Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 11:07

L’avantage des chiffres budgétaires, c’est qu’ils sont objectifs, vérifiables par tous, et publics ! Aussi, alors qu’en ce moment, à la Commission des Finances de l’Assemblée nous passons en revue les évolutions budgétaires des différentes « missions » de l’Etat, cela vaut la peine de s’intéresser à la mission « Sécurité » et à la vérité des chiffres en matière de moyens donnés comparativement par la gauche et la droite aux forces de sécurité.

 

Car j’en ai assez de lire sur les réseaux sociaux, certains qui « veulent de la sécurité » et dénigrent Hollande, (gardant sans doute une nostalgie pour Sarkozy !), alors même que c’est Hollande qui a créé des postes dans la police, alors que c’est Sarkozy qui en a détruit par milliers ! Et que notamment, ici sur Roubaix-Wattrelos, nous continuons de payer les désastreuses conséquences des suppressions de postes de Sarkozy !

 

J’en ai marre de ces procès d’intention à Hollande et à la gauche, alors que la gauche au gouvernement, avec Hollande, fait le boulot ! Regardons la vérité des chiffres. Et en termes budgétaires, c’est implacable.

 

1. Quand la droite a voté la destruction de 12 519 emplois sur 5 ans, la gauche a voté la création de 7 319 postes sur les 4 premières années du quinquennat dans la police et la gendarmerie !

 

Il s’agit des plafonds d’emplois, c’est-à-dire le nombre maximal d’emplois autorisés.

 

 

 

2007

 

2012

2015

LFI 2016

Gendarmerie

 

102 101

 

95 858

97 215

99 790

Police

 

149 965

 

143 689

145 197

147 076

 

→ Présidence Sarkozy (variation 2007/2012) =       - 12 519 sur 5 ans (- 5 %)

→ Présidence Hollande (variation 2016/2012) =      + 7 319 sur 4 ans (+ 3 %)

 

2. Dans les écoles de police, 400 élèves en 2012, mais 4 500 élèves en 2016 !

 

Voilà la réalité des chiffres. Ils disent, mieux que tout long discours, que François Hollande fait plus pour la sécurité des Français que Nicolas Sarkozy ne l’a jamais fait !

 

Partager cet article
Repost0
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 08:05

Le 2 juin dernier, j’avais saisi le Directeur Général de l’Association des Paralysés de France du devenir de l’implantation économique roubaisienne, APF Entreprise, dont une délégation de représentants des salariés m’avait fait part des projets, préoccupants, de regroupement de ces activités sur Templemars.

 

En cette fin de semaine, je viens de recevoir une réponse de Prosper Teboul, Directeur Général de l’APF, qui précise les causes de cette relocalisation, à commencer par la destruction à venir des bâtiments inclus dans un périmètre de réaménagement urbain, et par le rapprochement de l’entreprise, prestataire, de son principal donneur d’ordre qui est à Seclin. Mais, suite à des rencontres avec la mairie de Roubaix, plusieurs pistes d’intégration des activités de cette entreprise adaptée au tissu économique roubaisien sont dorénavant explorées.

 

Pour l’heure, surtout, il me confirme qu’aucune décision n’est prise, et ne le sera pas avant mi-août ! Gardons donc l’espoir.

 

Pour lire mon courrier initial, cliquer ici.

 

Pour lire la réponse du DG, cliquer ici.

 

Partager cet article
Repost0
22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 16:51

Déposée et défendue par mon collègue et ami Rémi Pauvros, Député du Nord, c’est une proposition de loi concrète, importante qui a été votée à l’unanimité par l’Assemblée Nationale la semaine dernière. 

 

Concrète pour de très nombreux habitants excédés par les nuisances sonores engendrées par la circulation sur la voie publique de mini-motos, quads et autres motocross non homologués et aux pots d’échappement débridés,

 

Importante pour les élus locaux et les policiers nationaux et municipaux qui, au quotidien, doivent se battre contre la circulation dangereuse de ces deux roues avec les risques inhérents d’accidents, voire mortels, qu’ont déjà occasionnés ces engins motorisés et l’inquiétude que ressentant de nombreux piétons et parents. Sachant que, de surcroît, l’interpellation de ces engins et de leur conducteur n’est jamais aisée compte tenu non seulement des risques à prendre, mais aussi à faire courir aux personnes, adultes et enfants, qui peuvent se trouver dans la rue à ce moment-là !

