Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 08:33
Censure (1) : B. Le Roux : " Continuons de réformer ! "

Suite du dépôt par l’UMP et l’UDI d’une motion de censure contre le Gouvernement Valls, le débat qui a lieu cet après-midi s’organise d’abord à partir des interventions des présidents de chaque groupe politique, avant celle du Premier Ministre. Le vote se déroule ensuite.

 

Pour le groupe socialiste, Bruno Le Roux, d’entrée, rappelle l’enjeu : « Les Français attendent de nous ; et il n’y a pas d’alternative à la majorité actuelle. Et elle continuera de réformer le pays ! Dans le pays, dans les cœurs et les consciences s’expriment des majorités d’idées. La France a besoin de réalisations concrètes ». Et, amer, de regretter ce « télescopage » (qui a empêché le vote de la loi Macron) dû aux pratiquants de la « vieille politique » (à droite… comme à gauche), dont les « jours sont comptés ».

 

Citant François Mitterrand (« J’aime le mouvement qui déplace les lignes »), il souligne : « Voilà pourquoi ce projet de loi est attendu par nos compatriotes. Ce texte augmente les protections des salariés. Où est l’affaiblissement de l’Etat ? Cette loi est novatrice, c’est une loi de progrès social : les compensations au travail le dimanche, les délais plus courts pour les jeunes à l’examen du permis de conduire, le contrôle du travail illégal dans le bâtiment : c’est un progrès !

 

L’immobilisme est la plaie de notre pays. Ce texte vise avant tout à l’efficacité  car, ne l’oublions pas, la Gauche s’est toujours confrontée au réel, pour le bousculer, pour le changer... ».

 

Ce soir, estime Bruno Le Roux, « avec ce vote, nous clôturons une « péripétie parlementaire ». Le 49/3 est une procédure contraignante mais (sur ce texte), elle ne s’est pas substituée au travail parlementaire ».

 

Et vers la fin de son intervention, j’ai senti Bruno très amer de constater que les communistes du groupe GDR allaient joindre leurs voix à celles de la Droite pour cette motion de censure, communistes qu'il a taclés en conclusion : « A un moment, il faut savoir où on habite ».

 

Partager cet article
Repost0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 17:15
49/3, enfin et tant mieux !

S’il était encore de ce monde, Wolinski aurait sans doute titré ce soir : Mort aux cons… Sans aucune envie criminelle bien sûr, il faut bien reconnaître que cet après-midi, quand le Premier Ministre, Manuel Valls monte à la tribune, et annonce, après la réunion en urgence du conseil des ministres, qu’il engage la responsabilité de son gouvernement sur le projet de loi dit Macron, sur la croissance et l’activité, la très grande majorité des députés socialistes a la rage au cœur.

 

Car pourquoi un tel engagement de responsabilité ? Parce qu’une trentaine de collègues, pourtant membres du groupe socialiste, ne cessant depuis des mois de chercher à mettre en minorité le gouvernement de Manuel Valls, ont dit qu’ils ne voteraient pas le texte, ou pire, ne l’ont pas dit, certains faisant savoir : « Vous le verrez au moment du vote »… Infantile, puéril comme comportement, et pas digne d’un élu de la République, encore moins d’un député de la majorité. Quand on est dans une majorité, on a des responsabilités particulières, notamment de savoir qui vous a investi et pourquoi vous avez été élus. Et tous mes collègues dit frondeurs, que je préfère appeler de leur vrai nom de saboteurs, se rendent-ils compte de ce qu’ils font ?

