Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 21:16
undefined

Vous avez voté aujourd'hui à 68,85 % (39 élus sur 43) pour la liste Wattrelos Avenir que j'ai le plaisir de conduire.
Du fond du coeur : merci de votre confiance !
Je commenterai les résultats de cette élection municipale dans un prochain message sur ce blog.
A bientôt !

Partager cet article
Repost0
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 17:20
La campagne officielle pour ces élections municipales se termine, et conformément à la loi, je n’interviendrai plus sur ce blog avant que ne soient connus les résultats du scrutin. Bien évidemment, je suis également tenu de ne plus autoriser les commentaires que j’ai toujours mis un point d’honneur à ne pas modérer, laissant à chacun la liberté de s’exprimer.
Merci à toutes et à tous pour votre contribution aux différents débats qui se sont tenus sur ces pages – plus intensément qu’à l’habitude, c’est vrai, mais c’est la période qui veut ça.
Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine et je vous remercie de votre fidélité.
N’oubliez pas d’aller voter et à bientôt !


Partager cet article
Repost0
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 14:49
radioHopital.jpgSi vous êtes des lecteurs assidus de ce blog, vous vous souvenez peut-être que j’avais annoncé au directeur du centre hospitalier de Wattrelos, au moment de la cérémonie d’échange de vœux en début d’année, avoir obtenu une subvention parlementaire de 25 000 euros permettant de financer en partie l’achat d’une nouvelle table de radiologie.
 
Cette table est arrivée !
 
Je suis allé ce matin la découvrir en compagnie de mon adjoint à la Santé et président délégué du centre hospitalier, Jean-Pierre Delannoy, du directeur Jean-Pierre Marquillie, et du responsable du service radiologie, le docteur Bernard Duprès.
 
Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle fait de l’effet !
Elle est surtout beaucoup plus pratique que l’ancienne, qui datait de 1991 et était en fin de parcours, permettant au praticien de tourner autour (ce n’était pas possible avant) et au patient de ne plus devoir faire d’effort pour y accéder puisqu’elle peut être abaissée jusqu’à la hauteur de l’assise d’une chaise, et qu’elle peut même pivoter verticalement.
 
Je vous passe la série d’avancées technologiques (comme cette évaluation systématique de la dose de rayons reçue par chaque patient radiographié !) pour vous dire que le président du centre hospitalier que je suis est très fier qu’un nouvel équipement de cette qualité ait pu trouver sa place dans l’enceinte de l’établissement wattrelosien.
 
En tant que maire, en tant que Wattrelosien, je suis profondément attaché, comme tous mes concitoyens, à « notre » hôpital, indispensable outil de proximité que les différentes municipalités qui se sont succédé ont toujours défendu dans l’intérêt évident de la population de notre commune. Je me suis personnellement investi ces dernières années (et particulièrement au cours de l’année qui vient de s’écouler) pour assurer sa pérennité dans un contexte financier difficile ; j’espère bien pouvoir continuer à le faire à l’avenir !


Partager cet article
Repost0
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 16:22
Voici les réponses obtenues à deux questions écrites qu'en ma qualité de parlementaire j'ai posées :

- à Madame la Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports sur l'encadrement de la publicité à destination des enfants, s'agissant notamment des problèmes d'obésité. Dans les économies occidentales, l'obésité est en passe de devenir le fléau sanitaire du XXIe siècle avec un taux de croissance annuelle de 5,7 %. Lire la suite (J.O. du 22 janvier 2008). Réponse parue au J.O. le 4 mars 2008

- à Madame la Ministre du Logement et de la Ville sur le dépôt de garantie remis par les locataires à tout bailleur. Une association de consommateurs a constaté que de nombreux bailleurs justifient les retenues sur le dépôt de garantie en présentant de simples devis, sans pour autant réaliser les travaux avant de procéder à la relocation du logement. Lire la suite (J.O. du 25 décembre 2007). Réponse parue au J.O. le 4 mars 2008


Partager cet article
Repost0
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 10:46
C'est l'époque qui veut cela. Au fil des blogs, des documents de mes opposants, je lis ça et là des affirmations, pire : des prétendues informations sur l'évolution supposée de la sécurité sur le territoire de Wattrelos. J'ai même lu que "je dissimulerais les chiffres, tellement ils seraient mauvais", ou que je serais "étrangement silencieux sur ces chiffres".

