Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 11:28

Jubidomi2010_1.jpgFêter les couples qui ont 50, 60 et 65 ans de mariage, à Wattrelos cela se fait en deux temps : à domicile, le samedi du week-end de Pâques, pour les ménages qui ne peuvent se rendre le lundi à l'Hôtel de ville ; le lundi matin de Pâques, pour le  plus grand nombre.

 

Alors aujourd'hui, je commence les visites. Avec mon premier adjoint, Christophe, et mon adjointe au Nouvel Age, Marie Jo, nous visitons cinq couples ce matin eJubidomi2010_3.jpgt – après une courte interruption à la baraque à frites de quarante minutes – trois couples cet après-midi (juste avant, clin d'œil sympathique, que je procède au mariage à 15 h 20 d'un... tout jeune couple).

  

J'aime ces visites à domicile où me rejoignent mes élus du quartier car on peut échanger avec les jubilaires eux-mêmes. Parler du jour des noces, de leur rencontre, du mariage, des enfants, de ce que fut leur vie depuis. On évoque les difficultés qu'ils ont connues, les bonheurs aussi bien sûr. Jubidomi2010_4.jpgEt tous me disent la-même chose : si c'était à refaire, ils le referaient. Ce serait oui, comme ce jour-là ! 

 

Plusieurs, bien sûr, sont convalescents et c'est pour cela que je me rends à leur domicile. Mais tous ont le plaisir d'être ensemble et ils s'en confient aisément. Qu'ils aient 65 ans, 60 ou 50 ans, c'est le même plaisir qu'ils décrivent ! Et ce qui est extraordinaire – c'est ça Wattrelos ! – c'est  que souvent, les deux futurs conjoints se sont rencontrés à Jubidomi2010_5.jpgquelques rues l'un de l'autre et... résident encore aujourd'hui très près de là où ils vivaient enfants (un couple vit même dans la maison des parents de Madame). Le quartier d'hier est encore le quartier d'aujourd'hui. Et un formidable attachement à leur ville. Ah, ça fait plaisir.

  

Après leur avoir relu leur acte de mariage (qu'ils n'ont sans doute pas écouté ce jour-là !), remis médaille et cadeau, je leur remémore l'actualité de l'année Jubidomi2010_6.jpgde leur mariage.

  

Et cela devient souvent très émouvant, et même très drôle, quand, autour d'un verre, l'un des deux conjoints évoque les premières manœuvres d'approche... l'herbe pour les lapins qu'on allait chercher (ils avaient bon dos, les lapins !), ou le bal à patates de chez Duhamel où l'un de nos jubilaires arrive avec une amie et... repart avec sa sœur, qu'il épouse (hein, Freddy ?) Jubidomi2010_7.jpg!

  

Mais chut, tout cela est couvert par le secret, non pas défense mais amour. Et celui-là, pas question de le lever et que je raconte tout ce qu'on m'a dit.

 

Emotion donc ce matin, pour des tranches de vie de ménages que je suis heureux d'être allé visiter.

 

Bonne continuation...

  

 

 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 10:16

Si seulement ce n’était qu’un poisson d’avril de mauvais goût… il n’en est rien : les prix du gaz naturel pour les particuliers (tarifs réglementés) ont bien augmenté de 9,7% en moyenne (hors TVA) au 1er avril, comme l’a annoncé la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

 

« Injustifiée » pour certains, « scandaleuse » pour d’autres, il est clair que cette hausse arrive à un moment peu opportun et s’accommode mal des profits conséquents du groupe GDF Suez réalisés en mars 2010… et des résultats de l’étude de l’INSEE publiée aujourd’hui sur les inégalités de revenus en France (8 millions de pauvres sur notre territoire et des inégalités de revenus qui explosent, faisant écho à nouveau à la désastreuse politique du bouclier fiscal).

 

Les pouvoirs publics ne voulant plus porter la responsabilité directe de ce genre de décision délicate, c’est désormais l'autorité de régulation qui, en donnant son aval (un avis contraignant) à une demande soumise par le groupe GDF Suez (anciennement Gaz de France), a donné le coup d’envoi de la hausse.

