Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 07:58

 

Ce midi, j'ai participé au déjeuner organisé par le Président de l'Assemblée nationale en l'honneur de Sauli Niinistö, Président du Parlement finlandais. Cette rencontre se tenait dans le cadre du groupe d'amitié France-Finlande, dont je suis vice-président, aux côtés de deux de mes collègues nordistes, Alain Bocquet, Président du groupe, et Yves Durand.

 

Président du Parlement finlandais – ou Eduskunta, en finois dans le texte – depuis les élections législatives de mars 2007, Sauli Niinistö est un responsable majeur de la vie politique et institutionnelle de son pays. En effet, depuis 1987, il a été Ministre de la Justice, puis des Finances dans les gouvernements Lipponen, avant de briguer la présidence de la République de Finlande en 2006. 

 

Lors de cette rencontre, nous avons évoqué les grands dossiers qui seront portés par la Présidence française de l'Union européenne à compter de juin prochain. L'accent a ainsi été mis sur la crise pétrolière, la politique énergétique et l'énergie nucléaire. Notre échange a également été l'occasion d'évoquer le système éducatif finlandais dont tant d'enquêtes mettent en avant l'efficacité. Il a ainsi été convenu que notre hôte nous ferait parvenir documents et analyses nous permettant d'étayer notre réflexion.

 

Car c'est aussi à cela que servent les groupes d'amitié : au-delà des relations humaines nouées entre parlementaires, pouvoir évoquer et comparer les expériences et politiques menées dans chaque pays, afin d'en tirer des conclusions utiles, applicables chez l'un ou l'autre.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 10:02

Je n’étais pas devant mon écran de télévision samedi soir pour regarder le match qui opposait le Paris Saint-Germain au Racing Club de Lens. Ce n’est que dimanche que j’ai appris l’existence de cette banderole injurieuse à l’encontre des habitants de notre région.

Difficile de trouver des mots pour décrire mon dégoût face à tant de bassesse et de bêtise ! C’est pitoyable, humiliant et bien triste ! Cette fête qu’est le sport est ternie par une poignée d’imbéciles qui n’ont pas leur place dans un stade. Une enquête préliminaire pour « provocation à la haine raciale et à la violence » a été ouverte, la justice doit faire son travail et prendre les sanctions adaptées. Je souhaite qu’elles soient claires et fermes ! Je m’interroge cependant : comment peut-on faire entrer une banderole (même en plusieurs morceaux) de 25 mètres dans l’enceinte d’un stade malgré les fouilles corporelles ?


Quelques jours après « l’affaire Ouaddou » (ce joueur de Valenciennes insulté pendant un match et qui avait valu au club de Metz une pénalité d’un point au classement de Ligue 1 pour propos racistes de la part d’un de ses pseudo-supporters) quelles mesures adopter pour que nos stades (et pas seulement de football) ne soient plus le lieu de tels incidents ?


Cette banderole est certes le fait d’une minorité de supporters du club parisien : mais pour la réaliser, pour la déployer sur une telle longueur, pour la maintenir au cœur d’une tribune, ce n’est plus l’affaire de quelques individus ! S’il y a eu complicité active, il y a eu aussi complicité passive ! Et l’une comme l’autre doivent être dénoncées et sanctionnées.


Car tout ce qui exclut, tout ce qui exacerbe n’est pas sportif ! Ce qui s’est passé est une honte. Aucun élu, aucun citoyen de notre belle région du Nord – Pas-de-Calais ne peut rester indifférent ; tous, nous nous sentons profondément heurtés, choqués par de tels propos. Ce n’est plus de la caricature, c’est du délit de faciès, c’est du racisme tout simplement. Et prenons garde : du racisme de stade, on peut glisser au racisme tout court.


J’étais cet après-midi aux côtés de mon ami, Guy Delcourt, député-maire de Lens, quand, pour la première des questions au Gouvernement, il a interpellé le Premier Ministre sur ce sujet. Tous, il nous faut faire bloc, et pas simplement nous contenter de surfer sur le succès du film de Dany Boon. Car il ne s’agit pas que de défendre notre région ; mais de porter une conception de la République et de notre société, faite de respect et de tolérance !


