Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 08:40

cari10-12.jpgEt cette fête est multiformes !

 

Ce midi, c'est en effet d'abord par le repas usuel Terroir en fête de mes amis, les patoisants roubaisiens, au resto du Colisée, que commencent les manifestations conviviales de l'après-midi. Au menu, une super carbonades-pommes de terre sautées (adorable lorsque, dans le banquet précédent, vous avez dégusté un flétan sauce beurre blanc…), mais surtout, comme à l'habitude avec l'équipe d'André, de Georges, et des sœurs Pirette, des carabistouilles et des garlouzettes qui égayent le repas, animé par ailleurs par Yvon !

01-22.jpg

De quoi mettre de bonne humeur, juste avant de goûter – c'est le cas de l'écrire - avec les Moussaillons et les Marmottes de la crèche du Centre de Wattrelos (pardon, on dit maintenant multi-accueil). Peu de pleurs (tout du moins jusqu'à l'arrivée du Père Noël), mais beaucoup de parents heureux de découvrir un peu de la vie quotidienne à la crèche de leur enfant, à travers le tout à fait remarquable diaporama projeté (et réalisé !) par l'équipe des puéricultrices.

0133

Noël se décline aussi à l'école Jean-Macé cet après-midi, où la chorale des enfants donne une impressionnante prestation. Impressionnante par le nombre d'enfants, et tous ces petits bonnets rouges (photo) frappent à l'œil, incontestablement. Impressionnante aussi par l'enthousiasme et la bonne humeur de tous ces jeunes enfants, notamment quand ils entonnent Père Noël frappe à la porte…

01-111

Et il faudra toute l'autorité - affectueuse, car avec elle, saurait-il en être autrement ? - de Myriam, la directrice de l'école, pour faire rentrer, à la file indienne, toute cette troupe de joyeux lutins dans les classes… 01222avant que ne s'ouvrent à leurs parents les portes de leur (vraiment très réussi !) marché de Noël. Belle ambiance assurément !

 

Il ne me reste plus qu'à rejoindre Anne-Marie Vin à la bibliothèque...

 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 15:00

blog-vfleuri1.jpget donc des couleurs à la vie : ce sont nos participant(e)s au concours municipal des jardins et balcons fleuris que je reçois ce soir à l'Hôtel de ville pour la remise des récompenses. Avec beaucoup d'humilité d'ailleurs, moi qui ai oublié de rentrer mes géraniums avant qu'il ne gèle !

 

J'ai donc encore quelques progrès à faire si je souhaite rivaliser avec les 64 jardiniers amateurs, dont bon nombre participent pour la première fois, répartis en 6 catégories (commerces compris). Ils ont su élégamment fleurir leur jardinet, jardin, façade ou balcon cette année ; le jury leur a rendu visite trois fois au cours de la belle saison pour juger le travail accompli. Wattrelos compte même deux habitants classés au concours départemental : Madame Deprestere (mention excellent) et Monsieur Vanmeenen (mention bien) ! blog-vfleuri2.jpg

 

Toutes et tous sont de vrais artistes, qui donnent des couleurs à notre bonne ville et dont j'aimerais que la bonne volonté soit contagieuse ! Quelquefois, quand on pénètre dans l'une de nos nombreuses rangées ou courées, on est saisi par le spectacle floral qui s'offre, et l'on se dit que notre environnement serait tellement plus agréable si chacun se fendait de sa jardinière, de sa suspension, si chacun démultipliait les efforts que fournit la Ville pour défendre cette troisième fleur obtenue pour la qualité de son fleurissement et de ses espaces verts il y a dix ans.

  blogvfleurie3.jpg

Chacun peut le constater, ce n'est pas le boulot qui manque : 1 360 hectares, c'est 40 de plus que Roubaix pour moitié moins d'habitants – c'est dire que les espaces disponibles laissent aussi malheureusement la possibilité aux pollueurs de pouvoir s'exprimer.