 

Dans un entretien au quotidien Le Monde daté d’hier, le régulateur s’explique sur les raisons de cette hausse, laquelle doit être divisée en deux augmentations distinctes auxquelles il convient de s’intéresser :

 

-         5,9 % concerne les infrastructures, c'est-à-dire l'acheminement, les transports, la distribution, le stockage et les coûts de commercialisation. Comme le rappelle le régulateur, cette hausse a été décidée et prise par un arrêté du gouvernement en décembre 2009 : le Gouvernement a donc beau jeu de se défausser de ses responsabilités aujourd’hui. Pour mémoire, l’an dernier, à la même époque (le 1er avril 2009), Monsieur Alain Marleix se targuait de la décision du Gouvernement de diminuer les tarifs réglementés du gaz naturel. Certes mais si c’est pour, un an après, les ré-augmenter…

 

-         le reste, 3,8%, ce serait l'augmentation du prix du coût des approvisionnements de GDF-Suez sur la période du 1er avril 2009 au 1er avril 2010. Mais là aussi le bât blesse puisque le prix du gaz sur les marchés à court terme (marchés spot) est à un niveau historiquement bas, du fait d’une baisse de la consommation (due en large partie à la crise) et d'une augmentation de la disponibilité du gaz (les Américains s’étant détournés du gaz naturel liquéfié).

 

Curieuse manière qu’ont des entreprises en parfaite santé financière de faire payer aux usagers historiques, ceux des tarifs réglementés, la volatilité des prix qu’ils pratiquent au plus offrant sur les marchés spot.

 

Par conséquent, s’il est injuste de critiquer la CRE, laquelle n’est pas responsable de cet état de fait (elle applique le cadre que lui ont fixé le décret du 18 décembre et l'arrêté du 21 décembre 2009), je m’interroge sur le sens de la dernière phrase d'un récent entretien de son responsable: « Nous faisons des audits – et nous allons en refaire un dans les mois qui viennent – pour vérifier que la formule en question reflète bien les coûts d'approvisionnement de GDF Suez. »

 

La décision aurait donc été prise avant que sa validité n’ait été vérifiée ? Curieuse façon de concevoir l’expertise et l’audit…A moins qu'il n'y ait eu urgence, par cette annonce tarifaire, à doper les cours de bourse et la profitabilité de l'entreprise, histoire de permettre au conseil d'administration de voter, fort opportunément, l'augmentation de rémunération du n°2 de Suez-GDF, J-F Cirelli (dont le revenu annuel vient de tripler !).

 

L'augmentation des tarifs du gaz n'est pas une perte de pouvoir d'achat pour tout le monde…

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 16:42

L’école fleure bon la nouveauté : l’inauguration officielle n’a même pas encore eu  lieu (ça ne saurait tarder…). Mais son nom est le symbole même de l’école républicaine : Jules Ferry, c’est cette école que j’ai choisie pour participer cette année au Parlement des Enfants (16e édition).

 

Ce matin, c’est la réunion-discussion avec toute la classe : je suis au tableau avec une craie pour expliquer, détailler ce qu’est un député, le vote de la loi ou le fonctionnement de l’Assemblée ; ça va durer presque deux heures... que je n’ai pas vues passer !

 

Après avoir fait connaissance avec ma députée junior (Yasmine) et sa suppléante (Flora), j’ai donc essayé d’expliquer ce qu’était la politique (étymologiquement : la gestion de la vie de la cité), à quoi sert un parti politique ou encore pourquoi « la Gauche est à gauche » dans l’hémicycle, quel est le parcours de la loi, et surtout quelles sont les fonctions (législateur, contrôleur du gouvernement, représentant des habitants) d’un député aujourd’hui. Cela a permis de préparer l’intervention à plusieurs voix – très bien construite – des enfants pour qu’ils m’exposent leur proposition de loi (cf. article ci-dessous), sur laquelle nous engageons un débat sur la vie quotidienne des personnes handicapées. J’aime la sensibilité et la prise de conscience de ces enfants par rapport à ces sujets : vraiment, bravo à eux !

