Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 15:29

img05718-.jpgLa période estivale est traditionnellement l'occasion de faire le point sur certains dossiers en cours (entretien de nos bâtiments communaux, logement, voirie et assainissement, urbanisme, cadre de vie et sécurité, et développement économique) avec la presse, et donc de faire un point d'information vis-à-vis des Wattrelosiens. L’été est au demeurant propice aux travaux (dans les écoles et nos locaux associatifs notamment).


Un éclairage particulier, cette année, dans nos visites de chantiers et le tour d'horizon des projets, sur la problématique du logement. En effet, Beaulieu se termine, la requalification du cœur du Crétinier s’engage, et nous préparons celle du secteur Villas / Couteaux / Tilleul.


Alors j’ai fait les comptes : de 2001 à 2011, près de 1 000 logements (937 exactement) ont été construits à Wattrelos par les bailleurs sociaux et les promoteurs privés dans de nombreux quartiers !


C’est à Beaulieu bien sûr (293 logements), mais aussi en centre-ville (148) et au Crétinier (150) que les constructions ont été les plus nombreuses. Suivent les quartiers du Saint-Liévin (109), du Beck (108), du Sapin Vert (28), de la Vieille Place (25), de la Houzarde (28), de la Martinoire (28) et de la Mousserie (20).


img05791-.jpg

Dans le même temps, 406 logements ont été démolis (à Beaulieu, dont 156 pour la seule barre Coty), soit un solde positif de 531 logements neufs supplémentaires auxquels il faudra bientôt ajouter les 242 logements des programmes en cours ou à venir à Beaulieu (immeubles Emile-Duhamel, La Canebière, Le clos de l’esplanade, Le hameau des roses, îlot G, sans oublier Côté campagne sur le site Griltex), au Touquet Saint-Gérard (lotissement La Sapinière), au Crétinier (lotissement La Lainière) et au Laboureur (Hoste-Couteau).


Ajoutons, pour ne pas évoquer les seules constructions neuves, qu’à Beaulieu 1 079 appartements auront été réhabilités (immeubles Blum-Bourdaloue, Doumer-Van der Meersch, Petit Coubertin, Grand Coubertin, Auriol, Briand, Turgot 1 et 2 et Colbert).


Bien entendu, ce mouvement de fond consistant à améliorer l’offre de logements dans la commune se poursuit,img05796-.jpg car les demandes en attente sont encore très nombreuses : Wattrelos est redevenue attractive et regagne tous les ans des habitants. Les demandes émanent de nos jeunes, de familles qui s’agrandissent ou de couples qui malheureusement se séparent, ou de personnes âgées souhaitant un logement plus adapté. Mais aussi, nombreuses sont les demandes en provenance des villes alentour, notamment - mais pas seulement - de ménages qui, un jour ont du ou voulu quitter Wattrelos, et qui veulent y revenir.


Par delà les projets en cours ou envisagés, d’autres projets devraient voir le jour ces toutes prochaines années : ils permettront la création encore d'un peu plus de 1 000 nouveaux logements, notamment grâce à la requalification du centre-ville (pour laquelle une phase de diagnostic est en cours), sur le site du "parc habité" de l'Union, ou au Mont à Leux.


Pistes de réflexion pour la partie logement du centre-Ville : des logements collectifs à l'emplacement d'anciens ateliers de la filature Saint-Liévin pour la partie non consacrée à de l'activité économique, ainsi que des logements collectifs en R+4 à Socowa (en accession à la propriété), soit entre 600 et 700 logements supplémentaires. Côté Union, selon les hypothèses de densité du site wattrelosien retenu, on sera entre 250 et 350 logements.


A terme un peu plus lointain, les travaux prospectifs en cours sur les sites de la Lainière et du Peignage Amédée dessinent également des projets de logements entre 300 et 500 logements.


Bref, il n’est pas faux d’affirmer que depuis dix ans, la Municipalité aura su prendre, en matière de politique de logement, les bonnes décisions : cela a interrompu, et il était temps, la chute de la population wattrelosienne, et ce que celle-ci impliquait parallélement, à savoir la dégradation des services publics (quel plaisir d'être dans une ville où, dans les écoles on ferme moins de classes qu'ailleurs et où même on parvient à ouvrir des classes publiques supplémentaires : + 4 à la rentrée 2011, + 2 à la rentrée 2012 !) ! Cette nouvelle politique du logement a aussi permis à des jeunes ménages d'éviter de quitter notre ville pour fonder leur foyer et c'est tant mieux !