Partager cet article
Repost0
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 15:26

Dans mes permanences, de quoi vient-on me parler? Mes concitoyens me confient leurs fins de mois difficiles, un pouvoir d'achat insuffisant, avec des dépenses aussi lourdes qu'incontournables comme le loyer.

La question du logement, la demande d'un logement adapté à chaque famille, à sa taille et à son niveau de revenu, est une préoccupation majeure. Et pour cause: elle conditionne le quotidien de chacun, et peut créer de véritables difficultés pour ceux qui en sont privés ou qui sont mal logés, ou pour ceux qui ne peuvent faire face au poids du loyer et des charges locatives.


Deux chiffres confirment l'ampleur de la difficulté: le Comité de suivi du droit au logement opposable (Dalo) estime à 600 000 le nombre de familles susceptibles de relever du Dalo, alors qu'en 2005 (dernière année connue), seulement 48 000 logements sociaux ont été livrés (dont seulement 35 000 neufs).

 

De ce point de vue, le bilan de l'action de la majorité gouvernementale ces six dernières années est sans appel ! Il n'y a pas de réponse satisfaisante à la détresse et aux difficultés que vivent au quotidien nos concitoyens. Voilà pourquoi les députés socialistes ont à nouveau présenté au gouvernement des propositions d'actions concrètes, justes et efficaces, portant un vrai projet en faveur du logement, et adapté aux vraies difficultés de nos concitoyens.   

Ce matin, dans le cadre de la « niche » parlementaire prévue pour le groupe socialiste, celui-ci a soumis au vote de l'Assemblée une proposition de loi sur le logement . Elle est longue car complète et précise, et veut agir sur 3 plans:

 

-         redonner du pouvoir d'achat aux ménages modestes et mieux protéger les locataires : en limitant les hausses de loyers à la relocation ; en revalorisant les aides au logement, en luttant contre la vente à la découpe par la création d'un « permis de mise en copropriété » ; en créant un fond de garantie universel et mutualiste contre les risques locatifs, afin d'une part d'indemniser les propriétaires subissant des situations d'impayés locatifs et d'autre part de supprimer pour le locataire la nécessité de devoir s'assurer le cautionnement solidaire d'un tiers ; en améliorant les conditions de restitution du dépôt de garantie au locataire ; en permettant aux propriétaires-bailleurs les plus modestes de récupérer partiellement l'amortissement après réalisation de travaux d'isolation ; en majorant le prêt à taux zéro en cas d'acquisition d'un logement répondant à des critères de haute performance énergétique...

 

-         consolider le Livret A, instrument de financement du logement social pour assurer aux collectivités locales et aux organismes de logement social une ressource stable et peu chère : en augmentant le plafond du Livret A, ce qui augmentera sensiblement les encours destinés au logement social et confortera l'épargne populaire ; en proposant aux propriétaires bailleurs de bénéficier d'une déduction fiscale sur les revenus locatifs des logements à loyers sociaux ...

 

-         relancer et soutenir la construction de logements sociaux : dans les communes soumises à l'obligation des 20% de logement social (art. 55 loi SRU), en multipliant par cinq le prélèvement effectué par logement social manquant ; en promouvant dans ces communes un rattrapage équilibré de la construction sociale afin que celles-ci construisent du logement social s'adressant à tous les ménages, particulièrement ceux en grande difficulté ; en obligeant ces mêmes communes à consacrer 30% de la surface hors oeuvre de tout programme de construction de logements à du logement social...    

 

Ces propositions, construites en lien avec le milieu associatif, sont autant de mesures mises à disposition du Gouvernement afin de répondre aux attentes, voire à la détresse vécue par nos concitoyens. Parce que l'opposition socialiste a le sens des responsabilités que lui ont confiées les électeurs, elle propose et veut agir pour améliorer le quotidien de tous.