 

La proposition de loi votée en première lecture à l’Assemblée, dès son adoption définitive que j’espère la plus rapide possible, comporte trois avancées essentielles :

 

D’abord, elle permet de confisquer les mini-motos, quads et autres moto-cross circulant sur les voies ouvertes à la circulation dès la première infraction (aujourd’hui cela n’est possible qu’en cas de récidive) et même si- et surtout- le conducteur n’est pas le propriétaire.

 

Ensuite, elle renforce la lutte indispensable contre les nuisances sonores causées par ces deux-roues en instaurant une obligation d’équipement d‘un dispositif d’échappement silencieux mais également de donner la possibilité aux policiers d’immobiliser (le temps de vérifier le volume sonore généré par l’engin motorisé) et de mettre en fourrière un véhicule exagérément bruyant.

 

Enfin, elle crée l’obligation d’identification auprès de l’administration des véhicules non soumis à réception dont la vitesse dépasse 25km/h, assortie d’une contravention de 5ème classe ( 1500€ !) en cas de non-respect et d’une peine complémentaire de confiscation de l’engin en cas de récidive.

 

Cette proposition de loi ne s’applique pas bien sûr aux motos homologuées, aux motards citoyens respectueux de leur environnement et c’est la raison pour laquelle ce texte a été soutenu par la Fédération française de motocyclisme et les différentes instances professionnelles du cycle, du motocyclisme et de l’automobile.

 

Ce texte doit maintenant poursuivre, à la rentrée de septembre, sa voie au Sénat. Plus tôt il sera voté  (à l’unanimité aussi, j’espère) plus tôt il viendra apporter une réponse concrète et efficace aux habitants de nos villes en donnant des moyens adaptés et nouveaux aux forces de police pour réduire, à la fois, les nuisances sonores exaspérantes et les dangers permanents que génèrent ces véhicules et leurs conducteurs.

Partager cet article
Repost0
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 17:07

A la lecture de la presse locale ce mardi, je me suis retrouvé à découvrir deux informations pour moi antagonistes. La première, positive, concerne le soutien d’un Ministre - Patrick KANNER - à son Président (candidat naturel à la candidature du PS) François Hollande en vue de l’élection de 2017

 

L’autre information, négative et regrettable, annonce la création d’un collectif dont l’indépendance n’est que de mots, rattaché pour beaucoup au PS, composé d’aficionados de Martine AUBRY. « Réussir 59 » : curieux nom, pour regrouper autant de perdants. Je ne peux que sourire car je ne parviens pas à ne pas me demander comment ceux qui ont autant échoué hier, peuvent promettre la réussite demain… avec eux !

L’article annonce des adhésions à venir, et explique clairement qu’il a pour objectif de réunir des déçus (pourtant membres du PS) des textes de lois Travail et Déchéance de nationalité. Textes essentiels pourtant du Gouvernement de gauche.

 

Mon inquiétude est grande pour l’avenir du PS, et donc pour l’avenir de la gauche (car si le PS perd, c’est toute la gauche qui perdra) si à l’approche des échéances majeures des élections nationales, le parti se divise. Je le disais lors de mon discours le jour de la fête de la Rose à Wattrelos ; et le Premier Ministre, mon invité, insistait également sur l’indispensable unité d’un parti qui a su en 2012 démontrer sa force, mais aussi sa capacité à redresser les comptes de la France et à défendre notre modèle social.

 

Aux déçus, Manuel VALLS apportait une réponse simple : la nécessité de se montrer réaliste face aux défis imposés à la France.

 

Aux réfractaires, il recommandait l’unité, la solidarité et la loyauté. Car sans union, il n’y a pas de victoire non seulement possible, mais même pensable.

 

Pour ma part, je me contenterai de réitérer mon soutien au Gouvernement, au Président de la République, et de rappeler mon dévouement à mes concitoyens. Aux aventuriers de la réussite, je ne peux m’empêcher de les inviter à relire  la leçon énoncée par Confucius : « Si vous vous engagez dans un voyage de vengeance, creusez deux tombes ».