De fait, si la crise du logement que connaît la France depuis de nombreuses années maintenant n'ignore évidemment pas Wattrelos, force est de reconnaître que celle-ci, grâce à l'amélioration de l'offre (en quantité, en qualité mais en diversité aussi), aura pu ici être contenue dans ses effets. Tout du moins pour le volume car s'agissant des prix, et notamment du rythme d'évolution des loyers, ceux-ci mériteraient, ici comme ailleurs, d'être mieux adaptés aux capacités contributives des locataires. Mais là, la thématique est nationale.

 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 16:22

Parmi les traditions wattrelosiennes – une institution même – les centres de loisirs sans hébergement (les centres aérés, quoi) sont une valeur sûre. Chaque été, c’est le succès.


Cet été 2012 connaît un surcroît d’affluence de quelques dizaines d’enfants (1 150 d’entre eux sont accueillis tous les jours dans les 9 centres ouverts dans tous les quartiers, mais comme ce ne sont pas forcément les mêmes enfants d’une semaine sur l’autre, on peut aisément doubler le chiffre de la population concernée). Ce qui est à la fois un signe ambivalent : favorable si l’offre de service public correspond à la demande ; défavorable si les départs en vacances en famille sont peut-être moins nombreux.


Ces centres aérés sont en tout cas la réaffirmation d’une dimension collective certaine dans tous les projets pédagogiques présentés : à l’heure où nos enfants sont de plus en plus concernés par les loisirs individualisés (les fameux écrans : de télé, d’ordinateur, de jeux vidéo portatifs…), les centres aérés leur permettent au moins une fois par an de pratiquer tous ensemble des jeux, des sports et différentes formes d’expressions à partager.

Pour la Municipalité, les centres aérés représentent aussi un très gros travail de préparation (inscriptions, logistique, budget, réservations, recrutements des directeurs et directrices, et des animateurs et animatrices…) qui s’étale sur plusieurs mois. Je mobilise toute une sympathique équipe placée sous l’autorité de mon adjoint Georges Prpic, et sous la direction de Christine Bultot.


Aujourd’hui, c’est le dernier jour de la session de juillet. J’en profite pour rendre visite ce matin, comme tous les ans en compagnie de quelques élus, à certains de ces centres, en faisant également un crochet par nos mini-stages, dispositif alternatif qui permettent aux enfants de pratiquer une activité spécifique (le choix est très large et là encore, le succès est au rendez-vous).


 Visite-centres-aeres-2012.jpg Visite-centres-aeres-2012_14.jpg

Visite-centres-aeres-2012_2.jpg

 

Début par les petits du centre maternel Buisson, surpris en pleine répétition d’une chanson qu’ils chanteront certainement dans quelques instants dans le car qui les emmène au zoo de Lille, tandis que quelques camarades pratiquent une sorte de hockey dans la cour de récré, ou que d’autres se livrent à une activité coloriage bienvenue par cette chaleur lourde.


Visite-centres-aeres-2012_3.jpg

Visite-centres-aeres-2012_13.jpg

 

Nous filons ensuite vers le CSE où un diaporama rappelant le projet pédagogique du centre Lavoisier (Le tour du monde en 80 danses) est projeté aux enfants (déguisés : y'a même des indiennes !) et à leurs parents. Dans une salle à côté, un mini-stage d’arts plastiques se déroule très calmement. Beaucoup moins calmement, Isabelle Gillon (rebaptisée Smartie’s par ses élèves en raison de ses tenues colorées) anime avec une énergie communicative un mini-stage de zumba quelques pièces plus loin. Manifestement, les enfants s’éclatent et ça fait plaisir à voir !