 

Malgré l'urgence de la situation, le Gouvernement et sa majorité ont choisi de ne pas discuter de nos propositions. Comme l'a déclaré Patrick Ollier, Président UMP de la commission des affaires économiques, « en commission, la majorité a rejeté cette proposition et refusé de passer à la discussion des articles ».

 

Nous, socialistes, avons proposé. Eux, ils ont refusé. Décidément, nous n'avons vraiment pas les mêmes valeurs !

Partager cet article
Repost0
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 14:14

 

Vous connaissez sans doute cette magnifique chanson de Michel Sardou : Les vieux mariés. « On vient de marier le dernier ; ce soir il me vient une idée : si on pensait un peu à nous… »


Ce matin, ils ne mariaient pas « le dernier », les couples jubilaires de Pâques que je recevais comme tous les ans, en compagnie du Conseil municipal, à l’Hôtel de ville. Non, cette fois, c’est eux qui étaient en vedette ; c’est eux que l’on remariait. Et pour continuer à paraphraser la chanson de Sardou, c’est nous tous, élus, famille, amis, voisins… à qui il était venu une idée : celle de penser, non pas un peu, mais beaucoup, très fort, à eux.

Alors, au nom de tous, je leur ai souhaité un excellent anniversaire, à ces 29 couples qui fêtaient leurs noces d’or, ces 8 couples de diamant et ces 2 couples de saphir (totalisant… 2060 années de mariage, plus de deux millénaires d’amour !).

Je le leur ai souhaité en chansons, comme à l’habitude. Rassurez-vous : je n’ai fait que les évoquer…. (cliquer sur ce lien  pour lire mon discours)


Partager cet article
Repost0
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 15:32

siencepo-zola.jpgJe participais ce soir à la cité scolaire Emile-Zola à une rencontre organisée par l’association de parents d’élèves autour de la convention Sciences Po.

Qu’est ce que cette convention ?
 

Dans le cadre de la démocratisation de l’accès à Sciences Po, des élèves de terminale de certains lycées classés en ZEP ont la possibilité de préparer un oral en vue d’intégrer Sciences Po Paris ou un autre Institut d’Etudes Politiques (IEP) de province.

Depuis la rentrée 2006, c’est le cas du lycée sciencepo-zola2.jpg
Emile Zola de Wattrelos.

Pour la première année, trois élèves de terminale ont tenté ce défi. Ils ont préparé cet oral en suivant des heures supplémentaires de cours et ils ont été auditionnés lors d’un jury auquel j’appartenais.


Alors ce soir, c’est un bonheur et une fierté de participer à cette rencontre. Pour trois raisons.
Tout d’abord comme ancien élève de Zola moi-même (j’y ai obtenu mon Bac en 1976) ; ensuite comme ancien de Sciences Po Paris (promotion 1981), école où j’ai enseigné l’économie et les finances publiques, ainsi qu’à  Lille ; enfin, comme maire de Wattrelos, car cela me paraît important que nos jeunes aient aussi de l’ambition, l’envie de réussir et faire des études supérieures.


Il est fondamental que des écoles comme Sciences Po puissent accueillir des jeunes de milieux modestes et défavorisés. Ils n’en sont pas moins bons élèves, au contraire !

C’est d’ailleurs pour les aider que la Municipalité a créé des bourses d’enseignement supérieur. Ce n’est pas obligatoire pour une ville mais nous avons jugé important d’aider nos étudiants et élèves du supérieur dans la poursuite de leurs études. Pour l’année 2007, ça représente près de 400 bourses pour un budget de 140 000 €. Moi, quand j’étais étudiant, il y a vingt-cinq ans, cela m’avait beaucoup aidé, cela  fut même décisif pour rendre possible une scolarité à Paris ! Alors je continuerai à soutenir, à améliorer ce dispositif, car la véritable égalité des chances, c’est ça : pouvoir accéder à l’établissement que ses capacités autorisent sans en être empêché par son origine sociale ou par les ressources du foyer parental.