 

Puis nous sommes passés à la séance de questions/réponses, un moment que j'adore… mais qu’en même temps, vous n’allez pas me croire, je redoute un peu !

 

Les doigts se lèvent et la première question tombe : « Etes-vous mécontent si d’autres députés ne partagent pas le même avis que vous ? ». Je leur réponds que le désaccord est constructif, que cela fait partie de la démocratie et qu’il ne faut pas s’en offusquer, bien au contraire… mais qu’il est vrai que j’ai été, à plusieurs occasions, suite au vote ou au rejet de certaines dispositions de lois, bien désabusé, et déçu que certains idéaux de justice sociale refusent d’être incarnés. J’ai été ainsi très, très mécontenté par le refus de la Majorité et du Gouvernement de renoncer à soumettre à l’impôt les indemnités des accidentés du travail… C’était pourtant à la fin de l’année 2009 ! Je n’ai toujours pas décoléré, tellement leur décision m’a paru choquante.

 

blog - député et classePuis on  m’interroge sur mon parcours scolaire, mon entrée en politique, sur la gestion de mon emploi du temps de député-maire… ou encore si j’aimerais être élu dans d’autres fonctions (pour avoir la réponse, il fallait y être !)

 

Le coordinateur des classes citoyennes de l’Education nationale, Hervé Beugniez, m’interroge ensuite sur les questions que pose l’abstention aux scrutin : je suis le premier à la regretter, et c’est une des raisons d’ailleurs pour laquelle je suis très enclin à participer à ce type de rencontres citoyennes avec les enfants, dans les écoles, notamment pour expliquer le vie démocratique et la décision publique, parce qu’il ne faut pas hésiter à l’expliquer, pour qu’elles soient comprises, et que les citoyens – à commencer par les jeunes –  comprennent l’utilité d’aller voter … Mais il faut malheureusement reconnaître qu’il y a aujourd’hui en France, et au sein de la classe politique, des « cancres » qui n’aident pas à enrayer la désaffection croissante des Français face à la chose politique : il y a des comportements d’élus qui ne sont pas exemplaires, ni acceptables, des hommes politiques qui confondent leur intérêt personnel et l’intérêt public, se servent de leur fonction plutôt qu’ils ne servent les autres, qui cèdent à l’argent facile et à certaines amitiés : ils contribuent à susciter le dégoût de la population, et provoquent nécessairement une absence d’envie d’aller aux urnes !  Et la crise, les souffrances sociales qu’elle provoque, accentuent encore ce rejet ! Alors que faire ? Dénoncer ce qui doit être l’être, et ceux qui doivent l’être ! Et surtout convaincre la population qu’il y a des élus dont l’éthique est irréprochable et qui, par leur action, travaillent ardemment à améliorer ou à veiller à leur vie quotidienne.  D’ailleurs quand les habitants perçoivent cela – les scrutins régionaux le soulignent à nouveau (cf. Beaulieu) – les votes extrêmes reculent et la participation électorale se porte mieux. 

 

Les enfants le comprennent bien ; l’un de mes élèves d’un jour me questionne : alors, la politique c’est « changer la vie » ? Quand bien même, ils ne retiendraient que cela de mon passage, ce serait tant mieux !

 

Cédric Meurisse, l’inspecteur, a judicieusement clos cette rencontre en évoquant les notions de bien public et d’intérêt général, au cœur des missions du député ; ce à quoi j’ajoute qu’en effet, le député doit savoir concilier le travail qu’il fait – en réponse aux nombreuses, très nombreuses, sollicitations individuelles qu’il reçoit – pour aider les démarches personnelles de ses administrés, avec l’intérêt collectif., qu’il a pour mission de porter dans sa fonction nationale de législateur.

 

Deux heures donc de bon travail ensemble – ponctuées de rires et de sourires, car je ne conçois pas ça autrement que dans la bonne humeur - à la fin desquelles nous avons tous posé devant l’objectif pour immortaliser notre rencontre. Merci à vous tous, j’ai passé un très bon moment en votre compagnie... 

 blog - classe et equipe 1 avril 2010

 

  … et rendez-vous le 28 mai au Palais Bourbon !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 14:13

logo parlement des enfantsCe matin, je suis venu rencontrer la classe de CM2 de Madame Descamps de l’école Jules Ferry à Roubaix (dirigée par M. Tranet) qui a été choisie pour participer à la 16ème édition du Parlement des Enfants.