 

Se rendent-ils compte que leur infantilisme d’enfants gâtés de la République (il est vrai que nombre d’entre eux ont été des candidatures fabriquées et implantées  à la va-vite avec la bénédiction ou à la demande de la 1ère Secrétaire de l’époque !) affaiblit le Premier Ministre et le Président de la République, et donc la gestion de la Gauche au pouvoir ? Que les Français ne comprennent rien à leurs chicayas, et que tout ce qu’ils voient, ce sont des socialistes (ou prétendus tels) qui vont à la télévision (ça, c’est sûr, les caméras et la salle des 4 colonnes, ils aiment ! Plus que d’être dans les réunions de commissions auxquels, pourtant, ils appartiennent !) qui critiquent le Gouvernement ! Comment les Français peuvent-ils ne pas douter dans ces conditions, ne pas se détourner du PS, être tentés par d’autres aventures aux possibles conséquences dramatiques pour la France ? Ces frondeurs sont de pitoyables irresponsables…

 

Se rendent-ils compte qu’il n’y a pas d’alternative, ni politique ni économique, à la réussite de Manuel Valls et de François Hollande en 2017 ? S’ils veulent priver la Gauche de la chance de gouverner, et s’il n’y a plus de majorité absolue à l’Assemblée, la logique de la Ve République c’est la dissolution ! Combien de ces apprentis sorciers frondeurs (souvent élus très étroitement) survivront ? Et la Gauche perdra la majorité, clairement ! Tous ces camarades qui veulent gouverner plus à gauche n’aboutiront, par la bêtise de leurs choix, qu’à amener au pouvoir la Droite, appuyée par l’Extrême Droite !

 

Se rendent-ils compte qu’alors le peuple de gauche, les zones rurales, les quartiers populaires, les  jeunes, l’école, les hôpitaux vont souffrir durement ? Ont-ils oublié les promesses de la Droite de réduire de 130 Mds d’euros les dépenses publiques ? Ont-ils oublié les cadeaux fiscaux et le bouclier fiscal de la présidence Sarkozy ? Ce ne sont pas les plus modestes, que je sache, qui profite des décisions d’un gouvernement de Droite !

 

Se rendent-ils compte que leur prétendue politique alternative, on n’y croit pas et on n’en veut pas ? Que nous sommes plus de 250 à considérer, à juste titre, que la seule ligne économique crédible à terme, celle qui restaurera la compétitivité de la France, donc relancera la croissance, donc réduira durablement le chômage, c’est celle que conduisent Manuel Valls et François Hollande ! Ce sont des semeurs d’illusions qui, par leur aveuglement, vont surtout apporter des désillusions à ceux au nom de qui ils prétendent parler !

 

Alors oui, le 49/3 était nécessaire, et il était temps ! On ne peut pas continuer avec des sourds qui ne veulent pas entendre : une majorité, pour rester majorité, doit être consciente de ses responsabilités. Les membres du Gouvernement ne peuvent pas passer autant de temps à écouter les amendements, à discuter, à expliquer, pour qu’au bout du bout, les minoritaires de la majorité se comportent comme des gamins mécontents et votent contre ! Franchement, je fais partie de ceux qui pensent qu’on aurait déjà dû l’utiliser ce fameux 49/3 dès le début de ces comportements frondeurs, notamment sur les lois de finances (LFI, LFR et LFSS).

 

Merci au Premier Ministre de l’avoir fait ! Le soutien des députés de la majorité doit être naturel, car il répond à une triple logique :

 

> une logique institutionnelle : un député de la majorité a été investi par son parti et élu pour soutenir le Président de la République, François Hollande (c’est grâce à la vague de son élection que bien des députés socialistes le sont !), le Premier Ministre et le Gouvernement qu’il choisit,  et la politique qu’il conduit. La logique de la Vème République, c’est celle-là : le patron, c’est le Président ! Et il doit pouvoir s’appuyer sur une majorité fidèle et rassemblée ;

 

> une logique majoritaire : quand, dans l’élaboration d’un texte, un ministre (et Emmanuel Macron a fait un super boulot d’écoute et de présence aux côtés des parlementaires) accepte une vingtaine d’amendements comme il l’a fait avec les Verts, la logique, ce n’est pas qu’ils votent contre, mais qu’à tout le moins ils s’abstiennent, voire votent pour ! Car dans la décision du Premier Ministre d'appliquer le 49/3, il y a aussi l’irresponsabilité du groupe des Verts de voter contre, avec leur gauchiste d’ex-patronne aigrie, Cécile Duflot !