 

Il nous faut faire face tous les jours à ce défi et ce n'est pas facile ! D'autant que les interpellations – de bon sens, je le reconnais – de la population sont nombreuses et les réponses pas toujours faciles à apporter. Car quand il fait chaud, les pelouses poussent vite partout en même temps ; à l'automne, les feuilles tombent en nombre également dans tous les quartiers... On ne peut être partout, d'autant que parfois, les demandes concernent des propriétés privées sur lesquelles la Ville n'a pas le droit d'intervenir !

  blog-vfleuri4.jpg

C'est la raison pour laquelle j'ai voulu que l'un de mes adjoints soit délégué au suivi de nos parcs et jardins : Daniel Lefebvre. C'est aussi pour cela que j'ai regroupé dans une même direction technique, au sein de mes services municipaux, le nettoiement, la voirie et les espaces verts car l'ensemble participe d'une même cohérence pour pouvoir conforter le service rendu aux habitants au quotidien.

 

Alors merci à ces agents qui effectuent un boulot pas facile, ingrat, à recommencer sans cesse... et merci aussi (et bravo !) à tous les participants et aux lauréats de notre concours municipal des jardins et façades fleuries de nous aider dans notre souci constant de rendre le cadre de vie wattrelosien toujours plus agréable !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 14:51

blog-banquet2010-2.jpgblog-banquet2010-5.jpg

 

 

 






 

Aujourd’hui se tient le traditionnel banquet de la ville, comme on l’appelle encore à Wattrelos, consacré aux aînés de la commune, qu’ici nous appelons le Nouvel Age.

 

 

Comme je l’ai souhaité, le même repas est servi ce midi dans les quatre résidences de la ville, mais aussi à domicile pour les Wattrelosiens bénéficiant de ce service, et pour les convives de la salle Salengro. Ce sont donc 1 200 aînés qui, le même jour, presque à la même heure, dégustent le même repas de fête.

 

  

Prenant quelques instants la parole - malgré un coup de froid sur les cordes vocales, ce qui incite à la concision du propos - j’ai voulu évoquer trois points : couleur, services, solidarités.

  blog-banquet2010-1.jpg

  • La couleur parce que précisément j’ai le sentiment qu’en France, les personnes âgées n’ont pas vraiment connue une bonne année 2010. De quoi ont-elles parlé dans les clubs de notre ville ? D’une certaine mise à l’index des retraités (comme si on pouvait essayer de faire croire qu’ils ne sont qu’un coût pour la nation !) lors du débat sur les retraites. De portefeuilles qui ne se remplissent pas (mutuelles plus coûteuses, médicaments plus chers). Des difficultés croissantes des enfants face au chômage ou à la crise, qui blessent leur cœur de père ou de mère. Des inquiétudes et des incertitudes sur l’annonce de la réforme de l’APA et de la dépendance en 2011. Alors oui, une journée comme aujourd’hui, c’est d’abord remettre un peu de couleurs au quotidien de nos aînés !

     

  • Des services, ce sont ceux qu’avec la Municipalité, nous nous efforçons de faire vivre pour donner « de la vie aux années pour nos aînés ». Je fais référence à cette très belle phrase de Jacques Salomé : « Vieillir ensemble, ce n’est pas ajouter des années à la vie, mais ajouter de la vie aux années ».

     

    Et du point de vue des services, même si l’argent est plus rare (on le voit dans bien des communes, y compris alentour !), notre ville continue d’investir, de se moderniser, de s’équiper, de changer. S’agissant des aînés, si 2010 aura été l’année de la construction de la résidence de La Roselière à Beaulieu, 2011 sera celle de la reconstruction programmée du pavillon Saphir de la maison de retraite.

     

    En matière de services, quelques chiffres parlent mieux que tout discours. En 2010, les 550 bénéficiaires de l’aide municipale à domicile auront bénéficié de 80 000 heures (contre 65 000 en 2009 !) et 120 000 repas auront été servis au Nouvel Age (contre 116 000 en 2009). Et nos clubs sont toujours là, vaillants et pleins d’initiatives.

