Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 13:29

C’est en effet dans ma circonscription que s’organisent aujourd’hui et demain les 28es Assises nationales des associations d’aide aux victimes à l’ENPJJ de Roubaix. Ainsi, aux côtés de Pierre Dubois, maire de Roubaix, et Richard Olszewski, président du SIAVIC, j’accueille Christiane Taubira, ministre de la justice, Garde des Sceaux.

Christ.-Taubira_33.jpgChrist.-Taubira_2.jpgChrist.-Taubira_3.jpg

Dans ma prise de parole liminaire, je m’appuie sur le vécu quotidien d’élu local pour formuler trois constats :

  • Face aux crimes et délits, je dis que la société doit modifier sa réponse, une réponse où l’aide aux victimes a toute sa place. Violences aux femmes, braquages, incendies d’habitations, décès accidentels (comme il y a peu à Saint-Liévin) sont des moments douloureux, après lesquels les victimes ne peuvent rester seules face à l’adversité !

C’est un triptyque prévention / répression / curation où les besoins d’accompagnement des victimes (avant, pendant et même après la décision de justice) seront intégrés à la chaîne d’interventions publiques pour lequel je plaide.

 

  • D’autant plus qu’avec les nouvelles technologies, de nouvelles formes de délinquance vont prospérer en matière financière. Les transactions doivent être sécurisées. Il y a un enjeu économique face à la confiance numérique indispensable à la croissance économique. L’enjeu est surtout social car les plus démunis sont faibles devant les institutions et les mécanismes pour leur rendre leurs droits lorsqu’ils ont été abusés : en un clic, une vie peut basculer à jamais ! 

Voilà pourquoi, il est essentiel de :

- mieux accompagner les victimes qui ont besoin d’avoir sur ces questions complexes des accompagnateurs qualifiés et formés ;

- mieux protéger et de ce point de vue, la réduction du réseau territorial de la Banque de France est préoccupante, car il y a risque de creusement des inégalités pour les victimes de se bien défendre.

 

  • Enfin, j’insiste sur le besoin de structuration, et de financement durable des associations d’aides aux victimes. Beaucoup sont en fragilité financière. Je préconise que l’on donne une dimension élargie que le seul financement local (car trop étroit, et trop précaire). Et surtout que l’Etat ait conscience de l’impérieuse nécessité de sécuriser ces financements dans le temps. Dans son rapport 2012, la Cour des comptes préconisait ainsi d’« assurer la pérennisation des actions » de nos associations.

RichardAvec-Christ.-Taubira_4-copie-1.jpgChrist.-Taubira_5.jpg

La ministre aura su dire combien elle partage ces préoccupations, fût-ce dans le cadre budgétaire contraint de nos finances publiques. Tant mieux…

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 12:16

logo anCe matin paraît au Journal Officiel la réponse à la question que j'avais posée au ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social sur la question concernant la situation des services de l'inspection du travail de Roubaix-Tourcoing.

 

Pour lire ma question et prendre connaissance de la réponse apportée, cliquez ici.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 16:00

2013--mars-.- 4512Il y a un an, c’était le second tour des élections législatives. Un an a passé, et déjà les premiers classements apparaissent pour évaluer l’activité parlementaire des uns et des autres.

 

Ces classements où l’on additionne des présences en commissions, des interventions orales et des questions écrites sont toujours à regarder avec distance, ne serait-ce par exemple que parce que tout ne prend pas autant de temps : telle question écrite, par exemple, prendra plusieurs heures de recherches et de préparation, alors que telle autre sera rédigée en quelques minutes, ou telle intervention en réunion sera improvisée ! De même, après à peine une seule année d’activité, ces bilans ne peuvent être considérés comme complètement significatifs.

 

De plus, selon la nature des textes qui viennent en discussion, et selon la commission à laquelle vous appartenez, si vous avez l’opportunité d’être rapporteur d’un texte, vous ferez automatiquement un bond dans le classement : mécaniquement, vos interventions vont s’en trouver multipliées ! C’est ce qui s’est passé pour Audrey et pour Yves, avec deux textes longs, sur le logement d’une part et sur l’école d’autre part.

 

Pour autant, malgré toutes ces précautions méthodologiques, pour être franc, j’ai de quoi être très satisfait de ce classement des premiers mois ! Pas simplement, non, parce que tous les contributeurs de mes péripéties électorales de l’an dernier, qui clamaient partout que je serai « seul », « que je n’existerai pas », et en gros que je serai « un député pour rien », en sont pour leurs frais. Si devenu dissident de leur fait, je n’ai évidemment pas pu raisonnablement être nommé à la Caisse des dépôts ou pour le rapport général du budget (et au demeurant ceux qui l’ont été sont de très bons amis et font très bien le job !), désigné vice-président de la commission des finances et représentant le groupe socialiste dans nombre d’instances (commissions, conseils d’administration…), moi aussi je fais le job pour représenter dignement ma circonscription, portant le mandat des électeurs qui m’ont fait confiance.