 

Cédric Meurisse, l’inspecteur, est également présent. Et je peux leur annoncer une super nouvelle : c’est leur proposition de loi, qu’ils devaient rendre à la mi-mars, qui a été retenue au nom de toute l’académie de Lille pour participer à la sélection inter-académie qui aboutira aux 3 propositions qui seront  débattues par les enfants lors du 16ème Parlement des Enfants ! Je les ai donc félicités pour la qualité de leur travail et la maturité exemplaire dont ils ont fait preuve en menant leur réflexion sur les discriminations dont les personnes handicapées font l’objet.

Alimentée par des intervenants extérieurs (de l’UNICEF, de la mairie de Roubaix), une correspondance soutenue entre les enfants , l’enseignante, l’inspection et moi-même, renforcée de judicieuses rencontres avec une médaillée paralympique en tennis de table par équipe, Claire Mairie, et  un responsable associatif  roubaisien de handisport, leur proposition est en effet bien construite. Elle a fait entrer ces enfants dans la peau d’un député, et ils ont « légiféré » en rendant une proposition de loi composée – comme « en vrai » - d’un exposé des motifs et de plusieurs articles.

 

Le contenu précis de leur proposition de loi ?

L’obligation pour les chaînes de télévision du service public de diffuser davantage de compétitions de handisport et de consacrer une plage horaire spécifique aux handisports en amateur, afin de remédier au manque criant d’information dans ce domaine – manque qu’ils ont remarqué, étayé d’arguments précis et surtout relié au regard que nous portons sur le handicap et sur la faible insertion des personnes handicapées dans la « société des valides ». Si l’on veut favoriser l’intégration des enfants handicapés dans la société, quoi de mieux en effet que de l’envisager par ce moyen de dépassement de soi qu’est le sport ?

Si l’on veut faire changer le regard de la société française sur le handicap, peut-on rêver mieux qu’une vraie mobilisation des chaînes de télévision du service public ?

Bravo donc aux enfants, à leur enseignante et à toute l’équipe de l’inspection qui auront permis cette victoire!

 

La suite de l’aventure ?

Elle aura lieu en deux étapes, puisque nous nous reverrons le vendredi 28 mai, avec toute la classe pour visiter l’Assemblée Nationale, où je me proposerai de faire le guide le temps d’une matinée, avant d’aller déjeuner ensemble non loin du Palais Bourbon – frites au menu, je les ai déjà prévenus ! blog - députée et suppléante

Et puis peu de temps après, le samedi 5 juin prochain, la députée junior élue par sa classe, la pétulante et dynamique Yasmine (à droite, avec, à gauche, sa suppléante, la calme et souriante Flora), siègera à ma place dans l'hémicycle, présidé par le président de l'Assemblée nationale, avec d’autres députés juniors venus de toute la France. Elle viendra à l’Assemblée Nationale avec un membre de sa famille et accompagnée de son enseignante. Il lui faudra voter une proposition de loi qu'elle aura préalablement débattue le matin en commission, comme le font les vrais députés…

Et si parmi les 3 propositions finales, il y avait celle de l’Ecole Jules Ferry ? Yasmine en rêve déjà, et elle semble prête à se battre le 5 juin !

Pour lire leur proposition, cliquez ici

Partager cet article
Repost0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 16:35

Noel-Turpin.jpgWattrelos est orpheline d’un de ses grands élus et de ses grands militants.

 

Noël Turpin, qui fut durant trois mandats élu au conseil municipal de Wattrelos, vient de nous quitter dans sa 90e année : adjoint au maire chargé des bâtiments communaux, des commissions de sécurité, des espaces verts, des jardins ouvriers, de la voirie rurale et de l’agriculture de 1977 à 1989, puis aux travaux de 1983 à 1989, et enfin conseiller délégué aux adjudications et réceptions de travaux (1989-1995).