Or, nous avons à Wattrelos des élèves de haut niveau qui ont la volonté et la capacité de réussir ! Ceux de ce soir en sont un symbole et, avec la Préfète à l’égalité des chances, le Directeur de cabinet du recteur, les représentants du Conseil Régional et de l’Inspection académique, ainsi que la Proviseure du lycée, nous sommes là pour les aider et les encourager ! Ils seront neuf à tenter leur chance en 2008 ! Tant mieux pour Wattrelos…

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 11:01
De retour à l'Assemblée nationale ce mardi 18 mars, je participe à la réunion de reprise des commissaires socialistes aux finances. A quelques uns, nous faisons le point sur la situation économique de la France.
 
Je suis avec attention plusieurs sujets abordés ce matin, notamment ce qui relève de mes fonctions de Rapporteur spécial : la dette publique. Or, de ce côté, les premiers chiffres sont franchement alarmistes! 
 
Ainsi, si le Gouvernement commence à reconnaître discrètement que la croissance en 2008 n’atteindra pas 2,5 %, il ne procède à aucune révision pour ses objectifs de déficit budgétaire ou de dette pour l’avenir. Et ceci est d'autant plus incompréhensible que les résultats obtenus par nos voisins confirment le recul de notre pays dans la gestion de ses déficits. Par exemple, l’Allemagne a affiché des finances publiques à l’équilibre pour 2007, alors que son déficit s’élevait à -3,8 % du PIB en 2004. L’hypothèse d’un niveau de déficit public français de 2,3 % du PIB en 2008 paraît peu crédible compte tenu de la conjoncture économique et du coût plus important des dispositifs du « paquet fiscal ». Ainsi, le Fonds monétaire international estime que le déficit public de la France atteindrait entre -2,7 % et -2,8 % du PIB en 2008. Il est manifeste que le Gouvernement a bâti le budget de la France sur des perspectives erronées!
 
Quant à la dette publique, c'est l'explosion!
Reprenons les chiffres : la dette de l’Etat pour 2007 s’élève à 920,7 milliards d’euros, alors qu’elle était de 876,6 milliards en 2006. Elle s’est ainsi creusée de près de 44 milliards d’euros en un an. La charge des intérêts a représenté un montant de 39,6 milliards, soit l’équivalent du déficit budgétaire en 2007!
 
La dette publique atteint donc des niveaux records.
 
En 2006, la dette publique française se situait à 64,2 % du PIB et était estimée à un niveau équivalent en loi de finances initiale pour 2007. Mais à la fin du troisième trimestre 2007, la dette publique française atteignait déjà 66 % du PIB selon l’INSEE. Au 30 septembre 2007, cela constitue 1218,3 milliards d’euros (en progression de 1,9 milliard par rapport au 30 juin 2007). Pour 2008, le Gouvernement table toujours officiellement sur 64%. En réalité les évaluations du Gouvernement pour 2008 sont totalement déconnectées de la réalité.
 
Loin de se réduire, la dette publique de la France se maintient à un niveau très élevé depuis plus de 5 ans. Le niveau de 2007 va probablement dépasser le précédent record de 2005 (66,2% du PIB). Malgré près de 4 milliards d’euros de privatisations en 2007, la dette publique ne diminue pas, au contraire. A trois mois de la Présidence française, la France est loin du respect de ses engagements européens!
 

Partager cet article
Repost0
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 19:32
Chantal.jpgA l’occasion de l’élection du nouveau Conseil municipal, cet après-midi, je me suis fait une copine… pour l’éternité !
En effet, j’ai félicité tous les élus qui m’ont accompagné dans la mandature précédente : ils nous ont tracé le sillon, et nous avons tous, maintenant, à le poursuivre.
Mais il est une voix en particulier qui était bien connue dans notre ville : celle de Chantal Houfflain.
Elle m’a beaucoup appris. Elle a un caractère, je dirais… « trempé ».
Elle était la « reine » des dictionnaires. Elle a beaucoup insisté – mais avec elle, pouvait-il en être autrement – pour que j’aille remettre dans les écoles, à chaque enfant de CM2, les dictionnaires que la Municipalité offre avant l’entrée en 6è. C’est un acte républicain fort.
Elle a aussi beaucoup milité pour créer le Conseil municipal des enfants – elle avait mille fois raison.
Avec elle, j’ai passé des moments extraordinaires ! Elle a toute mon affection, et celle de beaucoup de nos jeunes Wattrelosiens.