 

> enfin, une logique démocratique : depuis quand des minoritaires estiment que leurs positions doivent-elles être majoritaires ? Ils sont trois dizaines, et le reste du groupe, ce sont vingt-cinq dizaines de députés qui, eux, veulent que le Gouvernement réussisse et qui lui font confiance ! Oui à un débat dans le groupe, mais une fois la position majoritaire décidée, sur les textes importants, elle ne peut qu’être la position de tous !

 

Voilà pourquoi, ce soir, je suis à la fois malheureux et heureux. Malheureux qu’alors que l’exécutif retrouvait de la confiance des Français, que la Droite était affaiblie et divisée, l’immaturité (ou le calcul) politique de certains de mes collègues conduise à faire le cadeau à la Droite (ressoudée pour l’occasion : UMP/UDI) d’une motion de censure (à laquelle d’ailleurs, Front de gauche et communistes se joignent : il est vrai que pour eux, gérer n’est pas l’essentiel ; critiquer, c’est mieux, c’est plus confortable !).

 

Mais je suis heureux car le Premier Ministre siffle la fin de la récréation de ces comportements honteux, fait voter la loi et réaffirme la volonté fondamentale de son Gouvernement de Gauche : réformer la France, parce que c’est nécessaire pour préparer l’avenir de la France et des Français ! Loin d’être un coup de force, c’est un acte salutaire d’autorité et surtout d’intérêt collectif. « Il en va de l’intérêt de notre pays » a déclaré Manuel Valls pour justifier sa décision : il a raison !

 

49/3, enfin et tant mieux !
Partager cet article
Repost0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 09:46
Le Conseil municipal défend la SEGPA de Neruda

Lors des vœux aux corps constitués cette année, j’avais consacré une part importante de mon intervention à la défense de l’existence de la section SEGPA du collège Neruda. Déjà il y avait eu une alerte d’une volonté de l’Inspection académique de fermeture de cette section pour la rentrée 2014, et lors des vœux aux corps constitués en janvier 2014, présents à la réception, après mon discours où j’avais fustigé cette éventualité, Patrick Kanner, alors président du Conseil général, et Pascal Joly, alors préfet délégué à l’égalité des chances, comme moi, avaient dit leur désapprobation à cette mesure.

 

En fin d’année, incidemment lors d’une réunion sur un tout autre sujet, l’Inspecteur d’académie m’avait dit réenvisager la dite fermeture. Je lui avais redit mon opposition, et avais demandé une concertation avec les enseignants des écoles primaires rattachées au collège. De concertation, il n’y en a pas eu !

 

Redoutant un coup fourré, lors des vœux aux corps constitués 2015, j’ai enfoncé le clou pour réaffirmer notre position et exiger (et non plus demander !) ladite concertation ! Mieux, pour faire apprécier de tous les savoir-faire de ces élèves, je leur ai demandé de préparer les petits fours de la réception à l’Hôtel devVille, et même de faire le service… Ce fut un beau moment pour eux et pour nous !

 

Mais de retour de l’Inspection académique, il n’y eut point ! Rien. Rien de rien. Sinon une notification au collège de suppression des heures de la 6e SEGPA pour la rentrée 2015 !

 

C’est inadmissible sur le fond et sur la méthode ! Nous ne pouvons pas l’accepter !

 

Voilà pourquoi mon adjointe, Catherine OSSON, qui représente la ville au conseil d’administration a présenté ce soir au conseil municipal, au nom de la majorité, une motion contre la fermeture de la 6e SEGPA au collège Neruda. Cette motion a été adoptée à l’unanimité !

 

Espérons que le message sera cette fois entendu et compris ! Il est simple : c’est non, non et non à cette fermeture !