     

  • Les solidarités, enfin, mon troisième mot car ce banquet est un beau moment de solidarité intergénérationnelle : la contribution des convives (7 750 euros) est intégralement affectée à l’achat de jouets et de cadeaux à destination des enfants des familles en difficulté, suivies par le Centre communal d’action sociale. Ce midi, chacun des aînés présent au banquet est en quelque sorte un Père ou une Mère Noël pour chacun de ces enfants. L’émotion de toute l’équipe du CCAS quand elle procède à cette remise est toujours très forte : il y a de quoi, croyez-moi, assurément.

  blog-banquet3.jpg

Et bonheur des bonheurs, à la fin de mon propos, j’ai le grand plaisir de remettre respectivement une boîte de chocolats et un bouquet de fleurs, au plus âgé et à la plus âgée de cette belle tablée. On en rit, car ce sont les mêmes depuis plusieurs années : Emile, du club Laboureur-Sartel (92 ans), et surtout Georgette (qui a eu … 100 ans en juin dernier !) du club de l’Amitié !

 

Après tout cela, il ne reste plus qu’à guincher pour profiter d’un après-midi hors du temps et des difficultés. Pour moi, dès la sortie, direction la mairie de Roubaix pour un salut républicain au commissaire Torrano qui quitte la circonscription de police, puis un saut dans le TGV car cette nuit, je suis dans l’hémicycle où l’on débat du projet de loi de finances rectificative pour 2010. Et j’y défends des amendements.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 12:00

Malgré l’heure (matinale) du retour et une météo glaciale, lever tôt car c’est l’assemblée générale de la section pêche de l’amicale du personnel du centre hospitalier de Roubaix, présidée par le dynamique Michel. Un bien bon moment que cette A.G. car elle est, reconnaissons-le, haute en couleurs. L’humour a sa place devant cette salle Jean-Jaurès bondée où l’on taquine, par le verbe, la carpe et le gardon ! Photo-1-du-5-dec.jpg

 

Dès le début de l’après-midi, en route pour le gymnase Jean-Zay, les petits gymnastes de Christine ont déjà droit, eux, avec un peu d’avance, au passage du Père Noël. Je n’ai pas eu le temps de voir s’il avait bien stationné son traîneau et ses rennes mais il prend son temps, le bonhomme ! A l’appel de leur prénom, chacun peut ainsi se faire prendre en photo à côté du Père Noël… avant d’avoir son paquet de confiseries ! Tout cela dans une super ambiance, comme toujours !

  

Son compère, Saint-Nicolas, est, lui, en spectacle au théâtre équestre où, avec l’appui de ses complicesPhoto-3-du-5-dec.jpg Christine et Diego, il est venu raconter sa légende grâce à de superbes tableaux où poneys puis chevaux (selon les âges de Saint-Nicolas !) rivalisent de démonstrations sous la direction d’écuyères remarquables d’adresse et d’agilité ! Le public des gradins, tous remplis, est ébahi et vraiment, c’est plus que super !

  

Et quand Saint-Nicolas paraît, âgé et sage (après avoir délivré les trois petites filles du saloir du méchant boucher), plus d’une centaine d’enfants se précipitent vers lui pour le toucher, le photographier : quel succès il a ! Touché par tant d’attentions, il offre généreusement une petite coquille à chacun.  Photo-2-du-5-dec.jpg

  

Une bien belle initiative de l’équipe sympathique, imaginative et passionnée du théâtre équestre ! A renouveler…

 

 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 16:00

On le sait, sur le calendrier, notre Saint-Nicolas de début décembre est, pour les enfants, l'annonce de l'arrivée de son grand oncle plus porteur encore de cadeaux et d'espérance : le Père Noël.

Alors pour moi, après mes permanences parlementaires à Roubaix, une réunion avec mes collaborateurs et l'accueil du nouveau directeur du conservatoire, pas question de déroger à la rencontre de l'un et de l'autre, qui se succèdent un peu partout dans Wattrelos ce week-end.

