Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 16:53

logo anCe jour paraissent au Journal Officiel:

- la réponse de la Secrétaire d'Etat à la Santé à ma question portant sur les soins palliatifs.

Cliquez ici pour lire la réponse et la question

- la réponse du Garde des Sceaux à ma question portant sur l'unité médico-judiciaire (UMJ) des hôpitaux de Roubaix-Tourcoing.

Cliquez ici pour lire la réponse et la question

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 11:26

L’Assemblée nationale a en effet adopté cet après-midi à la quasi-unanimité (473 voix pour, 4 contre) une proposition de loi du groupe socialiste visant à allonger à un an (au lieu de 3 mois actuellement) le délai de prescription des actes de provocation à la discrimination dans la presse en raison du sexe, de l’orientation sexuelle ou du handicap.

Pour une fois que la Droite, enfin, se rallie et vote une proposition d’origine socialiste, n’hésitons pas à marquer notre satisfaction. D’autant qu’en ce qui me concerne, j’avais été un des premiers signataires de cette PPL proposée par ma collègue de Charente-Maritime Catherine Quéré. J’ai évidemment voté pour !

Si vous souhaitez lire le texte de la PPL votée, PPL socialiste discrimination presse nov. 2011cliquez ici.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 13:43

Ste-Cecile-Croix-2011.jpgCela aura été en effet, pour moi, mon premier concert de Sainte-Cécile que celui organisé ce dimanche après-midi à la salle Dedecker à Croix par la Musique municipale de Croix. La semaine prochaine, ce sera le concert de l’union Musicale de Wattrelos à Salengro.

Pour l’heure, fidèle à mes habitudes de présence pour les manifestations où je suis invité, c’est aux côtés de Francine Langevin, ma suppléante, que je m’en viens déguster cette audition de la Musique municipale de Croix où j’ai de nombreux amis. Sous la baguette directive de Céline Livoye, c’est une visite de la France et de ses terroirs que nous fait réaliser la MMC.

Bien sûr, après un début (en défilé !) autour de notre sublime Petit quinquin qui donne le ton d’une Liesse en Flandre, nous partons revoir notre Normandie (via une suite de Darius Milhaud), avant de déambuler dans Le Château des amoureux, lequel conduit aux parfums de la Provence.

Mais voilà que par-delà les grondements des ruisseaux (relookés en roulements de tambour) et les sifflotis des oiseaux (par instruments à vent interposés), c’est le Mont Blanc qui nous fait découvrir sa majesté.

Une fort belle harmonie que la musique municipale, qui sait allier jeunes et moins jeunes.

Merci pour la visite de notre terre de France.

Bonne fête de Sainte-Cécile !

 

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 15:40

Franchement, parmi les responsables socialistes, je ne fais pas partie de ceux qui considérent comme indispensable, ni même utile, un accord avec les Verts, ni sur le fond (et la question du nucléaire) ni sur le plan électoral.

Pourquoi ? Parce que je considère que, dans la logique de la Ve République, c’est l’élection présidentielle – clé de voûte de la démocratie – qui détermine les rapports de force entre les formations politiques, et donc que c’est logiquement sur la base des équilibres issus du 1er tour de l’élection que se déterminent les contours de la politique conduite, mais aussi ceux de la majorité présidentielle, donc gouvernementale, donc parlementaire.

J’ignorais pour autant que je serai, dans le Nord, la victime de cet accord et de son volet électoral. De fait, je ne l’accepte pas !

Certes, bien sûr, je savais depuis plusieurs semaines que les Verts avaient demandé une circonscription dans le Nord et que la 8e en faisait partie ; plusieurs étaient demandées, y compris des circonscriptions qui n’avaient pas ou plus de titulaires sortants. J’avoue ne pas avoir pensé une seule seconde que mon parti (que j’ai servi et aimé fidèlement depuis 34 ans !) et que ma fédération (que j’ai appuyée depuis autant de temps), me lâcherait (pardon : me trahirait !), en m’offrant en pâture en contre-partie de tripatouillages pour des intérêts particuliers lillois et roubaisiens (qui ne sont d’ailleurs que marchés de dupes !).