 

Il était un homme de convictions, au caractère bien trempé qui l’avait naturellement conduit à prendre de nombreux engagements. Il ne concevait pas sa vie sans militer : socialiste, il l’aura été ardemment, fidèlement, présent dans tous les combats, actif contre toutes les injustices. Syndicaliste, à la CFDT, il était aux côtés des ouvriers, dont il symbolisait si bien les dures luttes sociales. Il assuma aussi des fonctions au sein du comité d’entreprise des établissements Vanoutryve de 1968 à 1981.

 

J’ai eu la chance d’être jeune conseiller municipal à ses côtés en 1983. Il sut, avec amitié et son extrême gentillesse m’apporter sa culture politique, technique, ses conseils, son solide bon sens. Noël, on le respectait, on l’aimait naturellement. Toujours disponible, déterminé et d’une convivialité sans pareille, il est et reste pour moi un ami, un homme profondément humain, une référence. C’était un vrai Wattrelosien !

 

Le 4 juin 1990, la République l’avait nommé chevalier dans l’Ordre national du Mérite : c’était justice, tant il avait donné de son temps et de lui-même aux autres durant de nombreuses années. Il aura été un grand serviteur de notre commune. Nombreux sont les Wattrelosiens qui perdent un ami et qui s’inclinent avec respect devant cet homme de cœur.

 

A Raymonde, son épouse, à sa famille et à ses nombreux amis, au nom du Conseil municipal et de tous les Wattrelosiens qu’il a si gentiment servis, je présente mes plus sincères condoléances.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 12:28

Martine Aubry l'avait annoncé, les députés socialistes l'ont fait ! En effet, dès le 12 janvier dernier, à l'occasion de ses voeux à la presse, la première secrétaire socialiste avait choisi de signaler parmi les initiatives socialistes prioritaires la reconnaissance du droit de vote et d'éligibilité aux élections locales pour les ressortissants extra-communautaires ! Et ce 30 mars, à l'Assemblée, le Groupe socialiste, radical et citoyen a inscrit cette proposition de loi constitutionnelle à l'ordre du jour des travaux parlementaires.


Celle-ci, soutenue par l'ensemble de mes collègues de gauche, est une clarification nécessaire et une volonté de vivre-ensemble. Car nombre des étrangers vivant aujourd’hui en France sont en réalité sur le territoire national depuis plusieurs années. Ils travaillent ici, leurs enfants vont dans les écoles, ils paient leurs impôts, ils contribuent à l'activité économique et culturelle nationale, on les croise dans la rue ou sur les marchés, on les côtoie au quotidien, et souvent d'ailleurs qui encore se souvient que tel ou tel vient d'ailleurs ? Alors, pourquoi les exclure de la vie démocratique locale ? On vit ensemble, on vote ensemble.


En effet, comme l'a bien dit ma collègue Sandrine Mazetier dans le cours du débat : « Dans cette nation qui chérit les valeurs de la République et qui ne vibre jamais autant que quand elle les propose au monde entier, ce retard pris sur les grandes démocraties ne participe-t-il pas confusément au sentiment de déclin, de déclassement, à tout le moins au doute qui étreint nos concitoyens sur la place et le rang de la France dans le monde, ainsi que sur sa mission historique ? »


Le Président de la République et son ministre de l'identité nationale et de l'immigration - qui ont pourtant agité pendant des mois le débat sur l'identité nationale, laissant penser que le rejet de l'autre avait droit de cité ! - se disent à titre personnel favorables à accorder ce droit d'expression démocratique !


En 2000 déjà, pour ne reprendre que ma modeste implication de parlementaire, sous l'impulsion de Lionel Jospin, avec mes collègues socialistes de l'époque, nous avions déjà adopté une proposition de loi en ce sens... que la Droite, majoritaire au Sénat, avait bloqué !


Aujourd'hui, il serait temps à mon sens de consacrer une citoyenneté de résidence à ceux qui vivent légalement en France. Et cela d'autant plus qu'en France les ressortissants de l'Union européenne sont électeurs et éligibles pour les élections municipales depuis 2001 !

Alors chiche, Monsieur le Président ! Passons aux actes !