Elle m’avait demandé, après avoir offert tant de dictionnaires aux enfants, que je lui en offre un. Parce qu’elle va maintenant avoir du temps pour le consulter pour ses mots croisés, pour ses mots fléchés.
Je lui ai donc dédicacé un de ces dictionnaires à la date du 15 mars 2008, et je le lui ai remis publiquement avant de clore la séance, sachant que Chantal a horreur qu’on parle d’elle, et a horreur d’être sur le devant de la scène ! C’est bien pour ça que je l’ai fait… et je ne vous dirai pas ce qu’elle m’a glissé à l’oreille quand je lui ai remis !
Je ne sais pas si Chantal me pardonnera…

Bref, tout le monde a bien ri, mais a surtout partagé l’émotion de Chantal sous les applaudissements ! C’est comme cela que s’est terminé le premier conseil municipal de cette nouvelle mandature… dans le sérieux d’une intronisation protocolaire bien sûr, mais surtout dans la convivialité toute wattrelosienne !


Partager cet article
Repost0
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 14:39

Cet après-midi s'est déroulée l'installation du nouveau Conseil municipal de ma bonne ville de Wattrelos. Ce premier rendez-vous des 43 élus wattrelosiens est toujours un moment fort de la vie de la commune, puisque c'est celui de l'élection du maire, de ses adjoints et des représentants de la Ville dans les institutions et les organismes extérieurs.
Je vous propose de lire le discours que j'ai prononcé à cette occasion, juste après avoir été élu maire à l'unanimité des élus moins les quatre abstentions de l'Opposition (cliquez sur le lien ci-dessous) :

s3.archive-host.com/membres/up/1195081252/InstallationduconseilmunicipaldeWattrelos15mars2008.pdf


Partager cet article
Repost0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 16:12
Voici le communiqué de remerciements aux électeurs que j'ai transmis cet après-midi à la Presse régionale :
 
« Au nom de tous les colistiers de la liste Wattrelos Avenir, je veux remercier très sincèrement les 9 974 électrices et électeurs qui nous ont accordé leur confiance dès ce 1er (et donc unique) tour des élections municipales.
 
Ces suffrages exprimés, à près de 70 % (ce qui ne s’était pas vu à Wattrelos depuis 30 ans) nous honorent. Ils sauront être aussi, j’en suis certain, une récompense pour le travail accompli pour chacun des élus sortants, comme ils encouragent et mobilisent les nouveaux conseillers élus ce dimanche.
 
L’ampleur de la victoire de ce 9 mars nous donne une très large majorité pour agir, et nous motive pour préparer l’avenir de Wattrelos : redéveloppement économique, logement, éducation, culture, sports, animations, sécurité, santé, seront autant de priorités d’action, dans un cadre de vie que nous voulons toujours amélioré, avec une administration communale plus proche et encore plus efficace. Les engagements que nous avons pris, nous les tiendrons.
 
Nous y parviendrons d’autant plus que nous pourrons nous appuyer sur des partenaires qui travailleront dans le même sens que la majorité municipale. Voilà pourquoi, puisqu’en dépit du nombre de voix acquis, l’élection cantonale n’a pu être emportée au 1er tour, j’appelle les Wattrelosiens à se mobiliser et à voter massivement pour mon ami et prédécesseur, Alain FAUGARET, dimanche 16 mars : il doit être notre élu au Conseil Général, nous en avons besoin ! »
 
 
Partager cet article
Repost0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 10:01

Comme promis précédemment, voici mon commentaire et mon analyse après l'élection municipale victorieuse dès le premier tour dimanche soir : 

Municipales2008
Vidéo envoyée par dBaert

Dominique Baert, député-maire de Wattrelos, commente le résultat de l'élection municipale 2008. Sa liste Wattrelos Avenir totalise 68,85 % des suffrages.



Partager cet article
Repost0