 

Photo-1-du-4-dec.jpgD'abord au comité des fêtes du Touquet, où Saint-Nicolas et son âne accueillent les petits enfants du quartier (ouf, le Ppère Fouettard n'est pas là !) en leur donnant quelques bonbons et en se laissant prendre en photo ! Une bien jolie entrée en matière avant d'entrer dans une bien jolie salle aussi, superbement décorée, où flotte une douce odeur de crêpes (au chocolat, quel bonheur !) et de chocolat chaud ! Tout cela est à l'initiative de l'entreprenant comité, présidé par Laurence, et il n'y a pas à dire, ça fonctionne ! Tout y est : à manger, à boire, un petit cadeau en partant, mais avant, un spectacle enthousiasmant de Pat le clown qui ravit (et ce n'est rien de le dire !) tant de petits bras qui se tendent ! Tous repartiront avec un ballon, devenu le temps d'une habile manipulation, une fleur, ou un animal, cygne, pieuvre, chien (pratique, celui-là, il ne faut pas le sortir...) !

  Photo-3-du-4-dec.jpg

Et si le Père Noël, lui, est au gymnase Jean-Zay, avec les petits gymnates de Christine, je ne sais pas comment il a fait pour voyager aussi vite, mais Saint-Nicolas est déjà annoncé au comité des Photo-2-du-4-dec.jpgfêtes de la Vieille Place d'André. Là, les enfants du quartier assistent, dans la bourloire et participent même à un spectacle de magicien où leurs exclamations (des "oh !", des "ah !" émerveillés) n'ont d'égales que la mienne lorsque je découvre la longue table très, très bien garnie de jouets et cadeaux que chacun de ces enfants aura avant de repartir. 

   

Puis à 17 h, direction le centre socio-éducatif pour un moment que j'adore, un vrai bel instant de solidarité et de générosité, qui plus est inventé et orchestré (c'est le cas de l'écrire !) par des enfants : le concert de Noël organisé par le conseil municipal junior au profit des Restos du Coeur. blogCME1.jpgCela fait quelques années déjà que l'initiative existe ; elle se déroulait jusqu'à présent au conservatoire (école de musique). Mais il fallait bien se rendre à l'évidence : le lieu était devenu trop petit pour l'élan de générosité qu'il accueillait ! Désormais, dans la grande salle du CSE , dès l'entrée, une grande table a été dressée pour recevoir tous les jouets apportés par les auditeurs. C'est le principe de la manifestation : pas de tarif d'entrée, sinon (au moins) un jouet neuf – ces jouets seront remis dès la fin du concert aux responsables des Restos du Coeur de Wattrelos ; ainsi, les enfants des bénéficiaires auront droit, eux aussi, à leur paquet cadeau. Que serait la magie de Noël sans cela ?

Je me réjouis en voyant que, de nouveau, cette table est très, très bien fournie. En ce qui me concerne, je suis venu avec un grand sachet contenant sept jouets ; ils trouvent leur place au milieu de nombreux autres avant que ne débute le concert proprement dit. Il est présenté par Jean-Michel Legrand, le nouveau directeur de notre conservatoire (en provenance de Carpentras). cme-blog-db.jpg

Et la magie de ce concert est à nulle autre pareille. Pas tant, bien sûr, par les morceaux exécutés que par la tendresse, l'émotion que suscitent ces jeunes, parfois très jeunes (certains ne jouent de leur instrument que depuis quelques semaines... pour nous faire un Au clair de la lune... qui nous ramène tellement loin dans notre enfance !), dont on sent, dont on voit qu'ils y mettent tout leur coeur ! Les professeurs sont là, qui veillent, les conseillent, mais ces presque deux heures et demie de spectacle, on ne les voit pas passer. Que du bonheur ! Un bonheur décuplé, lorsqu'à la fin, les jeunes conseillers juniors m'entourent pour offrir les cadeaux aux responsables des Restos.

 

Après, en route pour aller saluer la formidable équipe qui, avec Dany et Claude notamment, a démultiplié les initiatives pour faire vivre la belle aventure du Téléthon à Wattrelos. J'arrive tout juste pour la dégustation (finale) du rhum (au gingembre : quel souvenir !). Il ne me reste plus qu'à partir au banquet de Saint-Eloi du syndicat des agriculteurs de Wattrelos (d'où l'on rentre chez soi vers... une heure du matin).