Réponse dans l'hémicycle ce 30 mars : pour l'adoption : 212 (gauche) ; contre : 313 (UMP et Nouveau Centre). Une occasion ratée.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 10:07

lianeblog3.jpgCet après-midi, j’inaugure, en compagnie de deux autres vice-présidents de LMCU, René Vandierendonck (rénovation urbaine / aménagement du territoire) et Eric Quiquet (transports), la Liane 3, cette ligne de bus rapide qui relie désormais (à partir d’aujourd’hui !) Roubaix Eurotéléport à Beaulieu (église). Ces bus au gaz, articulés, sont au nombre 9 et passeront toutes les 8 mn en heures de pointe, et toutes les 10 mn le reste de la journée, de 5 h 15 à 22 h 30 le soir. Ils présenteront l’avantage de circulerlianeblog1.jpg en site propre – pour l’heure – sur 1,6 km (sur les 7 km du trajet total) à Roubaix, et feront donc gagner du temps aux voyageurs, mais aussi du confort car les prestations d’accueil se veulent plus qualitatives (musique, annonces sonores, etc.).

 

C’est une satisfaction : la Liane est là ! Plusieurs étapes restent cependant à venir dans le cadre de la réflexion sur la mutation des transports en commun autour de et dans Wattrelos : l’itinéraire de cette Liane 3 sera modifié dans son rythme et ses fréquences aux carrefours ;lianeblog2.jpg l’ampleur des chantiers à venir à Wattrelos, notamment la liaison avec la rue de la Baillerie dont les travaux sont en cours, et la mutation du quartier de Beaulieu, vont permettre une refonte des itinéraires, et d’ici 2012, nous réexaminerons l’ensemble de la problématique des transports collectifs (avec l’apparition de la liaison Habitat-Travail et de la voie du Centre dont les travaux doivent débuter à la fin de l’année). Nous remodéliserons l’ensemble des liaisons intra-muros.

 

La problématique des transports est complexe à Wattrelos pour trois raisons :

 

Ø      sur le plan de la géographie d’abord. Nous sommes adossés à la frontière belge et situés entre Roubaix et Tourcoing. Depuis plus de 30 ans, il n’y a plus de train à Wattrelos : sans tram, sans métro, sans bus direct pour Lille. Pour Wattrelos, c’est un problème-clé car la ville est jeune (37 % de ses habitants ont moins de 25 ans) et le raccordement à Lille ou Villeneuve d’Ascq, pour les études ou les loisirs, est capital. Notre défi : nous sommes une ville du bout qui ne veut plus l’être ! Pour le relever, la première des réponses possibles, c’est de réaliser une extension du métro depuis l’Eurotéléport de Roubaix : elle est prévue techniquement, matérialisée dans la station roubaisienne, et cela ne peut être oublié !  Pourquoi ? Parce que desservir par le métro une ville de 43 000 habitants est on ne peut plus légitime. Parce qu’il s’agit aussi d’une promesse ancienne : dans le bilan de mandat 1977-1983 de la Municipalité wattrelosienne de l’époque, l’un des articles est titré : « Le métro à Wattrelos : début des travaux en 1986 » ( !). Le texte dit la chose suivante : « Le Conseil de communauté a décidé, lors de sa séance du 16 septembre 1982, la création de la ligne 2 du métro. Celle-ci reliera, en principe, dès 1989 Wattrelos à Roubaix, Tourcoing et Hem. Dans un avenir plus lointain, il sera également possible de joindre  Lille via Roubaix par ce même type de transport ». Il est également précisé que le métro favorisera les déplacements plus rapides des Wattrelosiens travaillant à l’extérieur, mais aussi l’investissement industriel, en appui à la réalisation de l’axe Beaurepaire-Beaulieu (le boulevard Mendès-France en fait) et la voie express Roubaix-Dottignies (notre boulevard de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité). Il faut donc savoir se remémorer ces annonces, mais aussi que le trajet du métro (transfrontalier, passant par Wattrelos) est même dessiné dans le dernier SDAU (à ma demande)…

 

Cela dit, comment faire pour éviter, à court terme, d’être une ville du bout ? D’autres réponses que le métro doivent être mises en oeuvre, dans deux directions : une liaison plus rapide avec Roubaix (d’où la Liane 3) et avec Tourcoing ;  le raccordement avec le réseau belge, au-delà de l’acquis de la ligne TWM : d’ailleurs, c’est en cela qu’une ligne transfrontalière de métro serait un très beau sujet pour l’Eurométropole (ce que confirme René Vandierendonck dans son intervention cet après-midi !).