 

Car dans ce classement, où suis-je ? Dans le haut du tableau, très loin des « cancres de l’Assemblée » comme le titre l’article de DailyNord ! Sur les 577 députés, je suis : 

  • 86e (soit le 3e de la région Nord - Pas-de-Calais) dans le classement national ! Comme l’écrit l’article en question « sur les 33 représentants de notre belle région, 6 d’entre eux sont dans le top 100 des députés », c’est-à-dire dans les 100 premiers : je suis parmi ces six là !
  • en étant 86e au classement national, je suis de fait le 1er des députés du Nord (A. Linkenheld est 95e, Y. Durand 208e, B. Roman 272e, G. Darmanin 289e, et F. Vercamer 347e), d’après leur méthodologie ;
  • dans le classement régional (selon une méthode un peu différente), sur les 33 députés du Nord - Pas-de-Calais, je ressors en 6e place… (et 2e du Nord !). 

Pas mal, pour un dissident !

 

Cela dit, peu importent les classements. Ce que je vois dans ce tableau et ces chiffres, c’est qu’avec 71 présences en commission des finances, 261 interventions dans l’hémicycle et 56 questions écrites (ce qui est supérieur à la moyenne) et 1 question orale (sur la maternité de Roubaix), c’est que je fais ce que j’ai toujours fait et ce pourquoi j’ai été élu : je bosse ! Pour servir autant que je le puis mes concitoyens…

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 13:48

Hommage Mauroy InvalidesCe matin, tôt, je suis dans la cour d’honneur des Invalides où la République rend un hommage solennel à Pierre Mauroy, ancien Premier ministre.

 

Députés et sénateurs, anciens ministres, élus de Lille et de la Communauté sont alignés sur un côté de la cour, tandis que les membres du Gouvernement s’installent devant nous, derrière le Président de la République, et aux côtés de Gilberte Mauroy, de son fils Fabien et des petits-enfants.

 

Le protocole est bien réglé : arrivée du Président, passage des troupes en revue, arrivée du cercueil, discours du Président, départ du cercueil, hommages au drapeau.

 

Hommage Mauroy Invalides 1Après La Marseillaise, le silence se fige. L’émotion est forte, et j’ai la gorge nouée lorsque se mettent à résonner les coups de tambour, lents et répétés, qui saccadent lugubrement l’arrivée du cercueil, drapé d’un large drapeau bleu-blanc-rouge et porté par des gardes républicains. Quand ils le déposent au milieu de la cour, c’est un instant d’éternité ! Un rapide regard sur ma droite, où à deux mètres se trouvent Bernard Roman et Bruno Le Roux, mes copains du cabinet Mauroy : je sais, je sens, ce qu’ils ressentent…

 

J’apprécie les paroles du Président : « Peu d’hommes, même éminents, peuvent s’enorgueillir d’avoir fait l’histoire de leur pays. Pierre Mauroy est incontestablement de ceux-là » !

 

François Hollande a raison de souligner le «destin exceptionnel » d’«un enfant du peuple ». Le socialisme dont « il a embrassé très tôt la cause » et dont « il en épousera tous les rôles ». Sa terre, le Nord, Lille qu’il modernisa, transforma, tourna vers l’Europe. Les conquêtes sociales, les choix essentiels de 1983 dont nous sommes « les héritiers ». Et puis surtout le véritable héritage politique de Pierre Mauroy : « le choix du réformisme ».

 

Pour lui, en effet « réformer, ce n’était pas renoncer, c’était réussir. Réformer, c’était se défaire de l’illusion des mots pour passer à la vérité des actes », comme le dit tout à fait pertinemment le Président de la République, qui dénote ainsi, en creux, combien la pensée de Pierre Mauroy reste d’actualité dans la France de 2013. Lui qui fut « une belle leçon politique » car il « nous montre que l’on peut avoir le sens des responsabilités et conserver son idéal, que l’on peut porter la modernité et préserver son authenticité, que l’on peut exercer les plus hautes fonctions et rester un militant ».

 

Et de conclure « Pierre Mauroy aimait les gens et les gens l’aimaient ». C’est si vrai…

 

Hommage Mauroy Invalides 3Après cet hommage, le cercueil est emmené en dehors de la cour, suivi par la famille et le Président de la République. L’émotion est terriblement forte de le voir s’éloigner. La cérémonie, sobre et digne, se termine.