 

 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 13:46

Portugal-1-copie-1.jpgSi hier matin, vendredi, j’eus à la commission des finances de la Communauté urbaine de Lille à présenter les principales délibérations du prochain conseil communautaire (budget 2011 ; décisions modificatives, évolution de la dotation de solidarité communautaire et perspectives des fonds de péréquation, point sur la dette et les contentieux,…), immédiatement après je me mis en route pour Roissy, avant de rejoindre au Portugal notre ville jumelée, Guarda (via Lisbonne), pour les cérémonies ce jour du 811e aniversário da Cidade da Guarda (fêtes annuelles de l’anniversaire de la ville).

 

Le Portugal, en ce moment, souffre durement de la crise. Sa dette souveraine est sévèrement attaquée sur les marchés, et le Gouvernement a connu mercredi 24 sa première greva geral sur fond d’unité syndicale reconstituée. La population souffre et les collectivités locales subissent aussi de sévères restrictions. Guarda, ainsi me dit son maire, a subi une baisse d’1,3 million d’euros en 2010 de ses dotations en provenance de l’Etat, vient de fermer 6 écoles, supprime toutes les illuminations (78 000 €) et les animations de fin d’année, et va réduire dramatiquement son programme d’investissements.

 

Alors, c’est dire combien est appréciée ma présence ce jour, que je veux comme un geste d’amitié envers les élus, et la population de Guarda, compte tenu notamment de la qualité des liens que Wattrelos et Guarda entretiennent. Portugal-7.jpg

  

La matinée commence, dès 9 heures, par un lever de drapeaux devant l’Hôtel de ville, au son de la musique municipale (photo), et en présence de Santinho Pacheco, Governador civil (préfet), et des bombeiros (pompiers) de la ville. Quatre drapeaux sont hissés (Wattrelos, Europe, Guarda, Portugal), au son de l’hymne national portugais. Petit clin d’œil, c’est celui de Wattrelos qui arrive le premier en haut de sa hampe…

   Portugal-2.jpg

Puis, en bus, avec le maire, mon ami Vitor Joaquim Valente (presidente da câmara municipal), et les adjoints (Virgilio Bento, Vitor Santos…), nPortugal-3.jpgous rejoignons le village de Porto da Carne (village natal de Joaquim, partie intégrante de la municipalité de Guarda qui comporte ainsi 135 entités !). Accueillis par un groupe musical local et bon nombre de familles et d’enfants, nous assistons à une démonstration de dressage de chiens par la brigade canine de Guarda, juste avant de franchir le porche du tout neuf Centro escolar do Vale do Mondego, centre scolaire qui, au cœur de cette vallée du Mondego, scolarise depuis Portugal-4-copie-1.jpgla rentrée élémentaires et maternelles. Pour cette inauguration, en plus des officiels qui l’accompagnent (préfet, directrice de l’éducation, nombreux maires des villages - presidente da junte), Joaquim a à ses côtés, l’auteur réputé Eduardo Lourenço.

   Portugal-5-copie-2.jpg

Après la bénédiction de l’école par le prêtre et qu’a été dévoilée par deux enfants et Joaquim la plaque commémorative, ce furent des démonstrations musicales, et des chansons, fort gaies, des enfants, et l’heure des discours… juste avant de visiter ces locaux clairs et modernes (coût de l’école : 1,5 million €, dont 80 % financés par l’Etat portugais et la communauté européenne). Portugal-6.jpg

  

Et tout cela de se conclure, à la portugaise, dans une convivialité qui confine au brouhaha, où officiels et parents dégustent debout une assiette de soupe dans la cantine de l’école pendant que les enfants eux-mêmes mangent leur repas (le même). Le temps de féliciter mon homologue, et de récupérer mes affaires, et voilà le trajet vers Lisbonne qui reprend. Je serai à Wattrelos cette nuit.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 13:37

blogstcecile2.jpgA Wattrelos, c’est certain, Sainte-Cécile, c’est une institution, et elle est toujours magnifiquement fêtée par notre Union musicale de Wattrelos ! Des centaines de mélomanes, de tous âges, avaient ainsi pris place salle Salengro, pour écouter la magnifique prestation de l’Union musicale, présidée par Laurence Ocmant, et menée ce matin – à la baguette - par son jeune chef (et directeur artistique !), Gwenaël Catteloin. Les professeurs du conservatoire à rayonnement communal (notre école de musique) sont nombreux ce matin au pupitre et concourent, par leur engagement, à la qualité de l’exécution des prestations.