 

Pour lire la motion du Conseil municipal, cliquer ici.

 

Pour lire l’extrait de mon discours aux corps constitués du 15 janvier 2015, cliquer ici.

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 09:13
Wattrelos : un budget 2015 équilibré, une performance !

C’est en effet une belle performance que de parvenir à équilibrer le budget 2015, sans augmentation (pour la 5e année de suite) des taux des impôts locaux, alors que les recettes de la ville diminuent et surtout, que la commune doit réussir à financer les dépenses supplémentaires de personnel qui lui sont imposées nationalement.

 

Mon adjoint aux finances, Kamel Khiter, aura présenté, avec un power-point exhaustif, à la fois le contexte (déjà évoqué lors du débat d’orientation budgétaire le 17 décembre), et le budget 2015, en rappelant les principes posés par la majorité municipale : pas de hausse des taux de la fiscalité ; poursuite du désendettement (pour la quatrième année de suite, le volume global de dette va diminuer) ; les investissements programmés (lesquels, contrairement à ce qu’a pu écrire la presse, ne trinquent pas mais sont moindres qu’en 2014, conformément aux engagements électoraux, car Beaulieu se termine et que les grands chantiers prévus aux Villas et pour le centre-ville sont encore en préparation).

 

Avec, pour boucler le budget, des efforts de responsabilité. Car pour équilibrer les comptes sans toucher aux impôts, ni renoncer à aucune politique menée, il y a deux contraintes :

 

1) que les dépenses de personnel (66 % du total des dépenses) ne bougent pas ;

 

2) économiser 1 million d’euros sur les autres dépenses !

 

Nous y serons arrivés, en augmentant au passage de 50 % la participation municipale aux voyages des écoles publiques, qui passera de 1000 à 1 500 euros par école.

 

Tout cela était donc très contraint et vraiment pas facile. J’ai lu que Lille, pour boucler, a augmenté sa taxe foncière de 23 %, d’autres villes leurs tarifs de cantine ; à Wattrelos, nous n’avons touché ni aux impôts ni aux tarifs !

 

Comme le rappelle Kamel, en conclusion de sa proposition, Jean Jaurès dans son Discours à la jeunesse écrit que le courage, « c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ». Pour faire ce budget, notre majorité municipale n’a renoncé à aucun de ses idéaux et gère le réel avec responsabilité !

 

Pour ma part, à la fin du conseil, je cite Aristide Briand : « La politique est l’art de concilier le désirable avec le possible ». En préparant et en réussissant à établir ce budget, j’ai vraiment l’impression que c’est ce que j’ai fait !

 

Pour lire la présentation du budget 2015, cliquer ici.

Partager cet article
Repost0
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 14:03
Bienvenue dans la République !

Cette manifestation a existé à Wattrelos avant que la loi ne la rende obligatoire partout en France. En effet, j’ai voulu recevoir officiellement à l’Hôtel de ville, pour une cérémonie solennelle et républicaine, celles et ceux qui ont été naturalisés dans l’année précédente.

 

Car changer de nationalité, demander la nationalité française, ce n’est pas anodin. Ce sont des devoirs, ce sont des droits aussi, et c’est un changement important pour celles et ceux qui accomplissent cette démarche, souvent après de longues années de réflexions et de présence sur notre territoire.

 

Les femmes et les hommes que je reçois ce samedi matin, avec les élus qui m’entourent, habitent Wattrelos depuis longtemps. Le plus ancien y réside même depuis 1962 ! Ils y sont venus par liens familiaux, par nécessité de travail ou par amour, et ils y sont restés. Ils se sont plu ici, ont fait leur vie à Wattrelos, ont fait leur vie en France.

 

Là, ils affirment vouloir poursuivre leur vie pas seulement en France, mais dans la France, en rejoignant son identité, ses valeurs. Bien sûr, il ne s’agit pas de renoncer à sa culture familiale, à ses racines, donc à ce que l’on est. Comme je le dis : « C’est un choix de vie, une proclamation pour dire où l’on va ».

