Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 08:03

asso-roubaix1.jpgGrand soleil ce midi sur la fête des associations de Roubaix. Certes, elle se déroule à l'intérieur de la salle Watremez... mais également devant, dans la rue (barrée pour l'occasion) où des stands ont été aménagés. Sur tous les visages, c'est manifeste, on lit le plaisir d'être ensemble, d'être à la fête.

En tant que député de Roubaix, je mets un point d'honneur à me joindre à tous ces sympathiques bénévoles, comme je le fais d'ailleurs fidèlement dans la plupart des manifestations qu'elles organisent. Si mon collègue maire de Roubaix, René Vandierendonck, ne peut être présent (jeune sénateur, il participe aujourd'hui même à Paris à l'élection historique d'un président de gauche au Sénat : toutes les voix comptent pour ce vote important !),asso-roubaix22.jpg je suis aux côtés de son premier adjoint, Pierre Dubois, et bien entendu de Tonino Macquet, élu à la vie associative, ainsi que de la dynamique présidente de la Maison des associations de Roubaix, Isabelle Bras.

L'ambiance est détendue, chaleureuse au moment de l'inauguration, et nous passons de stand en stand pour saluer les responsables associatifs, échanger quelques mots. Je croise nombre d'amis ; c'est un réel plaisir. Roubaix, ville aux mille cheminées ; Roubaix, ville aux 450 associations actives (autant qu'à Wattrelos !), comme le dit Pierre Dubois, un vrai patrimoine utile tant il met du lien dans les quartiers, entre les générations, entre les différentes composantes de notre société.

Longue vie aux associations roubaisiennes !

 

asso-roubaix3.jpg

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 13:34

Je n'ai jamais couru après les classements car l'important, c'est de faire son boulot.

Mais quand on fait son boulot et qu'on découvre que l'on finit bien classé, honnêtement, ça fait plaisir !

Voilà ce que je lis dans un article de DailyNord, site d'information en ligne du Nord - Pas-de-Calais, qui fait état d'un classement de l'activité des députés sur internet réalisé par le site Elus 2.0 :

« Le premier député nordiste de ce classement (…) est Dominique Baert à la 57e place, suivi de Francis Vercamer et Daniel Fasquelle (88 et 89es), Jean-Louis Borloo et Michel Delebarre squattant également de justesse le top 100. »

Sympa !

 

 

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 13:15

Senatoriales-2011.jpgCe dimanche matin, comme tous les grands électeurs du Nord, je me rends au bureau de vote de désignation des sénateurs de notre département. Si, à l’arrivée, la file d’attente est impressionnante, en réalité le flux s’écoule assez rapidement, et une fois entré dans le bâtiment, honnêtement l’organisation est top : la collecte des bulletins, le passage dans l’isoloir, le vote à l’urne (cf. photo) et l’émargement de la liste électorale, tout cela ne prend que quelques minutes. C’est la 4e élection sénatoriale pour laquelle je vote ; elle est la mieux organisée.

C’est aussi celle dont les enjeux politiques sont les plus grands : on l’a dit et répété en faisant campagne ces dernières semaines, le Sénat peut basculer à gauche ! Eh bien, depuis ce soir, c’est fait : la majorité du Sénat est à gauche ! Avec 177 sièges, la Gauche a davantage de sièges que la Droite sénatoriale.

C’est historique.

Pour la première fois depuis 1958 et l’avènement de la Ve République, la chambre haute est majoritairement à gauche. Et a priori, son président, deuxième personnage de l’Etat, sera à gauche (sauf débauchages et manipulations qui, dans le secret des urnes, feraient élire un autre président ! De cela, la Droite sénatoriale est coutumière et il nous faut rester vigilants jusque samedi !).