 

Alors ce matin, Gwenaël, avec ses complices (car à l’Union musicale, tout est dans la convivialité), nous a concocté un programme parmi ceux qui pouvaient me faire le plus plaisir (même s’il l’ignorait !) : dans les deux parties du spectacle, il nous fait revisiter la musique russe et ses grands compositeurs. Ceux-ci sont trop peu connus en eux-mêmes, mais leur créativité fut extraordinaire ! A y bien écouter, dans leurs mélodies, on retrouve bien des thèmes de spots publicitaires ou des refrains de variétés…

  img0796.jpg

Car la Russie, ce ne sont pas que Pierre le Grand, Raspoutine ou Lénine. Et même s’il fait froid ce matin, ce n’est pas que le frimas sibérien. Ce sont aussi et surtout l’âme russe, le charme slave. En cette matinée d’un automne hivernal, ce charme opère…

 

Si, après une première promenade, Moussorgsky nous fait franchir la grande porte de Kiev, c’est juste avant que ne s’illustrent des compositions de Rimsky-Korsakov et Borodine.

 

Dans la deuxième partie, on voit valser des Fleurs par Tchaikowsky (extrait de Casse-Noisette) dans une superbe interprétation de harpe, avant que de l’Oiseau de Feu, ne s’engage une Ronde des Princesses toute en finesse romantique. Après Rachmaninov, du romantisme il y en aura encore, avec un extrait de Roméo et Juliette de Prokofiev, et une valse de Chostakovitch, si entraînante que l’envie a du tourmenter plus d’un auditeur de ce concert de se mettre à valser devant la scène…

 

Et si, au gré d’une mélodie nous avons pu fredonner Etranger au paradis, chanson bien connue, au terme de ce festival, c’est clair, le paradis ne nous est plus étranger !

 

Merci à tous les musiciens, à leur chef, et à tous les professeurs du conservatoire qui, en ces temps de crise, s’interrogent eux aussi sur leur avenir (dans bien des villes, des disciplines enseignées ont été réduites, quand l’école n’a pas été purement fermée), et à qui je le dis très clairement : il n’y a pas en France un maire qui soit plus attaché à son école de musique que je ne le suis !

 

Et ce qu’avec nombre d’élus j’ai entendu ce matin me conforte ô combien. Merci, amis musiciens. Vous faites honneur à notre ville.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 09:23

blog-newhabitants1.jpg... et ils ont bien raison ! Moi-même, je fais le pari et je forme le voeu qu'ils s'y sentiront bien, ces nouveaux habitants de Wattrelos que je reçois ce soir dans la salle du conseil municipal de l'Hôtel de ville.

 

Une réception qui existe depuis 2006 et que j'ai voulue car notre ville, où la convivialité et la solidarité sont des vertus quasi-républicaines, ne pouvait se passer d'une telle manifestation (pilotée par l'Office de tourisme) destinée à présenter la ville, son histoire, son avenir, ses services publics et ses fêtes via un diaporama, mais aussi ses élus dans un pot de bienvenue qui se veut le plus détendu possible.

  blog-newhabitants2.jpg

Pour ma part, j'adresse à mes hôtes quelques mots d'introduction en ayant une pensée appuyée pour Edith Marchal, présidente de l'Office de tourisme actuellement hospitalisée et représentée par son vice-président Jean Destaerke.

 

Wattrelos, on y arrive par le hasard d'une mutation professionnelle ou d'une opportunité immobilière mais quoi qu'il arrive, on n'y reste pas par hasard. Parfois, c'est l'un des conjoints qui en est originaire et qui souhaite repositionner toute la famille dans sa bonne ville d'origine. Tant mieux ! Car cet attachement à un territoire est rare ; beaucoup nous l'envient du reste.