 

Derrière le Gouvernement qui se dirige vers la sortie, je sors en devisant avec Lionel Jospin et je salue le Président de la République, François Hollande, à la porte de la cour d’honneur.

 

Mais juste à ses côtés, Gilberte Mauroy, à qui je veux dire quelques mots de réconfort, me reconnaît, me prend les mains et me remercie avec insistance de ce que j’ai dit sur Pierre dans l’émission de Wéo car elle l’a regardée. Je suis troublé et tellement ému… Et fier d’avoir croisé la route de cet homme-là…

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 05:57

logo anCe matin paraît au Journal Officiel la question écrite que j'ai posée au ministre de l'éducation nationale sur l'avenir des neuf centres de formation de musiciens intervenant à l'école (CFMI). Pour lire la suite de ma question, cliquer ici.

 

J'ai aussi obtenu une réponse à la question écrite que j'avais posée à la garde des sceaux, ministre de la justice, sur l'élargissement du champ du prélèvement de cotisations sociales sur certaines prestations perçues par des collaborateurs du service public de la justice. Pour lire la suite de ma question et découvrir la réponse, cliquer ici.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 05:39

PICT0286Départ tôt ce matin pour Paris mais je me fais un devoir et un réel plaisir d’être à l’Assemblée nationale pour accueillir mon député junior de l’école Léo-Lagrange de Wattrelos, Lyam (Oumedjebeur), qui vient participer au 18e Parlement des Enfants.

 

Cet après-midi, il siègera à ma place dans l’hémicycle pour une séance présidée par Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, durant laquelle le Gouvernement sera représenté par Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale.

 

PICT0295Pour l’heure, c’est place du Palais-Bourbon que je retrouve Lyam et son père, Mustapha, que je les fais s’inscrire, et que nous immortalisons en photo cette arrivée devant l’escalier d’honneur (par où entrent les membres du Gouvernement).

 

PICT0296Quelques rapides explications ensuite, avant de visiter ensemble l’hémicycle ; l’occasion, déjà, pour mon député junior de s’asseoir à ma place et de sympathiser avec le responsable des huissiers de séance !

 

PICT0297Mais l’heure du travail arrive déjà pour Lyam (en député junior brillant, sérieux et motivé au demeurant !), et je le conduis salle Colbert où se réunissent les enfants des académies de Lille, mais aussi Lyon, Nantes et des Français de l’étranger (99 délégués au total !). Ils vont y débattre (comme les vrais députés ! La salle Colbert est d’ailleurs la salle de réunion du groupe socialiste) de quatre propositions de loi visant à :

  • rompre l’isolement des aînés, en créant un passeport civique du jeune citoyen (qui devra accomplir 3 actions annuelles de solidarité (Reims) ;
  • assurer la représentation des enfants au sein de l’école (Orléans) ;
  • prévenir les faits de violence et de discrimination à l’école (Polynésie) ;
  • sensibiliser les élèves sur les principes de l’égalité des filles et des garçons (Tunisie).

Je continue ensuite la visite, avec son père, de la galerie des fêtes de l’Hôtel de Lassay, jusqu’à la bibliothèque et au bureau de poste, sans omettre bien sûr un (bref, mais sympathique) passage par la buvette de l’Assemblée, véritable temple de notre République.

 

Je repars ensuite car trois fêtes d’école m’attendent à Wattrelos (celles de Jean-Macé, Notre-Dame de la Mousserie, et de l'Enfant Jésus)…

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 20:24

2013--mars-.- 0946[1] 2013--mars-.- 0950[1]

Le gala d’éveil à la danse au centre socio-éducatif est parmi les plus touchants. Car l'enseignement d’Aurore, destiné à sensibiliser petites filles et petits garçons à la danse, et à sa discipline collective, donne souvent des tableaux qui savent allier émotions et sourires… Pour elles et pour eux, c’est la première fois.

 

Cette année, Aurore Prez avait choisi de décliner tous les mois de l’année en douze tableaux (ouf, le compte y était !) en deux parties, révélant des surprises et de très belles mises en scène !

 

Ainsi, pour février, mois des  crêpes, quel plaisir de voir nos petits bouts avec leur poêle s’efforcer de faire sauter d’hypothétiques crêpes en papier… récalcitrantes : j’ai même redouté l’envol… de la poêle elle-même à destination des premiers rangs ! En septembre, impossible de rater les poupées Berlouffes. Et quelle curiosité, alors que la salle du CSE est très chaude en cette fin d’après-midi très estivale, de voir de petites lutines ouvrir en décembre les cadeaux amassés au pied d’un imaginaire… sapin de Noël !

 

Que du bonheur avec tous ces petits rats qui nous ont fait un bien belle ribambelle et un joli spectacle… très attachant. Merci Aurore !