 

C’est doublement symbolique pour moi de faire entrer dans la République ces nouveaux Français le jour de la Saint-Valentin, et pour cela, le faire dans la salle des mariages de la maison communale, la maison du peuple, la maison de tous !

           

Et après l’heure du discours, vient le temps plus convivial où j’offre à chacun le livre de l’histoire de Wattrelos, et surtout la carte d’identité wattrelosienne : une poupée Berlouffe !

 

A tous, je leur dis qu’avec cette réception, « la République vous salue et Wattrelos, votre ville, vous félicite » ! Bienvenue dans la République !

 

Pour lire mon discours, cliquer ici.

 

Bienvenue dans la République !
Bienvenue dans la République !
Bienvenue dans la République !
Partager cet article
Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 09:16
Budget à la Métropole européenne de Lille

La Communauté urbaine de Lille, devenue Métropole européenne de Lille (MEL), adopte ce vendredi après-midi son budget pour 2015. Cela fait plusieurs mois bien sûr qu’on y travaille - ce fut encore le cas tout dernièrement à la commission des finances du lundi 9 février, et au bureau de la MEL ce matin.

 

D’un total de 1 599 M€, ce budget est en baisse par rapport à 2014 (- 0,5 %), en recettes comme en dépenses, et grâce à la réduction du remboursement en capital de la dette, l’épargne nette s’améliore même un peu, passant de 93 à 101 M€ au budget primitif.

 

Ce niveau d’épargne sert d’effet de levier pour permettre d’afficher 413 M€ d’investissements, ce qui est non seulement un haut niveau (fût-ce en légère diminution globale en 2014), mais surtout autant de soutien à l’activité des entreprises, notamment du bâtiment et des transports.

 

Comme président de la commission des finances, et au nom du groupe socialiste de la MEL, je suis intervenu dans le débat budgétaire, après la présentation du budget par Alain Bernard, vice-président au budget.

 

Pour lire mon intervention, cliquez ici.

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 11:26
Pour des mêmes droits pour l'ASS et le RSA !

Ce soir, la séance de l’Assemblée est consacrée aux questions de chaque groupe politique au ministre sur la politique budgétaire. Je suis parmi les députés socialistes qui interpellent Christian Eckert.

 

Outre le redressement des comptes publics, le Gouvernement a parallèlement à cœur de rendre notre fiscalité plus juste, plus équilibrée.

 

Ainsi, depuis 2012, il aura : aligné l’imposition des revenus du capital sur ceux du travail ; plafonné les avantages liés aux niches fiscales ; limité le quotient familial pour les plus aisés, alors qu’il aura revalorisé l’allocation de soutien et le complément familial ; rétabli l’Impôt sur la Fortune ; alourdi la taxation des stocks-options ; taxé les plus gros dividendes ; créé la tranche d’imposition sur le revenu à 45 %.

 

En sens inverse, mesures-phares du PLF 2015, la décôte a été renforcée pour les foyers fiscaux faiblement imposés, et la 1ère tranche d’imposition au taux de 5,5 % est supprimée, ce qui va faire baisser l’impôt de 9 millions de foyers fiscaux !

 

Pour autant, dans les soucis de justice et d’équité (comme le soulignent précisément toutes ces réformes fiscales) du Gouvernement, il est, comme je le dis au ministre, une injustice qui devrait être prise en considération : l’inégalité des droits sociaux et fiscaux entre les allocataires du RSA et ceux qui perçoivent l’ASS (allocation spécifique de solidarité). Les niveaux des ressources sont proches (513 € pour le RSA, 490 € pour l’ASS) ; pourtant, outre que les rythmes d’évolution ne sont pas les mêmes, les droits, notamment fiscaux, afférents à ces minima sociaux (exonération de la taxe d’habitation, de la redevance audiovisuelle, tarification des transports…), ne sont pas les mêmes ! Pour nos concitoyens qui vivent ainsi avec ces minima sociaux, c’est incompréhensible ! Comment peut-on avoir des niveaux de ressources quasiment équivalents et des droits différents ?