 

Visite-centres-aeres-2012_4.jpgVisite-centres-aeres-2012_5.jpg

 

Du côté du centre Voltaire, embarquement pour un grand jeu mêlant sportifs olympiques et pirates dans la cour ensoleillée, tandis qu’à l’intérieur, d’autres jeux d’adresse sont organisés. Nous avons le temps de rendre une visite surprise au centre Anatole-France où les enfants cherchent avec empressement un singe caché dans la cour (!), tandis que les petits de maternelle réinventent le jeu du mouchoir-perdu-dans-la-rue-de-la-gare avec une casquette en guise de mouchoir...


Visite-centres-aeres-2012_6.jpgVisite-centres-aeres-2012_7.jpg

Visite-centres-aeres-2012_8.jpgVisite-centres-aeres-2012_11.jpg

 

Et voilà déjà midi qui sonne et le chemin du réfectoire se profile : nous nous rendons à celui de Camus qui ressemble à un avant-carnaval avec tous les animateurs et les enfants merveilleusement déguisés, tout occupés à prendre des forces avant le spectacle de clôture de l’après-midi.


Visite-centres-aeres-2012_9.jpgVisite-centres-aeres-2012_10.jpg

 

Clap de fin sur trois semaines pas aussi ensoleillées que souhaitées en juillet (heureusement que celle-ci l’a été !) ; place à présent aux trois semaines de la session d’août durant lesquelles, j’en suis sûr, nos enfants continueront de s’amuser tout autant !

 

Bonne fin d’été à eux !

 

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 10:31

En matière de téléphonie mobile, des réalités ne peuvent être oubliées.


La première est que le marché continue d’être en développement : 9,3 millions de clients supplémentaires de services mobiles entre juin 2009 et décembre 2011, progression du nombre de SMS par trimestre qui passe de 11,7 Mds au 4e trimestre 2008 à 41,7 Mds au 4e trimestre 2011 ! Le plan des pouvoirs publics vise à généraliser l’accès à l’internet haut débit mobile pour tous, à développer le très haut débit mobile et à développer usages et services. Et pour cela, le nombre de stations de radiotéléphonie s’accroît : 295 en 2001 sur le territoire LMCU ; 712 en 2011 !


La seconde réalité, c’est que Wattrelos n’échappe évidemment pas à ce mouvement d’ensemble. Ici, il y a des clients qui ont des besoins et donc des opérateurs veulent y accroître leur implantation pour améliorer leur offre.


Enfin, la troisième réalité est juridique, et double. D’une part, la jurisprudence du conseil d’Etat, et donc des tribunaux administratifs, établit une primauté claire, au-dessus de toute autre considération (et notamment de santé publique) pour la prescription d’intérêt général de couverture du territoire par les opérateurs. D’autre part, les décisions de justice répètent, les unes après les autres, que ni le maire ni le Conseil municipal n’ont la police des implantations d’antennes de téléphonie mobile : celle-ci appartient aux autorités de régulation spécifiques (notamment l'Arcep…).


Tous ces éléments, nous les retrouvons dans les deux jugements du 5 juillet 2012 que le Tribunal administratif de Lille a rendu à l’encontre de la commune de Wattrelos suite aux saisines de SFR pour l’affaire de l’implantation de son antenne à la Houzarde.


Ainsi, sur le fond, le premier jugement énonce que :


 le maire « ne saurait, sans porter atteinte aux pouvoirs de police spéciale conférés aux autorités de l’Etat, adopter sur le territoire de la commune une réglementation portant sur l’implantation des antennes relais de téléphonie mobile et destinée à protéger le public contre les effets des ondes émises par ces antennes » ;


 « le principe de précaution énoncé à l’article 5 de la Charte de l’Environnement ne saurait avoir ni pour objet ni pour effet de permettre à une autorité publique d’excéder son champ de compétence et d’intervenir en dehors de ses domaines d’attribution ».


Au mot près, ces jugements du tribunal administratif de Lille sont les mêmes que ceux des décisions du conseil d’Etat du 26 octobre 2011.


C’est au nom de ces principes que le Tribunal administratif vient d’annuler la délibération du conseil municipal du 17 juin 2011 qui imposait un moratoire aux implantations, et mon arrêté du 18 juin 2011 interdisant l’implantation carrière Delmarre, et a condamné la commune à verser 1 500 euros à SFR. Toutes les dispositions protectrices prises par la Ville ont donc été annulées par la justice !