Et que nul n’ait eu l’obligeance de me dire qu’il s’agissait là de la proposition-même de la Fédération du Nord, et que j’apprenne – après la tenue du Bureau national ! – dans l’hémicycle à plus de 22 heures, par le 1er secrétaire de la fédération de Paris (!) de retour du BN, que c’est ma circonscription qui a été gelée pour les Verts (alors même que je suis en train de siéger pour défendre jusqu’à 2 h 30 du matin des amendements à la loi de finances de l’AMGVF voulus et soutenus par Martine Aubry elle-même !), c'est pour moi particulièrement choquant.

Mais par-delà l’indécence de la forme, le fond de cette décision qui m’affecte est également inacceptable !

On ne m’autorise pas à me représenter. Je suis le sacrifié sur l’autel de l’accord avec les Verts. Pourquoi ?

  • D’abord parce que les Verts veulent une circonscription gagnante ! En effet, dans le Nord, la 8e est l’une de celles qui votent le plus à gauche. Et alors ? C’est cela le courage en politique ? Moi, cette 8e circonscription, avant qu’elle ne soit redécoupée, je suis allé la gagner, en 1997 d’abord (notamment contre le numéro 2 du Front National, Carl Lang !), puis en 2007 : on ne me l’a pas donnée toute cuite ! Je me souviens de la joie des copains de Wattrelos, Roubaix, Croix et Wasquehal quand nous l’avons reprise.

Et maintenant, il faudrait qu’on la donne ? Parce que les Verts veulent une circonscription où ils sont certains de gagner (on les comprend !), sans candidat socialiste de préférence (c’est encore mieux !)… Il faut qu’on leur donne bulletins de vote et électeurs ?

Mais on n’achète pas une circonscription comme on est nommé à la tête d’une agence d’intérim ou d’un bureau de poste ! Ce sont des hommes et des femmes libres, électeurs, qui ont, avec leur élu et celui-ci avec eux, des relations étroites, de proximité. Cela s’appelle un ancrage.

De plus, le courage en politique - et les Verts auraient pu, auraient dû le faire, et je les aurai soutenus fermement - c’est d’aller à la conquête d’une circonscription gagnable, susceptible de basculer pour renforcer la gauche d’un siège de plus… plutôt que de s’asseoir dans le fauteuil d’un autre !

  • Le sacrifice qui est demandé aux militants socialistes wattrelosiens et roubaisiens est d’autant plus inacceptable que dans l’agglomération, ici, on a déjà donné ! En 1997, la 7e circonscription (celle de Jules Guesde !) avait été donnée à un Vert, Guy Hascoët ! Mais il avait tellement fait peu de cas du terrain et des électeurs que celle-ci, réputée imperdable à gauche, a été gagnée par la Droite qui l’a gardée depuis ! Une vraie réussite ! Est-ce cela que l’ont veut recommencer ? Sauf que cette fois, ce n’est plus la Droite mais le FN qui dans la 8e est en embuscade !

  • Derrière les législatives, il y a d’autres enjeux, d’autres arrangements sans doute. On les devine plus qu’on ne les connaît. Mais il est deux remarques dont nul ne peut contester la vérité :

  • la première, c’est que c’est à un opposant à la Municipalité de Roubaix que l’on veut donner un siège de député ! Depuis quand le parti socialiste a-t-il pour stratégie de faire élire députés ceux qui s’opposent, parfois farouchement, aux maires socialistes locaux ?

  • la seconde, c’est que ce choix va faire payer à Roubaix ce que Lille n’a pas voulu et ne veut pas payer… puisque, rappelons-le, la demande première des Verts portait non pas sur la 8e mais sur la 2e circonscription !

Et cela, ni comme député de Roubaix ni comme maire de Wattrelos, je ne peux l’accepter.