Or, le problème, c'est que ces chiffres sont bons, que je n'ai rien à cacher, et que de plus, tout cela est public puisque communiqué lors des réunions du Comité de suivi du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (réunions auxquelles, c'est vrai, le représentant local de l'opposition, et membre éminent d'une des listes en présence, n'a plus daigné participer depuis 3 ou 4 semestres). De plus, pourquoi cacherais-je ce qui d'une part, n'est pas que le fruit, bien évidemment, de l'action du maire seul (puisque la sécurité est une coproduction de plusieurs partenaires), et d'autre part, est comptabilisé dans des statistiques de la police nationale (qui n'ont donc rien de municipales) ?

Alors, quels sont ces chiffres ? Sur la durée de mon mandat, depuis 2000, décomposons 2 phases : 2000 – 2002 (gouvernement de gauche) ; 2002 – 2007 (politique "sécuritaire" Sarkozy).

Tableau-s-cu-copie-2.jpg
 
Il n'y a quasiment pas eu de modifications, en revanche, du nombre de vols à main armée (7 en 2007 comme en 2000), ni des vols avec violences (78 en 2007 et 74 en 2000).

Il n'en reste pas moins que le total des faits de voie publique a diminué de près de 1000 faits (966 exactement) entre 2000 et 2007, et que la baisse a été plus forte en valeur absolue entre 2000 et 2002 avec –547 faits (période de déploiement de la police nationale de proximité, hausse des effectifs de la police municipale, création de la concertation sécuritaire), qu'entre 2002 et 2007, avec –419 faits (période où, au contraire, la police nationale de proximité a disparu).

D'évidence, il n'y a pas eu "d'effet Sarkozy". Ce qui a importé, c'est le travail mené localement en concertation avec les différents partenaires.

L'essentiel, c'est que, depuis 2000, les chiffres sont peut-être têtus, mais la réalité est
là : les faits d'insécurité de voie publique à Wattrelos ont diminué de –45 % !
 
 
Partager cet article
Repost0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 17:09
Hier soir, j’étais invité à un débat sur la jeunesse organisé par l’Office de la Jeunesse pour tous les candidats wattrelosiens à l’élection municipale.
 
Hélas, j’avais déjà pris très antérieurement d’autres engagements : une soirée avec les adhérentes de l’aquagym de la piscine de Wattrelos, calée de longue date, puis une manifestation de soutien à Michel-François Delannoy, candidat PS à la mairie de Tourcoing où il me paraissait aussi très important d’être – aux côtés des Présidents du Conseil régional, du Conseil général, de la Communauté urbaine – pour montrer l’étroite relation entre Tourcoing et Wattrelos, et combien est politiquement important à mes yeux de socialiste le combat que mène Michel-François contre la candidature de Christian Vanneste (car j’en ai assez qu’on parle de Tourcoing, la ville où je suis né, parce qu’on cite les tristes propos racistes, homophobes et xénophobes de quelqu’un qui prétend en être le maire !). S’exprimer contre Christian Vanneste, c’est aussi soutenir la jeunesse !

J’ai néanmoins répondu à l’invitation de l’Office en me joignant aux membres de l’assemblée dès que je l’ai pu, c’est-à-dire vers 20h30. C’est mon adjoint à la Jeunesse, Christophe D’Hulst, qui a parfaitement représenté la liste Wattrelos Avenir : comme l’a rapporté la presse locale, il fut l’un des rares invités (deux en fait) à connaître en profondeur les dossiers wattrelosiens et à pouvoir fournir des réponses pertinentes aux questions posées.
 
Je l’ai souvent répété : le maire que je suis est avant tout un capitaine d’équipe, un animateur, et tous mes adjoints et conseillers délégués ont toute ma confiance pour me représenter, Christophe comme les autres. C’est important car notre Municipalité ne néglige aucun pan de la vie de notre commune – la jeunesse est d’ailleurs toujours une priorité forte dans notre programme 2008-2014.


Partager cet article
Repost0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 08:00
prog1.jpgHier matin, je recevais, avec plusieurs de mes colistières et colistiers, les journalistes de la presse quotidienne régionale pour leur présenter le programme 2008-2014 de la liste Wattrelos Avenir que je conduis à l’occasion des élections municipales, ces 9 et 16 mars.

Un programme qui est, à l’image de la liste, un programme pour tous les quartiers et un programme de vie quotidienne.
 