La Municipalité a fait donc son job. Ne reste dorénavant, sur le plan contentieux, que le jugement à intervenir du tribunal administratif faisant suite au référé de riverains contre la déclaration de travaux de SFR ; mais quoi qu’il advienne, celui-ci sera pour ordre puisque depuis, SFR a déposé un permis de construire en bonne et due forme.


Pour autant, je ne signerai pas celui-ci, d’abord par principe parce que je ne veux accomplir aucun acte juridique positif sur ce dossier ; ensuite parce que dans cette affaire, j’apprécie très peu le comportement de SFR : plutôt que de s’obstiner et pis, de porter la Ville en justice, l’opérateur aurait mieux fait de renoncer !


On connaît l’adage : errare humanum est, perseverare...

 

 

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 22:58

Même jour, même heure… et même météo (un peu) pluvieuse pour notre fête nationale !


Décidément, les années se suivent et malheureusement se ressemblent (un peu), bien que cette fois, la pluie ait plutôt choisi de tomber en début et en toute fin d’après-midi, permettant, entre deux, aux Wattrelosiens de venir prendre l’air au parc du Lion où de nombreuses animations les attendent (stands associatifs – les bénévoles wattrelosiens ont bravé les mauvaises conditions : chapeau à eux – jeux gonflables pour enfants et bien sûr, le podium de chanteurs).


Et quoi de mieux pour lancer une fête que les chansons de Claude François ? Pour les interpréter et nous faire revivre ces années disco, Marc Kévin, un habitué des plateaux télé qui s’est spécialisé dans les reprises et les chorégraphies de Cloclo, flanqué de deux Clodettes aussi charmantes que les vraies !


14-juillet-2012_3.JPG14-juillet-2012_5.JPG

 

Forcément, la magie opère illico et les grands tubes s’enchaînent tandis que le public tape dans les mains et danse sur ces airs archi-connus. S'il commence par être Le mal aimé (en chanson !) avant que Le téléphone pleure, s'il plaide pour Le lundi au soleil, c'est bien un soleil sympathique qui s'installe dans le ciel. Manifestement, Marc est très à son aise sur scène et n’hésite pas à faire participer le public, descendant même le voir pour gagner un peu plus son adhésion. Pas de souci à ce sujet : il est adopté et confie volontiers que le public nordiste est vraiment à part ! 14-juillet-2012_6.JPG

 

Après une heure de show, changement de décennie avec une autre grande star : Michael Jackson (alias Stéphane Rosel) ! Cette fois, il s’agit d’un spectacle de danse reprenant à la perfection les attitudes et les célèbres pas de danse du roi de la pop, sans oublier les costumes qui caractérisent chacun des clips vidéo qu’on a tous en mémoire. Autour de Stéphane, des danseurs tous aussi talentueux, experts en danse de rue et à l’occasion… zombies terrifiants sur la chanson qui termine presque la représentation : Thriller !

 

Là encore, un show d’une heure qui ravit le public, lequel rencontre immédiatement après une troisième idole, française et des années 90 celle-là : Patriiiiiick (d’où le titre de cet article) ! Cet après-midi, à Wattrelos, nous avons le sosie de Patrick Bruel, vocal et physique : Jérôme Maugis. Je passe le saluer dans sa loge avant qu’il monte sur scène et nous évoquons un ami commun, Alain Turban, qui s’était d’ailleurs produit à Wattrelos dans le cadre de cette même fête nationale il y a trois ans. Malheureusement, la pluie évitée jusqu’alors finit tout de même par s’inviter et les parapluies s’ouvrent alors que retentissent les premières notes d’Alors regarde… Pas grave, Jérôme connaît son métier et parvient quand même à entretenir la ferveur du public. Lola, Place des grands hommes, Le café des délices, Les amants de Saint-Jean sur fond de Java bleue... ont rendez-vous avec les Wattrelosiens.


 14-juillet-2012_7.JPG14-juillet-2012_8.JPG

 

Eh oui : il faudra plus que quelques (petites) averses pour doucher le se sens de la fête de nos concitoyens, et nos artistes auront fait face avec talent à ces contrariétés météorologiques. Bah, avec quelques (chauds) croustillons, juste avant quelques frites (c'est mon cas !), cela aura fait une fin d'après-midi sympa pour beaucoup. J'en fus, avec joie.

