour, entrée par l’escalier des ministres, et j’emmène mon petit monde dans l’hémicycle où Yasmine peut s’asseoir à ma place, s’installer à la place du Premier Ministre (avec sa maman et son institutrice), s’essayer à prendre la parole (elle a vraiment tout d’une grande !), avant – privilège des privilèges – de grimper à la tribune… pour faire comme si elle s’exprimait devant l’hémicycle tout entier.

 yasmine4.jpg

Elle est souriante, et sa maman très fière, je le sens bien. Alors, quand les huissiers à « beaux habits » se proposent de poser avec eux, elle n’hésite pas longtemps !

 

Malheureusement, il faut aller travailler ! J’emmène donc Yasmine (avec son institutrice) à la salle de la commission des affaires culturelles où se réunissent les enfants des académies de Lille et de Lyon. Ils vont discuter des trois propositions de loi qui ont été retenues pour la France entière, à savoir :

 

> Ppl visant à installer de nouvelles règles de sécurité dans les villes et les villages situés près de l’eau pour prévenir et préparer les citoyens aux risques de submersion – école d’Angoulême (Poitiers) ;

 

> Ppl visant à permettre la participation d'élèves représentants de leur classe au conseil d’école de leur établissement scolaire pour exprimer leurs idées et questions concernant leur vie à l’école – école de Bourgogne (Reims) ;

 

> Ppl visant à mieux garantir le droit à l’éducation et à la santé, à responsabiliser les pouvoirs publics et les industries de jeux vidéo dans l’éducation à la santé et la protection des enfants et des adolescents contre la cyberaddiction - école de Petite Ile (Réunion).

 

éAu terme de la journée, au vote final dans l’hémicycle, la Ppl n° 1 obtiendra 352 voix, 155 voix à  la Ppl n° 3, et 70 voix pour la n° 2.û

  yasmine1.jpg

Dans ce type de réunions en commission, les députés junior n’ont rien à envier aux plus grands : ils interviennent méthodiquement et souvent avec pertinence. Yasmine, ainsi, y aura pris la parole. Tout à l’heure, après le déjeuner, elle siégera dans l’hémicycle, en présence du pPrésident de l’Assemblée et du ministre de l’Education nationale. Elle y représentera sa classe, son école, son quartier et Roubaix ! Elle est, pour nous tous, adultes, une partie de notre avenir collectif… Qu’elle vive ainsi la République, cela aura été pour elle – comme pour ses copains – un grand moment citoyen et personnel. Pour ma part, j’aurai tout fait pour qu’il en soit ainsi…

 

 

 

Partager cet article
Repost0