 

Voilà pourquoi, comme je m’y étais engagé auprès du GADE, j’ai demandé si le Gouvernement peut envisager d’homogénéiser les conséquences fiscales de la perception de minima sociaux  (et spécifiquement RSA, ASS, AAH), ce qui suppose de réviser les articles 1414 et 1605 ter du code général des impôts.

 

Le ministre du budget, Christian Eckert, a rappelé que « le Gouvernement s’est engagé au rapprochement du RSA et de la PPE (prime pour l’emploi) » et a précisé que « la réforme de l’ASS est à intégrer en corrélation à ce nouveau dispositif ».

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 09:42
Le ministre médaille les bénévoles wattrelosiens !

Au cœur de la fête des associations de Wattrelos ce week-end, ce dimanche matin consacre un temps fort à la mise à l’honneur des bénévoles : rendez-vous est donné, après une nuit courte, au CSE à 10 h 30.

 

Le ministre médaille les bénévoles wattrelosiens !

La salle est pleine et, après le discours d’introduction de Jean Vandoorne, mon adjoint au sport et à la vie associative, dans mon intervention, je veux porter trois messages.

 

D’abord dire aux responsables d’associations, devant moi, que leurs associations, leur engagement, c’est notre vie collective ! C’est notre tradition, notre force, ici, à Wattrelos, que ce tissu associatif dense, actif et animé. Ils sont une proximité dans chaque quartier, un maillage de solidarité pour toute la ville. Sans ces associations, que serait notre ville ? Elles sont un pilier de la vie wattrelosienne. A dire vrai, elles pèsent lourd ; c’est un choix politique.

 

Elles pèsent lourd sur le plan financier car, dans notre ville ouvrière, dont les ressources communales sont faibles, si 65 % du budget est consacré aux dépenses de personnel (contrepartie des services publics nombreux rendus), 5 % au remboursement de la dette (investissements du passé), 10 % du budget est utilisé pour les subventions aux associations. Mais elles pèsent lourd surtout pour ce qu’elles représentent dans la vie des habitants, pour les loisirs, culturels, sportifs, l’animation…

 

Le second message est de souligner l’importance de l’engagement des bénévoles. Celui-ci remplit leur vie. Sans cet engagement, que serait leur vie ? En puisant quelques exemples dans la salle, j’ai pu souligner combien leur engagement bénévole est leur vie ! C’est le rythme des réunions, des entraînements, des manifestations qui est celui de la semaine de tous ces bénévoles.

 

Si, comme le disait Nelson Mandela, « cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse », pour beaucoup, l’engagement associatif les a fait sortir de leur réserve, prendre des responsabilités !

 

Voilà pourquoi, et c’est le troisième message, ce matin nos bénévoles, on les met à l’honneur !

 

D’abord, avec les trophées du bénévolat (notre distinction républicaine à nous !), mis en place il y a quatre ans par Robert Bedart, mon précédent adjoint aux assos. Ces Trophées ne sont pas un tableau d’honneur des dirigeants de clubs, non plus qu’une cérémonie des Oscars. Ils visent à mettre à l’honneur la fidélité, l’intensité de l’engagement et l’humilité de ces bénévoles qui ne sont pas sous les projecteurs des responsabilités mais qui sont d’indispensables chevilles ouvrières de l’association concernée. Des femmes et des hommes de l’ombre.

 

Un jury aura ainsi mis à l’honneur, dans la catégorie mieux vivre ensemble, Roselyne Stolts, des D’glingués, et Joëlle Rousseaux, des Joyeux corsaires ; dans la catégorie bénévolat sportif, Laurence Lemaire, du club d’escrime ; avec deux prix spéciaux du jury pour Gilbert Deraed (Fraternelle des combattants) et, très applaudie, Jocelyne Lefevre (centre social de l’Avenir). A tous les autres nominés, j’ai remis la médaille de l’Assemblée nationale et une bouteille de Saint-Amour !