 

Tiens, si on s’donnait rendez-vous dans un an ?

14-juillet-2012_4.JPG

 

 

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 22:51

14-juillet-2012_2.JPG14-juillet-2012.JPG

 

Curiosité, cette année, de la fête nationale à Wattrelos : je débute les réjouissances par un… parrainage, forcément républicain en ce 14 juillet.


Ma collègue Jocelyne Deceuninck officie, car c’est du côté de la ferme pédagogique que cela se passe, et c’est précisément l’une des délégations de Jocelyne. La voilà en train de lire l’acte officiel de bienvenue dans notre ferme à deux… moutons Racka de Hongrie qui doivent vraiment se demander ce qu’il se passe, d’autant que devant eux se tiennent trois personnages revêtus de... peaux de moutons, déguisement de nos amis Buso que revêtent pour l'occasion les membres de l'association franco-hongroise Wattrelos-Kossuth ! Curieux d'ailleurs d'entendre les bêlements répétés de nos moutons hongrois...devant ces déguisements vraiment très impressionnants et sans doute ressemblants !


On l’aura compris : tout cela n’est qu’une façon très humoristique et toute wattrelosienne d’adopter ces nouveaux animaux venus de notre ville jumelle hongroise, Mohàcs.


Nul doute que la bonne humeur qui règne doit contribuer à éloigner les nuages car le temps se maintient, et c’est une excellente nouvelle car déjà, l’heure des (autres) vedettes, celles qui vont se produire sur le podium, est arrivée...

 

 

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 09:39

Avant les congés d’été, il faut que les choses soient claires pour tout le monde.


Il n’est pas possible pour moi de conserver dans l’exécutif municipal, à mes côtés, des élus qui ont fait campagne des mois durant, parfois durement, contre leur maire, pourtant chef de file de la majorité municipale. Ces élus-là ont préféré obéir aux directives de responsables lillois ou nationaux de leur parti, plutôt que de tenir compte des réalités locales, de l’intérêt des socialistes et de défendre l’intérêt de Wattrelos ! De fait, ils ont été désavoués vertement par les électeurs les 10 et 17 juin. Je me dois d’en tenir compte. En politique, il faut une éthique, il faut être juste et clair.


Voilà pourquoi j’ai décidé de remanier l’exécutif municipal en modifiant l’attribution des délégations. Une délégation donnée par le maire à un autre élu, c’est donner à cet élu la capacité de décider et d’agir à la place du maire dans certains domaines. Cela suppose d’évidence de la fidélité et de la confiance. Je ne peux maintenir ma confiance à des élus qui n’ont su maintenir leur fidélité ni aux militants socialistes qui les avaient désignés ni à leur maire ni à leur ville. Je viens donc de mettre fin aux délégations jusqu’à présent exercées par Christophe D’Hulst, premier adjoint, Hélène Declercq, Amed Zafrane et Rabah Dahmani, conseillers délégués.


Tout au long de la campagne législative, ces élus n’ont cessé de s’éloigner de moi, de me critiquer, de dégrader mes affiches. La ligne de l’admissible a été dépassée. Celle de la fidélité a été piétinée, l’amitié a été oubliée pour satisfaire des orgueils ou des chimères éphémères. J’ai trop subi pour continuer comme avant. Les Wattrelosiens ont tranché à plus de 85 %. Ceux qui ont porté un choix contraire auraient dû comprendre que la logique politique, celle du suffrage universel et l’honneur auraient dû les amener à remettre d’eux-mêmes leur démission de l’exécutif !


A l’inverse, je viens de nommer conseillers délégués : Guy-Noël Lemay, en charge de la sécurité civile et des projets sociaux de territoire, et Annie Chantrie, en charge de l’économie sociale et solidaire.


Pour gérer efficacement, il faut une majorité claire, fidèle et lisible. C’est vrai au niveau national ; j’ai d'ailleurs été candidat aux législatives pour donner une telle majorité à François Hollande. Au niveau municipal aussi il ne peut pas y avoir d’ambiguïté. Je dois aux Wattrelosiens de gérer la ville avec une équipe cohérente : c’est à ce prix qu’elle continuera d’être efficace.