Mais pour l’heure, femmes et hommes de gauche et de progrès, ne boudons pas notre plaisir ! Les réformes confuses et destructrices de la taxe professionnelle et des territoires, la dégradation des services publics en zone rurale mais aussi urbaine, les dramatiques réductions de dotations aux collectivités locales et l’appauvrissement de bon nombre d’entre elles auront semé colère et volonté de protestation auprès des élus locaux et des grands électeurs : ceux-ci viennent de l’exprimer clairement ! En votant pour des sénateurs de gauche, en faisant battre des sénateurs de droite, pourtant parfois bien implantés. Tout cela sur fond de dissidences et de tensions à droite, lesquelles ont accentué la défaite de proches de Nicolas Sarkozy, et au-delà celle de l’UMP.

Cela empêchera-t-il ce Gouvernement de gouverner ? Non car, en dernier ressort, c’est l’Assemblée nationale, toujours à droite elle, qui tranche. Mais cela va quand même compliquer les choses pour le pouvoir. Il n’y aura plus de vote conforme du Sénat capable d’accélérer les choses, il n’y aura plus de vote positif des lois de finances et des projets de loi, les commissions paritaires et les congrès vont être plus compliqués, et les projets en urgence plus difficiles à faire passer. Outre le camouflet politique, c’est surtout un puissant contre-pouvoir à Nicolas Sarkozy que les grands électeurs viennent d’installer au Palais du Luxembourg.

Pour la Gauche, c’est une marche importante pour la vraie victoire de la reconquête : celle de l’élection présidentielle en mai 2012 et des législatives en juin. N’oublions pas que l’objectif-clé, c’est celui-là. L’heure, malgré la victoire au Sénat, ne peut donc être à la seule joie : elle doit être à la mobilisation poursuivie et accentuée.

Dans le Nord, la liste conduite par mon ami, Michel Delebarre, fait 2 100 voix, soit sensiblement plus que le total des listes PS + MRC + PRG de 2001 (1 934 voix), témoignant des conquêtes de plusieurs communes aux dernières municipales (Hazebrouck, Merville, Lys…). La gauche de la Gauche progresse aussi, avec 1 004 voix pour le total des listes communistes officielle et dissidente (Bocquet et Renar), au lieu de 860 voix en 2001.

La Droite, répartie en 5 listes comme en 2001, se replie nettement (2 588 voix au lieu de 2 313 en 2001), et l’investiture UMP (donnée à J. Legendre) a fonctionné comme un repoussoir (ce dont a profité, à l’inverse J.-R. Lecerf).

Ceci dit, deux leçons s’imposent de ce scrutin. La première, c’est que quand la Gauche sait se rassembler, elle gagne (au-delà même de son seul rassemblement) ! La seconde, c’est qu’outre une senatrice EE-LV (Marie-Christine Blandin), le Nord aura quatre sénateurs socialistes et, comme responsable et élu socialiste, et comme ami de chacun d’entre eux, j’en suis heureux !

Bravo et tous mes vœux à Michel, Delphine, Dominique et René !

 

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 18:53

assemblee.jpgLa rentrée est d’abord évidemment parlementaire.

Après les élections sénatoriales, la session ordinaire recommence début octobre, conformément à la Constitution.

Bien sûr, il y a eu la session extraordinaire de la loi de finances rectificative 2011, les 6 et 7 septembre, laquelle reprenait le plan d’aide à la Grèce (accord du 21 juillet) mais aussi, malheureusement, certaines des mesures du plan gouvernemental d’austérité, à commencer par le funeste relèvement des taxes sur les complémentaires santé ! J’y étais.

Pour autant, cet automne, je serai présent sur d’autres dossiers nationaux. Il est vrai que nombre de ces sujets ne sont pas très grand public, mais portent sur des questions financières très importantes.

D’abord, comme rapporteur spécial de la commission des finances sur les engagements financiers de l’Etat (c’est à-dire tout ce qui tourne autour de la dette, son financement, les charges d’intérêt, la mécanique de son évolution, les conséquences de son indexation…) où, comme chaque année, j’ai à rendre un rapport (pour fin octobre), avant de mener le débat avec le ministre dans l’hémicycle (ou en commission élargie). Ce sera début novembre.