 

Ø      sur le plan de la typologie, Wattrelos a pour caractéristiques : un habitat dense et serré, dans lequel il est difficile de faire passer des trams, des bus… et même des vélos ; un territoire très étendu, de la Marlière au Plouys, avec des quartiers excentrés qui méritent eux aussi une desserte par des transports en commun adaptés : ils sont plus petits et donc plus coûteux à l’unité de personne transportée, mais la Ville tient à ce que l’offre de transports de demain en tienne compte. De surcroît, avec des pôles commerciaux forts, notamment en entrée de ville, la question du passage rapide des bus n’est pas simple à traiter. Ainsi, au Laboureur, un débat s’est instauré pour déterminer si habitants et commerçants étaient prêts à sacrifier une voie de circulation et un couloir de stationnement pour créer une ligne de bus spécifique en entrée de ville, et la réponse a été très clairement négative ! Dont acte. Exit le couloir spécifique. Cela n’interdit pas de faire progresser la circulation de la Liane ; ainsi un accord est intervenu entre les services techniques de la Ville et LMCU pour mettre en œuvre des franchissements accélérés des carrefours pour réduire encore le temps de trajet.

 

Ø      sur le plan de son développement. Wattrelos a besoin de transports en commun pour desservir ses zones d’activités, ses parcs, ses anciens grands sites industriels en cours de requalification, mais également les grands équipements communautaires comme le nouveau crématorium : le plan de déplacement urbain doit tenir compte de ces mutations. Comme de celle de l’habitat, où la rénovation urbaine de Beaulieu et le redéveloppement de ce quartier doivent avoir une conséquence : l’amélioration de la rapidité de la liaison entre le quartier et Roubaix-Eurotéléport (via Mendès-France ? J’y suis favorable).

 

 

En conclusion, la Liane 3 à Wattrelos est une étape :

-         pour améliorer les conditions de desserte entre Roubaix et Wattrelos ;

-         pour pouvoir repenser nos transports en commun du futur en intégrant la liaison Habitat-Travail et la voie du Centre ;

-         pour réexaminer les dessertes des zones d’activités et d’habitat ;

-         pour rappeler que, dans les prochains documents d’urbanisme, Wattrelos mérite d’être raccordée mieux encore à Lille.

 

Bonne route à la Liane !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 22:02

tmletienblog.jpgLa vie est ainsi faite que les instants d’émotion succèdent aux instants de joie.

Après un superbe défilé du carnaval qui aura permis à chacun de rire, de chanter, de danser, d’applaudir tout l’après-midi dans les rues de Wattrelos, l’heure des récompenses est arrivée au moment du bal de clôture à Salengro. Il s’agit de récompenser les vainqueurs des trois catégories : meilleur groupe folklorique, meilleur groupe tracté et meilleur groupe pédestre.

 

Cette année, le trophée du meilleur groupe foklorique, attribué au groupe des Corsaires du président Jean-Marie Rousseau, porte le nom d’un Wattrelosien célèbre : Michel Letien, brutalement décédé il y a quelques semaines. Il était un véritable ami, mais aussi un acteur du carnaval de Wattrelos qu’il adorait, au même titre que ses Paysans du Sapin Vert. Avec son épouse, Marie, je remets ce trophée aux Corsaires ; c’est un moment fort et, il faut le dire, un bien bel hommage à notre ami Michel Letien que nous n’oublions et nous n’oublierons pas, et à qui j’avais dédié ce carnaval 2010.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 07:24

Quelques images de ce mémorable carnaval de Wattrelos 2010 :

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 07:00

carnaval2-Curie-2010.jpgEn fait, pas tout à fait.