Telles sont quelques-unes des raisons (mais quelques-unes seulement car je pourrai aussi

évoquer ce que, depuis plus de quatre ans, j’ai pu faire sur le terrain ou à l’Assemblée) pour lesquelles je ne peux valider cet arrangement électoral, ni ce soir ni demain ! Face à une telle situation me revient une maxime de George Sand : « Les déceptions ne tuent pas, les espérances font vivre »...

 

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 14:16

Le-Garrec-decore-copie-1.jpgSéquence amitié, un peu nostalgie même, ce soir à la Fondation Jean-Jaurès, cité Malesherbes (là où François Mitterrand eut ses bureaux avant Solférino !), où Pierre Mauroy remet la légion d’honneur à Jean Le Garrec (devant le buste de Jean Jaurès !).

Né en 1929 à Palais, affecté en 1951 comme contrôleur des PTT à Tourcoing avant, trois ans plus tard, de rentrer chez IBM comme chef de service puis cadre supérieur. En 1970, il s’engage en politique au PSU, et à la CFDT. C’est en 1974, que Pierre Mauroy a rencontré l’homme de la petite Gauche qui, aux Assises du socialisme, rejoint le PS.

Député à Cambrai en 1981, puis en 1997 dans le dunkerquois, Jean aura toujours été très proche de Pierre. Il aura été quatre fois ministre de 1981 à 1986. D’abord comme secrétaire d’Etat à l’extension du secteur public, il fut chargé des nationalisations. Puis ministre de l’emploi, il fit les TUC, avant d’être secrétaire d’Etat au plan, puis à la fonction publique. Plus tard, redevenu parlementaire, il sera successivement président de la commission des finances puis des affaires sociales (il est rare dans notre République d’allier ces deux compétences).

Jean est un homme de cœur qui, par-delà son brillant parcours ministériel et parlementaire, se caractérise par sa gentillesse, sa courtoisie, sa capacité de séduction. Pour moi, c’est un ami à qui je dois beaucoup. C’est lui qui m’a fait collaborer de 1988 à 1991 au cabinet de Pierre Mauroy, alors 1er secrétaire du PS. Toute l’équipe est là ce soir autour de Jean et cela fait plaisir.

Comme fait plaisir à tous, je crois, la conclusion de Jean : « Nous devons nous battre pour une République sociale, une République qui écoute, qui regarde, une République modeste ».

 

 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 23:10

Il faut croire que cela devient la seule ligne politique de la majorité UMP et Nouveau Centre à l’Assemblée. Chaque semaine, de nouvelles mesures d’austérité viennent s’ajouter aux économies et aux restrictions, mais il y a une constante : ce sont toujours les plus modestes qui paient !

Les exemples sont nombreux ; cet après-midi, j’en suis estomaqué !

On s’en souvient : la semaine dernière, dans le PLFSS (projet de loi de financement de la Sécurité sociale) 2012, la majorité de droite avait décidé de reporter du 1er janvier au 1er avril 2012 la revalorisation des prestations familiales. Economie réalisée = 130 millions d’euros ! Sur le dos des familles surtout les plus modestes, bien sûr, qui en seront les plus affectées…

Mais cet après-midi, dans les articles non rattachés de la loi de finances, les barèmes des allocations logement qui auraient dû augmenter de 2 % en 2012 (comme l’inflation) ne connaîtront qu’une augmentation de 1 % ! Moitié moins que l’inflation… C’est un amendement du gouvernement qui fait cela, en se félicitant que sur «l’ensemble des aides personnelles au logement, l’économie sera de l’ordre de 160 M€ » ! Cela fera 160 M€ de pertes de pouvoir d’achat des familles, là encore, surtout les plus modestes. Précisément, cet amendement représente 54 M€ en moins pour l’aide personnalisée au logement (APL), 42 M€ pour l’allocation du logement familial (ALF), et 64 M€ pour l’allocation de logement social (ALS).

Après la taxation de 3,5 % sur les complémentaires santé (1,1 Mds €), 2012 s’annonce vraiment très mal pour les plus modestes !