Ensuite, comme vice-président de la commission d’enquête sur les emprunts toxiques, présidée par Claude Bartolone (j’ai même présidé ponctuellement cette commission, en remplacement de Claude, mercredi dernier). Le sujet est conséquent car face aux produits structurés, devenus pour certains toxiques par le niveau prohibitif des taux d’intérêt payés aux banques, quelles sont les portes de sortie pour les collectivités locales ? Quelles sont les responsabilités des banques, de l’Etat chargé du contrôle des collectivités locales (qui n’a rien vu, ni rien régulé, félicitant plutôt, au contraire, les collectivités qui parvenaient à réduire leurs charges d’intérêt) ? Quelles mesures législatives prendre ? C’est ce qu’il nous faudra écrire dans notre rapport à rendre en décembre.

Mobilisé, je le suis, dans le réseau des associations d’élus dans le montage juridique et financier de l’agence pour le financement des collectivités locales (cf. blog du 20 septembre 2011).

Mobilisé, je le suis enfin et surtout dans les batailles qui seront celles du projet de loi de finances pour 2012, avec des dossiers fiscaux et budgétaires aux enjeux très lourds. C’est en particulier le cas :

  • de l’évolution des dotations de l’Etat aux collectivités locales, par-delà la variation du volume de l’enveloppe normée, celle de ses différentes composantes ;

  • de la création du fonds national de péréquation des recettes intercommunales et communales, sur lequel je travaille beaucoup dans mon groupe politique. Car, pour des villes comme Roubaix et Wattrelos, ou pour la communauté urbaine de Lille, les choix des strates de prélèvement, mais aussi des critères de répartition, et donc de redistribution, seront décisifs. Or, cela portera sur 1 Md € de masse financière (progressivement sur 4 ans : 250 M€ en 2012). Donc vigilance absolue !

  • du devenir après le 31 décembre 2011 de la zone franche de Roubaix. Sa disparition complète serait un coup dur pour la mutation de Roubaix, et pour l’emploi. Que prévoit le Gouvernement ? On n’en sait rien. Interrogé par mes soins cette semaine, le rapporteur général du budget, Gille Carrez, m’a dit n’en être pas informé ! A moins d’une semaine du conseil des ministres, le 28, de présentation du projet de loi de finances ! Ce n’est vraiment pas rassurant…

Pour l’heure, dans ces semaines internationalement agitées sur le plan financier, c’est en temps que secrétaire de la commission (je le resterai jusqu’à la fin de la législature) que je suis aux cotés du président, Jérôme Cahuzac, pour participer aux différents contacts et entretiens qu’il conduit, avec le Bureau, dans l’appréhension des risques économiques, y compris dans les relations avec les parlements étrangers, surtout le Bundestag allemand.

 

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 08:01

logo anHier paraissait au Journal Officiel la réponse du Ministre chargé des Transports sur les conséquences du décret du 17 janvier 2011 pour les sociétés expédiant des produits alimentaires par transport routier, sujet sur lequel je l'avais interrogé en août dernier.

Pour accéder à la réponse ainsi qu'à la question, cliquez ici

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 10:00

Aujourd'hui, avec mes collègues socialistes, je signe pour dépôt sur le bureau de l'Assemblée nationale une proposition de résolution en faveur de la reconnaissance par la France de l'Etat palestinien.

Les Palestiniens comme les Israëliens ont en effet le droit à l'autodétermination, ils ont le droit à un Etat.

C'est le voeu que je forme pour vendredi, date à laquelle l'assemblée générale des Nations unies sera amenée à se prononcer sur cette reconnaissance. C'est aussi ce que j'attends du conseil de sécurité.

A l'initiative des socialistes, la France, grande nation des droits des peuples, doit porter ce message à l'ONU, notamment lors du vote du conseil de sécurité.

Pour lire la proposition de résolution, Reconnaissance état palestiniencliquer ici. 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 09:24

Blog 19-09-2011C'est une journée assez techno pour moi aujourd'hui, au cœur des grandes actualités financières : ça fait aussi partie de la vie et des fonctions d'un élu local.