 

Le Carnaval à Wattrelos, ce sont tout d'abord tous ces défilés carnavalesques que certaines écoles ont organisés dans la semaine qui précède (souvent ce vendredi) : je suis très attaché à ces moments festifs dans nos écoles ; c'est à mes yeux la vraie substance du carnaval à la wattrelosienne !

 

Il faut voir ces enfants déguisés, aux cheveux colorés, aux sourires enjoués, à la bonne humeur contagieuse... et carnaval-Curie-2010.jpgleurs enseignantes qui, elles aussi, ont pris tant de plaisir – et de travail – à chercher les déguisements pour les enfants et les équipes éducatives. Même que certaines, se prenant au jeu, se déguisent tellement bien qu'on ne sait plus distinguer l'enseignant(e) de l'élève... Mais n'est-ce pas cela la tradition du carnaval ? Oublier les fonctions, les rôles, les classes... et que toutes et tous fassent la fête ensemble ! Ben à Wattrelos, les enfants jouent le jeu : la classe est abolie... et cela a donné de biens beaux moments de joie. Je l'ai constaté moi-même : il y a même un enfant qui s'était déguisé en Sarkozy (comme il m'a dit - ph. ci-contre)...

 

Mais ce dimanche, le carnaval, ce sont aussi des aubades musicales réveils que, sous la férule de Jean-Luc (Doyen), quelques dizaines de carnavaleux vont donner tôt le matin (à partir de 7 h 30 maintenant, c'est bien. Avant, ça commençait à 5 heures...), ça et là dans la ville devant quelques habitations dont les habitants n'ont pas été prévenus (c'est le jeu...) et apprécient plus ou moins... surtout de préparer, dans l'urgence, du café pour plus d'une vingtaine de personnes !

 

C'est dire si le carnaval a commencé bien avant la réception de 11 h 11 à l'Hôtel de ville de ce matin. Cela marque le début des festivités dominicales – ce que symbolise l'arrivée des Géants –, cela permet d'accueillir la grande famille du carnaval, nos amis allemands d'Eschweiler et de Köthen, de saluer les responsables associatifs qui vont contribuer au défilé... et se mettre dans l'ambiance.

 

Alors, comme d'habitude, de l'ambiance, il y en a ! Comme chaque année, j'ignore ce qui va se produire (c'est la surprise Doyen !) mais... je sais qu'il va se passer quelque chose. De ce point de vue, ni le public présent ni les élus ni moi ne seront déçus...

 carnablog2010-2

Car, quelle ne fut notre surprise de voir mon adjoint aux fêtes faire son entrée sur fond musical, grimé en Ray Charles-Doyen, soutenu par des Blues Brothers (Georges et Francis, plus vrais que nature) et des Sisters Seventeen méconnaissables (encore qu'un oeil averti – le mien – aura reconnu Dany et Michelle... à cause de leur sourire qui habille leur déguisement !), qui arborent des tenues rouges très branchées et des superbes carnablog2010-1lunettes en forme de cœur… histoire de rappeler que l'amour n'est jamais loin (ce que symbolise aussi la présence – amicale – de ce chanteur de charme des années 70 qu'est Christian Adam)... On l'aura compris, cette cérémonie est placée sous le signe du rétro, du disco... et de l'humour !

 

Les rires ne se font pas attendre... surtout quand Jean-Luc s'essaye (heureusement, c'était du play-back) à jouer sur le piano électronique (car lui qui est d'une famille de musiciens n'a d'évidence pas conservé les prédispositions familiales !).

 carnablogdiscours

La mécanique est lancée... Que les discours commencent. Celui de Jean-Luc, des représentants des villes jumelées, avant que je ne conclue en soulignant que notre carnaval est « une tradition communale identifiée qui a su trouver un nouveau souffle il y a quelques années », et saluant ces plus de 30 associations qui participent cette année au défilé.

 

Après, viennent le rituel échange de médailles entre délégations et le rythme des chansons allemandes.

 

Maintenant, que se poursuivent la convivialité et la bonne humeur, et place au défilé...

 

 

 

Partager cet article
Repost0