Partager cet article
Repost0
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 07:41

logo anCe matin paraissent au Journal Officiel deux questions écrites que j'ai posées :

  • au ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt sur les conditions d'élevage, de détention, de vente et d'exposition des fourmis. Pour lire la suite de ma question, cliquez ici.
  • au ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt sur la campagne betteravière 2013-2014. Pour lire la suite de ma question, cliquez ici.

 

Par ailleurs, j'ai obtenu la réponse à la question que j'avais posée à ministre délégué auprès du ministre de l'économie et des finances, chargé de l'économie sociale et solidaire et de la consommation, sur les progrès à réaliser pour une transparence accrue des contrats d'assurance obsèques. Pour lire la suite de ma question et prendre connaissance de la réponse, cliquez ici.

Partager cet article
Repost0
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 16:38

blog1Ce n’est pas tous les jours qu'une ministre intervient à l’IUT C de Roubaix ! Hélène Conway-Mouret avait promis en octobre dernier à Abdelkader Haroune, fondateur de l’association Les chemins de la réussite, de rendre visite aux élèves. Parole tenue : la ministre chargée des Français de l’étranger s’est exprimée sur les enjeux de la mobilité internationale étudiante, après les prises de parole successives des représentants de l’Université de Lille 2.

Elle-même ancienne universitaire (à Dublin !), Hélène Conway-Mouret a souligné que « partir à l’étranger était une force et non un handicap ». Que chaque Français expatrié se devait de constituer un relais dans les pays d’accueil. Ils sont 2,5 millions de citoyens  à vivre à l’étranger. Elle a surtout rappelé combien était fort l’engagement du Président de la République et du gouvernement de Jean-Marc Ayrault sur la jeunesse, priorité gouvernementale absolue. Le débat s’est ensuite poursuivi sur Erasmus, programme d’échange international pour étudiants, sur la pratique de l’anglais ou sur les conditions pour faciliter le séjour à l’étranger de nos étudiants, notamment pour leur logement. La ministre a promis de mobiliser ses collègues sur la question.

blog2En ce qui concerne les étudiants eux-mêmes, l’Université de Lille 2 accueille près de 2 700 étudiants étrangers, tandis que 800 inscrits de Lille 2 ont effectué un stage ou une formation à l’étranger l’an passé. Ces échanges sont appelés à se développer et à être harmonisés. Un point important pour Roubaix et Wattrelos car bon nombre de nos jeunes suivent les enseignements, en particulier les licences professionnelles de cet IUT roubaisien, situé… rond-point de l’Europe ! Tout un symbole pour soutenir la volonté internationale de l’établissement, qui valait bien une visite ministérielle.

Merci Hélène !


Partager cet article
Repost0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 16:33

Pre-sident-de-commission.pngS'agissant du projet de loi relatif à la consommation, la Commission des finances n'est saisie (pour avis) que sur les articles 18 à 22 (chapitre III du texte) consacrés au crédit et à l'assurance.

 

C'est moi qui préside toute la matinée la réunion de la commission consacrée à l'examen du Projet, dont le rapporteur est mon collègue, Laurent Grandguillaume, député de la Côte d'or.

 

Dans les articles, loin d'être négligeables, que nous examinons, on trouve plusieurs propositions intéressantes, qui visent :

  • en cas de crédit renouvelable (revolving) supérieur à 1 000 euros, à ce que le vendeur doive proposer en alternative, un crédit amortissable ;
  • à protéger la consommation contre la multi-assurance (délai de rétractation) ;
  • à permettre la résiliation infra-annuelle des contrats d'assurance pour tous types d'assurances (hors emprunts immobiliers) ;
  • à prolonger le suivi du comité de réforme du taux d'usure ;
  • à clarifier les modalités de régularisation des incidents de paiement, en cas de chèque non approvisionné (cet amendement du rapporteur me paraît très pertinent, tant il complète utilement la réforme de l'interdiction bancaire que j'avais moi-même fait voter… en 1999 !).

Après l'examen du projet de loi sur la consommation, la Commission a voté une proposition de résolution déposée par le groupe RRDP (Radical), dont le premier signataire est Paul Giacobbi pour la constitution d'une commission d'enquête parlementaire sur les conditions de privatisation de la Société nationale Corse Méditerranée. Il s'agit « d'éclairer la représentation nationale sur les conditions de la privatisation survenue en 2005 », une privatisation « subie », comme le diront d'ailleurs les députés corses. Ce n'est pas neutre, car la SNCM est sous le coup d'une condamnation par la Commission européenne de rembourser d'ici fin août 220 millions d'euros d'aides d'Etat, ce qui peut lui être fatal… et ce qui est compliqué à quelques semaines des grandes transhumances d'été !

 

Partager cet article
Repost0