Je l’ai dit aux journalistes : la liste que je conduis est une liste d’hommes et de femmes prog2.jpgque j’ai définis comme pragmatiques et réalistes qui connaissent la réalité de leur quartier, qui savent les attentes de la population, et dont le projet est de répondre aux besoins des habitants.
 
Ils connaissent aussi le cadre et les contraintes de la gestion municipale.
 
Si je devais résumer ce que nous proposons, je le ferais en deux mots-clés : sérieux et proximité. Ils sont au cœur de notre démarche, ils cimentent notre ligne d’actions prog3-copie-1.jpg(2008-2014) :
  •   
    - sérieux parce que ce que nous proposons, non seulement nous voulons le faire, mais nous pouvons le faire. Comme le disait Antoine de Saint-Exupéry : « Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible ».
    Nous ne voulons pas promettre du flou, du vague comme certains programmes que j’ai pu lire, de l’illusion (comme d’autres programmes) ; nous, nous voulons du concret.
    Un programme sérieux parce que concret, réaliste et finançable, même si, pour certains projets qui ne dépendent pas que de nous, nous devrons à nouveau déployer une insistance toute particulière pour obtenir de nos partenaires (LMCU, Conseil général, Conseil régional, Etat) les moyens d’être ambitieux.
    Mais c’est aussi cela le « boulot d’un maire », et en l’occurrence, je crois avoir prouvé que ça, je sais faire !
  •   
    - de proximité, parce que ce sera notre obsession. Nous offrons déjà ici à Wattrelos un haut niveau de services. Nous voulons bien sûr en offrir encore davantage, mais ce que nous voulons avant tout, c’est faire encore en mieux !
Voilà, je l’ai dit, c’est cela que nous voulons : « Wattrelos encore en mieux ».

Nous voulons :   

- continuer à nous battre pour l’économie et pour l’emploi qui ont connu un formidable sursaut durant le mandat qui s’achève. Nous devons conserver des objectifs ambitieux !

-
maintenir une ville humaine (avec, en bonne place, l’Education, la Culture, le Sport, les Loisirs) qui « s’environnementalise » : le développement durable deviendra une composante forte des politiques municipales.

-
poursuivre l’effort d’équipement : continuer à reconstruire Beaulieu, rebâtir la crèche du Sapin Vert, créer une crèche et une bibliothèque à Beaulieu, faire déboucher le projet de centre culturel…

- agir auprès des habitants, c’est travailler pour tous les quartiers. Des projets, avec mon équipe on en a dans tous les quartiers !

-
renforcer l’efficacité des services publics dans ce qui est la vie quotidienne des gens :

·        Propreté
·        Sécurité
·        Proximité

  Tels sont les grands thèmes. Ils s’ordonnent selon 7 grandes priorités :  
 
1)      Wattrelos, une ville qui développe son économie
2)      Wattrelos, une ville qui soigne son environnement
3)      Wattrelos, une ville qui offre beaucoup de services à sa population
4)      Wattrelos, une ville festive et de loisirs
5)      Wattrelos, une ville proche de ses habitants
6)      Wattrelos, une ville pour mieux vivre
7)      Wattrelos, une ville qui change dans chacun des quartiers
 
Je vous propose de découvrir notre programme tel qu’il sera distribué ces prochains jours dans toutes les boîtes aux lettres de Wattrelos en cliquant sur le lien ci-dessous :

s3.archive-host.com/membres/up/1195081252/prog_wattrelos_72dpi_r.pdf


Partager cet article
Repost0
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 15:11
dbj.jpgJe participais ce matin à un débat sur les institutions à la Mission locale de Wattrelos-Leers. Le sujet du jour ? La fonction de député. Dans le cadre de la fondation Dexia, des jeunes qu’encadre la Mission locale ont organisé cette rencontre, me réservant de nombreuses questions sur mon rôle de parlementaire. Auparavant, la Mission locale avait reçu, toujours dans le même objectif de présentation de la fonction, un conseiller général, une conseillère régionale, un maire et une sénatrice de tendances politiques diverses.
 
Une fois les présentations effectuées, mon parcours scolaire et universitaire évoqué, chaque participant a pu poser ses questions, manifestement soigneusement préparées. J’y ai répondu, je pense de la manière la plus complète possible, et surtout très sincèrement et sans langue de bois !
 