 

Je retrace rapidement le passé rural, puis industriel (chimie, textile) de notre commune, l'émergence rapide de nouveaux quartiers après-guerre... et donc la nécessité d'adapter l'offre de services publics qui est, en quelque sorte, notre marque de fabrique, notre manière de vivre ensemble.

 

J'explique aussi le travail de la Municipalité dans le domaine économique (ouverture des parcs d'entreprises, reconversion des friches industrielles), dans le domaine de la réhabilitation de l'habitat vieillissant et de la transformation de quartiers comme le Crétinier ou la Mousserie hier, Beaulieu aujourd'hui, et j'insiste bien sûr sur les nombreuses activités sportives, culturelles, de loisirs, sur la qualité des bâtiments scolaires ou celle des résidences pour personnes âgées que l'on trouve à Wattrelos, sans oublier ses crèches, son hôpital, son immense parc urbain, véritable joyau en centre-ville.

 

Bref, tout en voulant clairement rompre avec toute fatalité de déclin, Wattrelos tient à continuer à offrir de bonnes conditions de vie à ses habitants et de travail à ses enfants.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 16:46

img0474.JPGCet après-midi, j'inaugure en compagnie de mon collègue, maire de Roncq, Vincent Ledoux, vice-président de LMCU chargé des relations internationales, mais aussi de nombre de mes élus, la version wattrelosienne de la journée de la solidarité internationale, précisément initiée par LMCU.

 

Au CSE, les bénévoles tiennent les stands de toutes ces associations wattrelosiennes dont le point commun est d'être humanitaires au sens propre du terme, c'est-à-dire destinées à échanger et / ou aider les hommes de différents pays dans le monde. Pour le coup, quasiment tous les continents sont représentés, de l'extrême-orient (Laos) à l'Afrique (Sénégal, Mali, Algérie) en passant par l'Amérique du Sud (Nicaragua) et bien sûr l'Europe avec nos villes jumelées d'Allemagne, du Portugal, de Hongrie et de Pologne.

 img0513.JPG

Deux jours après la commémoration du 11 novembre, où nous nous sommes rappelé d'effroyables moments de l'histoire de l'Humanité, cette journée de la solidarité est à mes yeux symbolique car elle représente l'autre côté du miroir, ce qu'il faut construire pour éradiquer le risque même de guerre : des solidarités ! Réduire les fractures, les injustices, les inégalités entre régions, entre ethnies, c'est le combat existentiel de la solidarité !

 

Voilà précisément pourquoi la solidarité reste une idée moderne, adaptée au monde dans lequel on vit. Elle ne se décrète pas mais elle se construit, elle se fabrique. Aussi ai-je spontanément accepté l'idée que Wattrelos puisse participer à la semaine de la solidarité internationale proposée par LMCU. L'objectif de cet après-midi de présentation et d'animations (cf. les magnifiques danses du ballet berbère auxquelles nous avons assisté) est donc de porter témoignage des actions de solidarité qui ont cours toute l'année grâce à des Wattrelosiennes et des Wattrelosiens. Ils sont les maillons d'une gigantesque chaîne dont le but est de tendre la main, d'aider des peuples frères en proie à des difficultés d'ordre divers (l'association Kossuth est venue en aide, par exemple, une association hongroise pour handicapés ). En résumé : de faire vivre la solidarité avec des personnes de conditions de vie différentes.

 img0536.JPG

Cela, nous le faisons avec nos moyens, nos atouts, nos qualités de coeur qui permettent de mettre en oeuvre des actions et fédérer des énergies. De mon côté, je fais tout ce qui est possible pour faciliter la vie des associations (jusqu'à appeler l'ambassadeur de France au Nicaragua pour régler un problème de visas auquel a été confrontée l'association Touscan !) ; du côté des services de la Ville, on déploie aussi des trésors d'imagination et de persuasion pour débloquer des situations compliquées. C'est vrai : les relations internationales, comme l'emploi, le logement, l'économie ne sont pas des compétences municipales à proprement parler. Mais à Wattrelos, on sait aller au-delà de nos strictes prérogatives administratives. La Ville se veut un accompagnateur, un moteur, un catalyseur. Et en matière de solidarités, veut s'inscrire dans l'élan que compte donner la Communauté urbaine à la promotion de ses relations internationales.