Ainsi en fin de matinée, aux côtés de Jacques Pelissard, président de l'association des maires de France, de Michel Destot, député-maire de Grenoble, président de l'association des maires de grandes villes, et Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, président des communautés urbaines (cf. photo), je représente Martine Aubry, pour la communauté urbaine de Lille, à l'assemblée générale de l'association d'étude pour l'agence de financement des collectivités locales.

On se souvient que, confrontées au problème du financement de leurs investissements (avec des banques qui tendent nettement à se désengager du marché des collectivités locales), des collectivités locales ont décidé de chercher à créer une structure, une agence, qui lèverait des fonds sur les marchés et qui, grâce aux économies de taux qu'elle réaliserait par ces emprunts globaux, pourrait les reprêter à des collectivités à de meilleurs conditions que celles actuellement obtenues directement auprès du secteur bancaire. La Communauté urbaine de Lille figure parmi les promoteurs de ce dossier, ce qui explique mon engagement dans cette agence, et qu'il m'est revenu d'accompagner J. Pelissard à l'Elysée pour plaider la faisabilité du projet (cf. article du 17 mai 2011).

Celui-ci se conforte par la situation présente. D'une part, toutes les associations de collectivités locales (régions et départements inclus) se sont fédérées autour de cette création d'agence. D'autre part, celle-ci est d'autant plus utile, voire indispensable, que les banques sont dans la tourmente et, s'agissant des financements aux collectivités locales, soit actuellement les refusent, soit les font payer avec des intérêts en hausse !

Ce matin, nos discussions, rapidement convergentes, permettent de sceller la physionomie et les conditions de fonctionnement de cette agence, qui se construira à partir d'une structure à deux niveaux :

  • un établissement public industriel et commercial (EPIC) local, qui collectera les participations en capital des collectivités locales ;

  • une société anonyme (SA), à directoire et conseil de surveillance, détenue intégralement par l'EPIC, qui exercera les opérations bancaires, sous l'agrément et le contrôle de l'autorité de contrôle prudentiel (ACP). L'agence devra en effet respecter les exigences de la réglementation prudentielle Bâle III, et de la capitalisation en fonds propres appropriée.

L'agence proposera des produits simples, sécurisés et majoritairement à long terme, et s'attachera à une approche individualisée du coût de l'emprunt, déterminé non selon la taille, mais selon la situation financière de la collectivité.

Malheureusement, pour autoriser cette création, il faut un support législatif et je ferai partie des parlementaires présents mobilisés pour porter les amendements nécessaires. Une prochaine réunion est prévue à l'Elysée.

Sujet complexe donc, qui l'est cependant beaucoup moins que ma rencontre de ce midi du bureau de la commission des finances de l'Assemblée, avec les PDG des grandes banques françaises, pour évoquer la crise des marchés, les risques des établissements, et surtout la problématique gouvernance de la zone euro.

 

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 13:52

Lorsque le Gouvernement avait, dans la loi de finances de ces dernières années, annoncé sa volonté de supprimer l’AER, l’allocation équivalent retraite, j’avais fait partie des députés socialistes qui avaient mené le combat contre cette scandaleuse décision. Malheureusement, la bataille parlementaire de la gauche, minoritaire à l’Assemblée, n’avait pas pu contrecarrer les funestes desseins gouvernementaux, et le Gouvernement a définitivement supprimé cette allocation au 1er janvier 2011 !

C’est un drame humain, une mesure scandaleuse.

Pourquoi ? Rappelons que l’AER avait été instaurée pour les demandeurs d’emploi de moins de 60 ans ayant leurs trimestres de cotisation à l’assurance retraite, en leur garantissant un revenu minimum, leur permettant de faire la jonction entre la fin des allocations chômage et le début d’une pension de retraite.

Dès lors, la suppression de l’AER a laissé des milliers de chômeurs âgés avec au mieux l’allocation spécifique de solidarité (467 euros mensuels maximum) allouée aux chômeurs en fin de droits, jusqu’à l’âge officiel du départ en retraite. Or, depuis le 1er juillet 2011, cet âge s’accroît de 4 mois par an ! La disparition de l’AER va donc paupériser bon nombre de nos concitoyens, chômeurs âgés qui, justement, à leur âge, ont beaucoup de difficultés à retrouver un emploi (a fortiori dans une conjoncture économique très déprimée par la crise). Lorsque j’avais reçu en juin les demandeurs d’emploi du GADE, emmenés par le combatif Paul Destailleur, beaucoup m’avaient parlé de la dégradation de leurs ressources.