Ce fut pour moi l’occasion de présenter à ces jeunes, visiblement très intéressés, ce que représente la fonction de député. Pendant deux heures de questions-réponses et de débat, je les ai renseignés sur le fonctionnement de l’Assemblée nationale, le vote des lois, les séances au Parlement ou encore les droits et devoirs du député. A ce sujet, j’ai trouvé très intéressant que ces jeunes me questionnent sur mes droits et devoirs en tant que parlementaire.
 
Beaucoup trop de concitoyens ont l’image d’élus bénéficiant de privilèges indus et déconnectés des réalités. Je ne me retrouve pas dans cette image ! Je ne suis pas de ceux-là. J’attache une importance toute particulière à ma fonction et je veux la remplir avec responsabilité bien sûr, mais aussi avec une éthique irréprochable. Pour moi, être député n’est pas un métier, mais une mission, une fonction. Etre le représentant de la nation au service de ses concitoyens ne donne pas de droits supplémentaires, si ce n’est celui de servir ! Mais, à mon sens, cela crée des devoirs supplémentaires : ce qui peut parfois se tolérer ou se comprendre pour un citoyen, ne peut s’admettre pour un élu !
 
Alors, franchement, oui, j’ai aimé ce débat, car je considère que c’est toujours utile de présenter nos institutions et leur fonctionnement. Elles sont bien souvent trop méconnues ou trop caricaturalement décriées. Deux heures avec ces jeunes, comme je le leur ai dit, ont été pour moi un « vrai petit bonheur ».


Partager cet article
Repost0
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 09:41
santeblog.jpgQuand je suis devenu maire, il y a 8 ans, et que j’ai pris connaissance des indicateurs de santé à Wattrelos – un peu plus mauvais encore, comme dans le reste de notre région Nord – Pas-de-Calais, terre de labeur – j’ai compris qu’il fallait agir. Agir à notre échelle communale, avec nos moyens, mais avec cohérence et volontarisme, pour pouvoir faire en sorte que, pour l’avenir, les indicateurs s’améliorent.
 
Parce que si, dans 20 ou 30 ans, l’équipe municipale qui succédera à celle que j’anime constate que, depuis l’an 2000, notre politique de santé a permis de faire gagner ne serait-ce qu’un an de vie supplémentaire à nos concitoyens, j’aurai le sentiment que nous n’avons pas failli à notre tâche, que nous n’avons pas fui nos responsabilités.
 
C’est en substance ce que j’ai dit aux lauréats de la 3è Fête de la Santé wattrelosienne que je recevais hier soir à l’Hôtel de ville afin de leur remettre les cadeaux gagnés durant cette semaine thématique consacrée au sommeil, organisée salle Salengro au début de ce mois.
 
C’est vrai : la santé n’est pas une compétence communale. Rien n’oblige une ville à développer des actions de santé publique comme nous l’avons fait durant ce mandat en créant un Conseil communal de santé (qui coordonne tous les acteurs de santé de la ville), en développant des actions de prévention à destination des enfants, des collégiens, en embauchant une diététicienne pour mieux équilibrer les repas servis dans les cantines ou pour nos aînés, ou en apportant un soutien sans faille à l'association Clairière, chargée de la prévention et de la lutte contre les addictiologies (drogue, cannabis, alcool, médicaments...).
 
Ces actions ne sont pas obligatoires ? Non, elles sont indispensables. Nous les prolongerons (j’espère !) demain, en y ajoutant notamment une participation active au programme Epode dans lequel la Ville vient de s’engager et qui vise à prévenir l’obésité des enfants.
 
Oui, la santé a été, ces dernières années, une priorité forte de la Municipalité.
Car, au final, quoi de plus précieux dans la vie que la santé ?


Partager cet article
Repost0
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 09:54
Curieuses ces « évaluations » du journal Challenges. Quand on les regarde, on se dit que si cela tombe dans des mains mal intentionnées, on pourrait leur faire dire n’importe quoi !
Eh bien, c’est arrivé ! Voilà que mon challenger de droite – en fait, l’un des deux – ayant lu (rapidement sans doute) la revue, en tire une conclusion apocalyptique : dans le classement des villes pour leur gestion, Wattrelos serait 843è sur… 843 ! Rien que cela ! Comme il y va !
La vérité est toute autre.
 
Dans le tableau, Wattrelos n’est dernière que… dans le groupe des villes du Nord (soit déjà un panel limité à 54 villes), et que parce que… le classement se fait par ordre alphabétique (Anzin est première en vertu du même ordre alphabétique) !
 