 

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 13:22

La réception annuelle des enseignants dans les salons de l'Hôtel de ville me permet de les remercier, ces enseignants. De ce métier je sais les moments de stress, de travail intense durant les semaines d'évaluations, les satisfactions aussi bien sûr quand un enfant progresse. Ils sont souvent des confidents pour les familles dont ils partagent les joies et malheureusement trop souvent les difficultés. Pas toujours facile de détenir les informations qu'on leur confie. Mais ils forment au jour le jour les citoyens de demain que sont nos enfants, et pour cette raison, ils méritent la gratitude et la reconnaissance de la Municipalité.Reception-enseignants-2012.JPG

 

Ce soir, en compagnie de Jean-Pierre Mollière, je salue plus particulièrement deux enseignants pour qui l'école est vraiment « finie », pas simplement l'année scolaire, mais leur carrière au service des enfants. Car, chut, l'heure de la retraite a sonné. D'abord pour Sylvie Tricoit, néo-retraitée qui fut d'abord pour moi ma voisine avant que je sache qu'elle enseignait ! Une femme de conviction, institutrice en maternelle depuis le début de sa carrière, appréciée à l'école Brossolette pour ses qualités de pédagogue... mais aussi d'artiste car elle est membre de la chorale du groupement des instituteurs de Wattrelos, laquelle a d'ailleurs ouvert cette cérémonie en chansons.

 

Sylvie est imitée en cette fin d'année scolaire par Martine Caracatsanis, dont le mari est le cordonnier bien connu du Laboureur et figure du monde sportif local (club de judo de la Potennerie). Une enseignante dévouée et fidèle, on en jugera : elle a effectué toute sa carrière à l'école Jean-Macé où elle enseigne depuis 1984 !

 

Et bien sûr, il me revient de féliciter Guy Vangheluwe, très ému car je sais qu'il n'aime pas être mis en avant, Délégué départemental de l'Education Nationale de l'école maternelle Jean-Zay et pilier de l'amicale éponyme dont il fut président une dizaine d'années (ses copains de l'amicale sont d'ailleurs présents ce soir, au premier rang desquels l'actuel président Jean Destaerke). Jean Zay, ce ministre du Front Populaire qui a tracé un sillon dans lequel Guy a inscrit ses pas pour faire vivre une laïcité qui n'exclut pas mais qui, au contraire, rassemble et fédère. Il reçoit ce soir les palmes académiques qui ne sont pas réservées qu'aux enseignants ; elle peuvent également être décernées à celles et ceux qui servent la communauté éducative – c'est le cas ce soir avec Guy.

 

En concluant mon discours, je forme un voeu : celui que vive l'école de la confiance en soi et de la réussite. Car jamais je ne me résoudrai à l'échec d'un enfant. C'est l'honneur de notre République que de donner toutes ses chances à chacun de nos enfants.

 

Alors merci à toutes et à tous, bonnes vacances cher(e)s enseignant(e)s... et rendez-vous à la rentrée !

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 13:00

Chaque année, je fais référence à mon auteur préféré, Sheila, pour dire aux enseignants des écoles publiques lors de la réception traditionnelle qui leur est consacrée : l'école est finie. Mais cette fois, c'est plus que vrai car c'est à peine finie l'année scolaire qu'avec la municipalité, j'ai le plaisir de recevoir nos enseignants. Et ils sont nombreux cette année, même si leur chorale n'est pas au complet.db-jpm2012

 

L'occasion, en toute convivialité, de souligner, comme le dit notre inspecteur, Jean-Pierre Mollière, notre tâche de coproduction éducative, c'est-à-dire la qualité de notre partenariat municipalité-éducation nationale. Un partenariat auquel Alain Joiffroy prit une large part, et ce soir, nous saluons à nouveau l'homme et son travail.

 

Pourtant, en cette fin d'année scolaire, l'école est entre espérances et inquiétudes.