Le ministre médaille les bénévoles wattrelosiens !
Le ministre médaille les bénévoles wattrelosiens !
Le ministre médaille les bénévoles wattrelosiens !
Le ministre médaille les bénévoles wattrelosiens !
Le ministre médaille les bénévoles wattrelosiens !

C’est à ce moment-là qu’est arrivé un invité surprise (nous en avions parlé hier... et il est là !) : notre ministre nordiste Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports ! Car dans la deuxième partie de la manifestation, j’avais à médailler 16 bénévoles récipiendaires de la médaille de la jeunesse, des sports et de la vie associative (échelon bronze). D’ordinaire, je le fais au nom du ministre : ce matin, c’est mieux, il le fera lui-même puisqu’il est là ! En personne ! Merci Patrick pour l’honneur que tu fais à nos bénévoles : quelle fierté pour eux et pour Wattrelos !

Le ministre médaille les bénévoles wattrelosiens !Le ministre médaille les bénévoles wattrelosiens !

Qu’ils soient des Dauphins Wattrelosiens, du Tir de l’Amicale du Centre, du Team Tavernier (full-contact), des Arts martiaux ou du Wattrelos Football Club, quelle émotion pour toutes ces femmes et hommes qui aiment leur club, lorsque le ministre Kanner les aura épinglés successivement !

 

Un bel hommage de la République, et d’un homme de cœur, de notre ministre du Nord, à celles et ceux qui se dévouent pour leur association, pour changer ainsi la vie des gens, et ainsi changer la ville ! Bravo et merci à tous nos bénévoles !

Le ministre médaille les bénévoles wattrelosiens !
Le ministre médaille les bénévoles wattrelosiens !
Partager cet article
Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 11:01
C'est la fête des assos !

Après avoir procédé à un mariage, mon début d’après-midi est haut en couleurs puisque j’ai le plaisir de procéder à la visite inaugurale de la fête des associations à la salle Salengro, aux côtés de Kléber Arhoul, préfet délégué à l’égalité des chances : comme il vient d’être affecté dans le Nord, pour faire connaissance avec Wattrelos, je lui avais dit que c’était sans doute le meilleur moyen de rencontrer ceux qui, pour beaucoup, seront ses interlocuteurs. Pari tenu et incontestablement, nos associations auront donné tout le week-end le meilleur d’elles-mêmes. De l’animation et de la bonne humeur, il y en aura eu durant ces deux jours !

 

Dès l’entrée, accueillis par les mélodies de Frankie, en élégante robe du XVIIIe siècle, et par les échassiers de la ferme pédagogique, le ton est donné ! Les assos sont à l’assaut des carnavals ! Venise, Rio, Amérique du Sud, Dunkerque… Au gré des stands, on visite les différentes contrées du monde, en découvrant les plus de 70 associations participantes qui présentent aux visiteurs leurs activités.

 

Les Trois Cinq, les centres sociaux, l’Aqua-club, les trois clubs de moto, le javelot-club, l’équipe du Raid’Louffe, les Berlouffes, Touscan, Acti Jeunes, Soins et Santé, les associations humanitaires, les Bergers de Mohàcs (avec les Busos), les Corsaires ou les D’glingués… et tant d’autres, que le Préfet Arhoul prend un évident plaisir à découvrir (au stand de tir sportif de l’amicale du centre, il mettra dans le mille !), tandis que je lui explique les participations de telle ou telle de nos associations aux politiques contractuelles qu’il gère. Bien sûr, il n’a pas pu éviter la palinka de notre ville jumelle hongroise !