 

 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 16:51

Page-garde-rapport-engagements-etat-2012-copie-1.jpgLa technique parlementaire n’est pas toujours simple à comprendre, alors cela vaut la peine d’être précis.

S’agissant d’une mission du budget (c’est-à-dire un ensemble de crédits budgétaires), lorsqu’elle a été examinée en commission élargie et que les crédits ont ainsi été votés en commission des finances, leur présentation et leur vote doivent être confirmés dans l’hémicycle en séance plénière.

C’est ainsi, cet après-midi, que les crédits de la mission Engagements financiers de l’Etat dont je suis rapporteur spécial passent en séance, présentés par Valérie Pécresse, ministre du budget. J’ai été amené à lui répondre, au nom du groupe socialiste, radical et citoyen.

Pour lire mon intervention, INTERVENTION DE DOMINIQUE BAERT AU NOM DU GROUPE SRC SUR LAcliquez ici.

Pour consulter mon rapport spécial, publié ce jour, Engagements financiers Etat 2012cliquez ici.

 

 

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 09:45

logo anMardi paraissait au Journal Officiel ma question à Madame la ministre des solidarités et de la cohésion sociale sur la question du transport des travailleurs handicapés depuis leur domicile vers les établissements ou services d'aide par le travail (ESAT).

Cliquez ici pour lire la question

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 09:31

logo anCette semaine paraissait également au Journal Officiel la réponse du secrétaire d'État auprès de la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé du logement, à ma question concernant l'accès au logement, ainsi que les conditions de sortie des locataires.

Cliquez ici pour lire la réponse et la question

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 16:08

Vive-universite-Lille.jpgLes hasards du calendrier sont parfois curieux : les deux quotidiens locaux font ce matin leurs titres sur le fait que le plan gouvernemental n’a pas retenu le projet des universités lilloises dans son programme Idex.

C’est évidemment une très mauvaise nouvelle pour notre Région, en particulier pour le monde de la recherche dans nos universités. Comme le dit Philippe Rollet, président de Lille 1, « si nous sommes déçus, on n’arrête pas ».

En effet, c’est ce matin, dès 8 heures, que l’ensemble des présidents des trois universités de Lille 1, 2 et 3, les directeurs de l’Ecole centrale de Lille, de l’ENSAIT, de l’Ecole supérieure de journalisme, de l’Ecole de chimie, de Sciences Po Lille et de Télécom Lille 1 ont souhaité rencontrer députés et sénateurs du Nord , ainsi que la Région, pour confirmer leur volonté de se regrouper en une Université de Lille.

Il s’agira d’une construction de type fédéral avec un conseil d’administration et des transferts importants en matière de recherche. Via un conseil scientifique unique, la nouvelle entité veillera à conduire une politique scientifique unique pour renforcer notre potentiel de recherche. Ces universitaires estiment en effet que celui-ci « manque de profondeur », car « nous ne sommes pas assez visibles dans nos domaines d’excellence ».

Il s’agit aussi de mobiliser nos établissements sur « la formation tout au long de la vie ».

Partout, en France, dans les grandes métropoles se constituent de grands ensembles métropolitains (Bordeaux, Strasbourg, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Nancy…), et « nous ne pouvons être à l’écart ». Car parmi les éléments fondamentaux qui font l’attractivité d’un territoire figurent l’existence de réseaux forts (transports, télématiques) et la présence d’une grande université. Voilà pourquoi il est important que se constitue à Lille « une université complète qui couvre tout le champ des diplômes ». Elle sera statutairement mise en place courant 2012.

Elle développera ensuite ses projets avec les autres universités de la région mais l’heure est à « la stratégie d’approfondissement avant une stratégie d’élargissement ».

Cette annonce, restructurant profondément le monde universitaire, est très importante et j’y souscris, comme tous les parlementaires présents. Car comme le dit Etienne Craye, directeur de Centrale Lille, « c’est maintenant ou jamais »…

 

 

Partager cet article
Repost0