D’autre part, si Wattrelos obtient l’appréciation « doit mieux faire », elle est de fait ainsi affublée de la même appréciation que Marseille, Reims, Mulhouse, Strasbourg, Saint-Etienne, Rouen, Le Havre ou Perpignan (toutes UMP), que Grenoble, Dijon ou Nantes (toutes PS, villes par ailleurs toutes connues pour leur dynamisme et leur qualité de vie) ou, localement, que… Wasquehal (dont le maire est, me semble-t-il, un soutien de mon opposant en question : je n’ose croire qu’il lui reprochera sa gestion !).
 
Voilà pour la forme.
 
Sur le fond, c’est vrai que sont « curieuses » ces évaluations d’un organe de presse que je n’ai jamais rencontré, à qui nous n’avons transmis aucun document et qui travaille « à distance ». D’autant que, si j’ai bien compris, il s’exprime sur le compte administratif 2006, un exercice particulièrement serré pour la ville de Wattrelos, et depuis, il y eu 2007 ; or, une très récente étude de notre banquier principal souligne au contraire la maîtrise des équilibres financiers communaux, la réactivité de la Municipalité à l’évolution des recettes et le redressement de notre épargne et de notre capacité d’autofinancement.
 
Cela dit, il y a une vérité que chacun doit connaître (même quand on est un candidat récemment arrivé sur la ville, et très récemment intéressé par la gestion municipale) : c’est que Wattrelos a été une ville industrielle, très dépendante pour ses finances de grandes entreprises industrielles qui ont depuis fermé leurs portes, et que cela pèse encore dramatiquement sur ses recettes. Et Wattrelos, c’est vrai – même le Président du Comité des Finances Locales le reconnaît – fait partie des 20 villes de France les plus touchées par la nouvelle politique financière de l’Etat à l’égard des communes, politique mise en œuvre depuis 2002, et aggravée par les décisions de ces deux dernières années.
 
Cette « nouvelle politique financière » (de l’Etat UMP que soutient notre « récent opposant » candidat à diriger Wattrelos !) coûte 3 millions d’euros par an au Budget municipal. Pourquoi ? Pour trois raisons :
 
  • - une forte diminution de la DCTP (dotation de compensation de la taxe professionnelle) : - 1 million d’euros depuis 2002 ! C’est cette dotation de l’Etat qui compensait ce que ramenaient hier les impôts des entreprises (ce que je viens d’indiquer plus haut). Le Gouvernement a décidé de faire disparaître rapidement cette dotation : une catastrophe pour toutes les villes ayant eu de grosses industries, comme Wattrelos.
 
  • - une Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) – principale ressource de la Ville – qui augmente 1 à 1,5 point moins vite que l’inflation, d’où un retard de : - 1 million d’euros !
 
  • - une majoration des charges patronales sociales payées par la commune pour son personnel : + 1 million de dépenses supplémentaires pour le budget municipal.
 
A cela s’ajoute l’injuste, très injuste réforme, il y a 3 ans, de la Dotation de Solidarité Urbaine : les critères de répartition choisis par le Gouvernement datent de 1996… mais la réalité sociale, elle, a changé depuis ! Alors la réalité, c’est que pour Wattrelos cette dotation n’augmente que de 100 000 euros par an pendant 5 ans (alors qu’elle augmentera de 4 millions d’euros par an pour notre voisine, Roubaix : pas étonnant que dans le classement de Challenges, Roubaix ait l’appréciation « assez bien »).
 
Toutes ces décisions financières vont dans le même sens : elles ne nous favorisent pas. Mais elles ne dépendent pas du gestionnaire municipal que je suis.
 
Au contraire, ce gestionnaire doit faire au mieux, gérer dans ce contexte qui n’est pas facile, maintenir ses services publics, investir pour l’avenir de Wattrelos et la qualité de vie des habitants. Et pour cela, il doit veiller à ses dépenses et chercher à améliorer ses recettes.
 
Voilà pourquoi nous nous battons chaque jour pour « faire au mieux » – que Challenges et notre récent opposant n’en doutent pas ! C’est-à-dire faire en sorte que chaque habitant de Wattrelos connaisse un « mieux vivre » malgré cette politique financière désastreuse de l’Etat à notre égard.
 
 
Partager cet article
Repost0