 

 

C'est la fête des assos !
C'est la fête des assos !
C'est la fête des assos !
C'est la fête des assos !
C'est la fête des assos !
C'est la fête des assos !
C'est la fête des assos !
C'est la fête des assos !
C'est la fête des assos !
C'est la fête des assos !
C'est la fête des assos !
C'est la fête des assos !

Après toutes ces épreuves, je n’ai pas manqué de lui offrir le meilleur cadeau de bienvenue à Wattrelos : une Berlouffe !

C'est la fête des assos !

A l’espace central de la salle, des démonstrations se succèdent (telle celle de danse urbaine de la nouvelle association, Indépendanse, avec l’inépuisable Nordine), tandis qu’à la mezzanine, Amitiés motards veille au réconfort des visiteurs.

C'est la fête des assos !

Dans ma (brève) prise de parole, je rappelle les propos du philosophe Jean Bodin : « Il n’est de richesse que d’hommes », et au préfet Arhoul, je présente ainsi la vraie richesse de Wattrelos : toutes ces femmes, tous ces hommes, bénévoles, qui donnent tant de temps, tant d’énergie, tant de cœur à leur association !

 

Bravo à toutes et tous, c’est une belle fête !

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 20:40
Russie-Amérique en musique au CSE !

Non, ce n’est pas un remake de la guerre froide URSS-Etats Unis qui nous est rejoué ce soir, mais la (superbe) programmation choisie pour son concert du nouvel an de l’orchestre des musiciens du Nord au centre socio-éducatif aura été très typée.

 

Dans une salle comble, et sous la baguette (émérite) de son jeune chef (qui est aussi celui de l’Union musicale wattrelosienne), Guénaël Catteloin, ce bel orchestre de jeunes musiciens (né à Wattrelos en 2013 et qui procède à ses répétitions en notre conservatoire) aura fait passer de forts bons moments à son public mélomane.

 

C’est d’abord l’Est qui inspira la première partie. L’orchestre attaqua en effet par La Polonaise, extrait de l’opéra Eugène Onéguine de Tchaïkovski. Cet opéra, créé en 1879, s’inspire d’un roman de Pouchkine, et évoque le très grand amour, dramatique, de Tatiana pour le beau mais déraisonnable Onéguine. Avec la seconde partition, toujours de tonalité russe, l’orchestre nous fait visiter Les steppes de l’Asie centrale de Borodine, composé en 1880, pour les 25 ans de règne d’Alexandre II : deux thèmes forts à ce morceau, l’un à la clarinette, l’autre au cor anglais, pour une oeuvre construite sur un crescendo et un decrescendo orchestral.

 

Enfin, troisième morceau, retour à Tchaïkovski, avec une Ouverture 1812 écrite en 1882 pour le 70e anniversaire de ce que les Russes considèrent comme leur victoire sur les troupes napoléoniennes pendant la campagne de Russie. Engagée sur une choral (altos et violoncelles), solennel avec l’hymne du Tsar, la composition laisse imaginer les armées qui se mettent en marche, la présence française via les premiers accords de La Marseillaise, et se termine par des volées de cloches qui célèbrent la victoire !

 

En seconde partie, l’orchestre  aura traversé l’Atlantique avec les quatre mouvements de la 9e Symphonie du Nouveau Monde d’A. Dvoräk. Compositeur romantique tchèque, qui prit en 1892 la tête du conservatoire de New-York (jusqu’en 1895), Dvoräk fut marqué par cette période américaine de sa vie et composa cette symphonie en 1893, inspirée de la légende indienne de Yawata, où alternent mouvements très apaisés et rapides autour du thème musical que chacun connaît. A tout le moins, c’était le cas du public du CSE qui aura ovationné debout ce vraiment très brillant orchestre (qui reprit La Polonaise en rappel) !

 

Deux qualités majeures : le talent et la jeunesse ! Et un bien beau moment culturel à Wattrelos ! 

 

Russie-Amérique en musique au CSE !
Partager cet article
Repost0