Voilà pourquoi, cet été (cf. article du 3 août 2011), j’avais à nouveau interpellé le Gouvernement sur ce sujet, par la voie d’une question écrite au ministre du travail et de l’emploi. Son ministère vient d’annoncer qu’  « un décret devrait être publié à l’automne. Les modalités doivent être définies dans les semaines qui viennent ». Cela semble indiquer que le Gouvernement s’apprête à revenir – enfin – au moins partiellement sur la suppression de l’AER.

D’ailleurs, l’an dernier, le premier ministre s’était engagé à mettre en place « un système équivalent, pérenne, pour les travailleurs les plus âgés »… mais depuis, plus de nouvelles !

Ça bouge enfin, tant mieux ! Mais vigilance car l’annonce d’un rétablissement « partiel » me fait redouter une mesure qui ne serait pas à la hauteur de l’enjeu social de nos villes.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 07:33

S'il est une manifestation sportive roubaisienne que depuis 1997 je ne raterai pour rien au monde, c'est bien celle-là : les 28 heures à la marche ! Pourquoi ? Parce que ces 28 heures de marche, sans arrêt, de 13 h le samedi à 17 h le dimanche, sont non seulement une part de l'histoire sportive de Roubaix, un élément de son patrimoine (notons qu'elles coïncident avec… les 28es journées du Patrimoine !), une référence sportive internationalement connue, mais aussi et surtout une performance exceptionnelle, où l'on voit femmes et hommes, de pays divers, aller jusqu'au bout de leurs forces et réaliser de véritables exploits ! Et au moment de la remise des récompenses en mairie, dimanche soir, c'est l'admiration la plus absolue qui m'étreint, devant ces corps épuisés, mais avec dans les yeux, pour tous, la flamme de la combativité sportive toujours bien animée.

Cette année, un changement majeur de parcours. Dire que voir l'épreuve quitter son berceau historique du quartier de l'Epeule vers le parc Barbieux m'a spontanément enchanté serait mentir. Mais vu le nombre de participants au départ et le public de l'arrivée, les organisateurs ne peuvent pas spontanément se dire qu'ils ont eu tort. Un débriefing, comme le dit René Vandierendonck à l 'arrivée, sera utile dans quelques jours.

28h-Rx-2011.JPG28h-Rx-2011_2.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

Pour l'heure, ce samedi, comme d'habitude, je suis à Croix pour le départ, place de la Liberté, où j'en profite pour saluer les principaux compétiteurs de mes amis du club des marcheurs roubaisiens, à commencer par Dominique Naumovitz (photos ci-dessus), et Daniel Grados, qui, malheureusement, vont abandonner dans la dure nuit qui viendra.

C'est qu'en effet, les conditions météo auront été exécrables cette nuit. A la température en chute se sont ajoutées de très fortes pluies et franchement, on se demande comment tous ces marcheurs ont fait pour tenir. Ils étaient 70 au départ, 57 à l'arrivée : rien ne leur aura été épargné. 28h-Rx-2011_5.JPG

C'est dire si les vainqueurs peuvent être fiers. Le premier homme sera le Hongrois Zoltan Czukor, qui aura marché 235,2 km, suivi du russe de Saint-Pétersbourg Dimitri Ossipov, habitué de l'épreuve, et du Français Gilles Letessier (Conflans - Sainte-Honorine).