 

Je le dis en clin d'oeil à Vincent Ledoux : les élus du conseil municipal junior qui sont présents lors de cet après-midi de la solidarité (et dont la vente de ballons, sur place, aura permis de recueillir 294 euros au profit de l'association pour le rayonnement de l'école publique : bravo à eux !) sauront certainement se souvenir de mes paroles et continuer, dans les années à venir, de porter l'idée que l'on se fait, ici à Wattrelos, de la solidarité !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 13:42

11nov2010.jpgCe matin du 11 novembre est, du point de vue météo, particulièrement exécrable. Un froid glacial, porté par le vent, et une pluie intense. Jamais, de mémoire de maire, nous n’avons connu un temps comparable pour les cérémonies du 11 novembre ! Cela ne doit pas empêcher de se recueillir et de se souvenir dans une présence que je veux « profondément et solennellement respectueuse ».

 

C’est ce qu’avec nombre d’élus et représentants des sociétés patriotiques, je fais au cimetière du Crétinier, en déposant une gerbe et en passant en revue les tombes.

  11nov2010-2.jpg

Au cimetière du Centre, la cérémonie est plus longue, puisqu’après mon discours, j’aurais aussi à procéder à des remises de distinctions. Malheureusement, il faut se rendre à l’évidence : comme me le préconise Ferdinand Claies, président de la Fraternelle, mieux vaut renoncer à prononcer mon discours et aux décorations car il est impensable de maintenir vingt minutes de plus, dans le vent glacial et dans la pluie, les enfants des écoles Curie et Lacordaire qui nous ont si bien interprété La Marseillaise ; juste avant que l’Union musicale ne joue également notre hymne national et l’hymne européen.

 

Je suis très attaché à cette cérémonie, et très sensible aussi à la présence des enfants.

 

La guerre de 14-18 fut en effet « une tragédie de l’histoire de l’humanité, une balafre dans la mémoire collective, un drame sans commune mesure avec ce que les hommes et les femmes, depuis que le monde est monde, avaient pu vivre jusque là », comme je le dis dans mon propos, tenu donc salle Salengro en début d’après-midi.

 

Après chaque dépôt de gerbes ou devant chaque tombe que nous saluons, je suis toujours secoué par une émotion poignante en fixant les lettres dans la pierre des noms de tous ceux qui, français ou anglais, souvent très jeunes, sont tombés dans les conflits de 14-18 mais aussi de 39-45. « Chacun de ces noms résonne comme un message d’appel à la paix, à la solidarité, à la fraternité entre les peuples, à l’espoir ! ».

 

Les inégalités, les fractures territoriales, économiques et sociales, sont au cœur, au vu du jugement de l’histoire, des causes déterminantes des conflits et des guerres. Les dénoncer, les combattre, les éradiquer, c’est objectivement œuvrer pour la paix, celle que nous devons à ces enfants qui sont là ce matin, et à tous les enfants de la planète.

 

« Tout ce qui peut faire tendre vers le progrès, l’amélioration des conditions de vie partout dans le monde sera une pierre supplémentaire, mais décisive, pour générer la paix, là où elle n’existe pas et consolider la paix là où, heureusement, elle existe ».

 

La guerre, c’était hier. La paix, espérons-là pour aujourd’hui et pour demain de toutes nos forces. Mais pour cela, sachons nous souvenir ensemble, « souvenons-nous du sacrifice de tous les soldats tombés durant la première guerre mondiale, de tous ceux qui, tout au long des conflits, quelle que soit leur région, leur couleur, leur religion, leur origine, ont donné leur vie pour que nous puissions, ici et maintenant, vivre la nôtre ».

 

Pour lire mon intervention, 11 nov 2010cliquez ici.

 

 

 

Partager cet article
Repost0