 

Les espérances tiennent à des affirmations politiques fortes récentes. Ainsi, l'engagement du Président de la République dans sa campagne, de faire de la jeunesse et de l'éducation la priorité de son quinquennat : nul n'a oublié la promesse des 60 000 postes et de la hausse de 25 % de l'A.R.S.. C'est aussi, le 3 juillet, la déclaration du Premier Ministre, J.-M. Ayrault : "L'école est au cœur de la promesse républicaine. C'est l'école qui fait naître parmi les jeunes générations un profond sentiment d'attachement à nos valeurs fondamentales, à la laïcité, au civisme, au respect des autres. C'est l'école qui permet la promotion sociale, la construction et l'affirmation d'une citoyenneté libre fondée sur les droits et les devoirs !" Autre déclaration, celle du ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon : "L'école primaire est notre première priorité" car c'est la "priorité pédagogique de longue durée".

 

Ce sont aussi des annonces sur l'accueil des enfants de moins de 3 ans, le renforcement de l'encadrement des classes, de nouveaux emplois d'auxiliaires de vie scolaire ou de CPE, la remise en place de la formation initiale et continue des maîtres, le plan d'urgence pour le secondaire ou l'annonce d'une loi de programmation.

 

Malheureusement, l'école suscite aussi des inquiétudes car elle a été mise à mal avec brutalité ces dernières années. La rentrée de septembre 2012, malgré les ajouts de 1000 postes, se fera sur une saignée de 14 000 postes (80 000 perdus en 5 ans !). L'échec scolaire est trop souvent massif, avec des inégalités sociales et territoriales criantes. Le décrochage scolaire est préoccupant, avec 200 000 jeunes qui quittent chaque année le système scolaire sans diplôme ni qualification. Et la situation, dramatique, des finances publiques ne peut que freiner la mise en œuvre de mesures pourtant nécessaires.

 

C'est précisément parce que la Municipalité a conscience du rôle primordial de l'école qu'elle ne ménage pas ses efforts pour la soutenir. Par-delà les activités culturelles, sportives, péri-scolaires, nous mettons l'accent sur les équipements. En septembre 2011, ce fut l'inauguration de la maternelle Michelet (2,9 M€). Dans l'année, ce furent 441 000 € d'achats de mobiliers, matériels et de petits travaux, avec notamment la dotation de matériels vidéo et multimédia pour toutes les écoles élémentaires et de coins jeux pour toutes les maternelles (74 k€ grâce au levier d'une réserve parlementaire de 25 k€ : c'est une des vertus du cumul des mandats !). En septembre 2012, ce sera l'inauguration du nouveau groupe scolaire Brossolette (1,6 M€), complètement réhabilité et sécurisé, avant, en avril-août 2013, la construction de deux classes supplémentaires à la maternelle Curie et l'engagement de la réhabilitation de Camus. Bref, une rénovation décisive des écoles de Beaulieu, partie prenante du programme de rénovation urbaine. Confirmation que l'enfant et l'égalité réelle des chances sont au cœur de notre projet municipal…

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 22:39

Inauguration-esplanade-Beaulieu_5.jpgC'est une jolie et pour tout dire assez agréable surprise que mes agents des espaces verts ont voulu me faire, parmi les animations de cet après-midi à Beaulieu. En effet, ils ont dessiné un parterre de fleurs, disposé à l’arrière de la gare de bus, où les bégonias forment la phrase suivante : MERCI M. LE DEPUTE-MAIRE ! Et au-dessus, le logo de Wattrelos formé de copeaux de couleur et de roses jaunes !


Superbe travail de mosaïculture que l’on doit à ces collaborateurs du service des espaces verts, très impliqués dans le verdissement de ce Beaulieu new look.


Je ne les ai pas épargnés dans la tâche, et c'est clair que pour la rénovation du quartier et son entretien, ils ont été fortement mobilisés. Depuis le rapprochement avec le service du nettoiement, il ont été doublement mis sur la brèche et mis à contribution. Je les ai parfois bousculés, j'ai exigé des réorganisations d'équipes, et il est vrai que les services municipaux ont dû s'adapter à un quartier qui se redessinait, à des propriétés foncières qui changent et donc à des responsabilités d'entretien qui ont aussi changé, et ils ont surtout pris une part majeure à l'embellissement du quartier.


Alors s'ils ont souhaité me faire un clin d’œil à l’occasion de cette inauguration (et cela me touche beaucoup, d’autant que le résultat est superbe !), c'est surtout eux, ces artistes du quotidien, qu'il faudrait plutôt remercier.