Pour les femmes, particulièrement nombreuses, la première à l'arrivée est française, Dominique Alvernhe (Montpellier), avec 217 km, la seconde est roubaisienne (une fierté pour le CMR !), Nicoletta Mizera, suivie de la Russe, elle aussi fidèle de l'épreuve, Irina Poutintseva. 28h-Rx-2011_6.JPG

Que ce soit sur le podium, à leurs côtés, ou dans les salons de l'Hôtel de ville ce soir pour la –longue - remise des coupes et récompenses, c'est pour moi une vraie joie et une grande fierté de féliciter ces sportifs. Avec le changement de parcours et l'horrible météo, c'est bien une « édition exceptionnelle » que salue René Vandierendonck dans son propos, saluant, à juste titre, « avec tendresse et affection » le club des marcheurs roubaisiens pour l'organisation de l'épreuve et ses bénévoles pour son parfait encadrement. 28h-Rx-2011_7.JPG

Et si, légitimement, René remet à Czukor (photo) son trophée pour sa 1ère place, je congratule le second, Ossipov, et surtout, j'offre comme chaque année la médaille de l'Assemblée nationale : cette fois, le club m'a demandé d'honorer la première française, la gagnante, Dominique Alvernhe (photo), triple championne de France.

Superbe édition, superbes vainqueurs. A l'année prochaine…

 

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 08:54

VLille2-copie-1.jpgEn début d’après-midi, devant la communauté urbaine, une jeune actrice de théâtre, toute de rouge vêtue, se livre à un sketch talentueusement drôle sur le thème du vélo !

C’est que Martine Aubry, présidente de la communauté urbaine de Lille, lance officiellement le V’Lille, VLille3.jpgsystème communautaire de mise à disposition de vélos, soit en libre service (850 sont disponibles depuis ce matin dans 84 stations : il y en aura 2 000 en 2012), soit en location longue durée (350 le sont depuis mardi, ils seront 8 000 en 2014). Comme le rappelle Martine (aux côtés de qui je suis, avec d’autres vice-présidents, Yves Claude, directeur général d’Oxylane, Patrick Jeantet, président de Transpole), ce lancement de V’Lille, ce n’est pas que la possibilité, facilitée pour nombre d’habitants, d’accéder à un vélo de prêt à de bonnes conditions de location, ce sont aussi :

  • d’abord, une illustration concrète de la nouvelle délégation de service public qui lie la Communauté urbaine de Lille à son opérateur Keolis/Transpole. Parmi les ajouts que l’on doit à cette DSP figurent bien sûr de nouvelles lignes de bus, un renforcement de la Liane, un plan de 100 nouveaux bus et… la mise en place de vélos accessibles au plus grand nombre possible. Au demeurant, sur ce sujet, qu’on me permette de donner une comparaison financière : chaque année, la montée en puissance de cette DSP va coûter de + 10 à + 15 millions d’euros de plus, en dépenses d’exploitation au budget communautaire, soit bien plus que la redevance annuelle du… Grand Stade (voisine de 10 M€). Là est le plus lourd investissement financier de LMCU sur le mandat en cours !

  • ensuite, une traduction visible, avec cette offre libre service, de la place accrue recherchée pour le vélo dans la communauté, d’autant plus appréciable dans les grandes villes par nature plus congestionnées par la circulation automobile ;

  • enfin, une démonstration de la vie industrielle locale puisque ces vélos ont été construits par le groupe Oxylane (Décathlon) installé sur l’ex-site Altadis de Lille. Chacun de ces vélos est habillé par un carénage rouge… assorti à la signalétique de la communauté.

VLille.jpgDe fait, si cela arrive peut-être plus tard que dans d’autres métropoles (Paris, Lyon, Rennes, ou Bordeaux), cette mise en service ne pouvait se faire qu’après l’expiration de l’ancienne DSP, et que s’intégrer dans un paysage cohérent des transports alliant connexion et homogénéité des tarifs train-métro-bus à l’instar du schéma que LMCU a voulu donner aux transports de personnes sur le territoire communautaire.

C’est en 2012 que ces stations se déploieront sur Croix (2 stations, 27 vélos), Roubaix (34 stations, 281 vélos) et Wattrelos (4 stations, 26 vélos).

Ça va pédaler dans les années qui viennent !

Pourvu qu’il fasse beau...

 

 

Partager cet article
Repost0