Si Wattrelos est une ville agréablement fleurie et arborée, c’est à eux qu’on le doit. Un métier pas toujours facile quand il faut tondre les pelouses qui poussent toujours trop vite (alors qu’il ne pleut que faiblement dans le Nord !), désherber, élaguer… mais qu’ils exercent avec enthousiasme et compétence. Il faut savoir que pour la seule rénovation de ce quartier de Beaulieu, 489 arbres ont été plantés (pour environ 200 arbres abattus) : pins noirs, érables, platanes, tilleuls... pour un total de 4 500 arbres d'ornements recensés dans notre ville.


Moi qui adore les arbres, j’apprécie. D’autant que ce verdissement s’accompagne d’un gros boulot de nos serres municipales qui produisent 105 000 fleurs (65 000 pour l’été et 40 000 pour l'hiver) chaque année pour composer 1 200 m² de massifs fleuris, 135 jardinières mobiles en bois, 65 jardinières fixes et 550 suspensions qui agrémentent le cadre de vie dans les quartiers.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 13:27

Inauguration-esplanade-Beaulieu_4.jpgInauguration-esplanade-Beaulieu_3.jpg

 

Beaulieu a enfin un cœur ! Ce cœur, c’est bien sûr du cœur du quartier dont on parle, ce qui manquait cruellement à l'ancien quartier aux dires des urbanistes avec lesquels nous avons travaillé il y a dix ans maintenant. Ce cœur autour duquel et pour lequel tout le projet de rénovation urbaine a été pensé, dessiné et réalisé existe – c'est la fameuse esplanade que nous inaugurons cet après-midi.


Un très bel espace de jeux et de services, arboré et dédié à la détente en famille ou entre amis… et animé de belle façon avec de nombreux stands associatifs, un expo photo, des associations se produisant sur podium (atelier de slam et de percussions avec Ajir.com, mais aussi du hip-hop avec Convergences et du jazz avec le Conservatoire), divers jeux de balle auxquels je m’essaie volontiers (tennis de table, jokari, basket), sans oublier la partie de pétanque estivale qui va bien, ainsi que le décollage d’un ballon à gaz gonflé à l’hydrogène (ballon typique du XIXe siècle) depuis le stade de Beaulieu sur lequel s’ouvre désormais l’esplanade.


Malgré des nuages menaçants – on n’échappe pas à quelques gouttes quand même – l’ambiance est très sympa et l’idée de prononcer un discours ne me semble pas opportune : place à la fête plutôt qu’aux discours !


Inauguration-esplanade-Beaulieu_2.jpg Inauguration-esplanade-Beaulieu.jpg

 

Alors je savoure. Je savoure le quasi-aboutissement – il reste quelques petits immeubles en construction et les logements à venir du site Griltex – de ce gigantesque projet de plus de 150 millions d’euros que nous célébrons aujourd’hui. Si ce n'est pas la fin du projet (il reste encore beaucoup à faire, à l'image de la rénovation des écoles du quartier que nous allons conduire jusqu'en 2014), c'est incontestablement une étape décisive, un temps fort pour la visualisation du Beaulieu de demain ! L’esplanade est de fait le dernier grand aménagement urbain du quartier qui, il y a à peine dix ans, ressemblait à un labyrinthe géant avec un cœur de quartier enclavé, qui n'était rien d'autre qu’un hôtel des courants d’airs, un lieu froid et dégradé !

 

Aujourd’hui, ce quartier a une autre image, un autre visuel. Il ressemble à son siècle : moderne, aéré, avec un cœur de village centralisant services publics, transports en commun et commerces mais faisant également la part belle aux arbres, bancs, terrains de pétanque et jeux pour enfants (dès le 7 juillet)…

 

Oui, Beaulieu a bien changé ; il est même méconnaissable, et c'est tant mieux ! Il a su se trouver un avenir et pour les équipes municipales que j’ai eu l’honneur de conduire, c’est une immense satisfaction.
Longue vie au nouveau Beaulieu, et qu'on y vive bien ! Car le vrai cœur de Beaulieu ce sont... ses habitants !

 

 

Partager cet article
Repost0