 

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 08:48

Comme tous les maires de la MEL je pense, je viens de recevoir un courrier de Sébastien Leprêtre, Vice-Président de la MEL, chargé de l’assainissement, destiné à nous informer sur « l’évènement pluvieux et orageux » du 7 juin.

 

Il rappelle la succession de pluies importantes qui ont saturé sols et réseaux, alors même que le 7 juin sont tombées des pluies violentes et durables. Et souligne que dans ce moment de crise, 200 000 m 3 d’eau ont été stockées dans les bassins de la MEL.

 

Pour lire la lettre de S Leprêtre et les cartes jointes, cliquer ici.

Partager cet article
Repost0
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 08:07
Une réponse parue au J.O.

Ce matin, le Journal Officiel m'apporte la réponse à la question que j'avais posée au Ministre de la décentralisation et de la fonction publique sur la problématique du manque d'attractivité des postes d'orthophonie dans la fonction publique hospitalière.

 
Pour relire l'intégralité de ma question et prendre connaissance de la réponse, cliquez ici.
 
 
Partager cet article
Repost0
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 09:48
Inondations, le Ministre de l'Intérieur me répond !

Alors que le quartier du Laboureur était inondé lors des fortes précipitations de ce vendredi, j’avais échangé avec le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, sur la nécessité de prendre rapidement les dispositions nécessaires pour que l’état de catastrophe naturelle soit déclaré.

 

Le Ministre m’a fait parvenir dans la journée de samedi un courrier assurant ma commune et ses habitants de « sa sympathie et de son soutien », et que s’étant rapproché des services préfectoraux il veillait à ce que le dossier de « déclaration au titre des catastrophes naturelles » soit présenté au plus vite « devant la commission interministérielle compétente ».

 

La déclaration vaudra aussi, comme il le confirme, pour Roubaix, qui a été durement touchée au Sartel sur l’autre rive du canal.

 

Pour lire la lettre du Ministre de l’Intérieur, cliquer ici.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2016 5 17 /06 /juin /2016 09:46
Wattrelos durement touchée par les inondations

Terrible vendredi pour nombre de mes concitoyens. La pluie n’a cessé de tomber, forte et durable, et après les précipitations du 7 juin dernier qui avaient provoqué des inondations sur les réseaux proches de Tourcoing (quartiers du Mont-à-Leux, des Trois Pierres, rue Six), cette fois, ce sont des rues proches de Roubaix qui ont été très durement touchées (rue du Rivage, Charles Quint, Espierre,…), en bordure du canal de Roubaix. Il est vrai que le canal de Roubaix a débordé, recouvrant ses abords, et qu’il est tombé sur ce secteur près d’1 mètre d’eau. Du jamais vu ! On a beau me dire que ces pluies sont « exceptionnelles », le sentiment de bon nombre de mes concitoyens qui ont les pieds dans l’eau, c’est que « l’exceptionnel »… n’est pas si exceptionnel que cela, puisqu’il revient ! Il est vrai que c’est un problème structurel de Wattrelos, point bas hydrologique de toute la Métropole et que sur Wattrelos, se croisant précisément dans le quartier du Laboureur, les deux collectes d’eaux du versant roubaisien et du versant tourquennois, convergent vers Wattrelos ; et cette accumulation d’eaux, si elle ne sait pas s’écouler, déborde ! Et c’est rageant ! Bien sûr, je pourrai me dire qu’il y a des décennies, ces phénomènes se produisaient déjà : mais est-ce pour autant acceptable ? Non, ni pour les riverains concernés, ni par leurs représentants élus !

 

J’ai la conviction qu’il faut que la MEL réexamine en profondeur les dogmes de son réseau d’assainissement. Bien sûr, il y a des travaux de prévus. Mais ma conviction est que c’est la trame même de tout le réseau qu’il faut repenser, en tenant compte aussi des « tuyaux » belges, car les eaux de nos voisins aussi viennent chez nous !

 

Toute l’après-midi, avec Henri Gadaut, superbe 1er Adjoint à la Sécurité, le Directeur Général des Services et les services techniques municipaux, ce ne fut que cellule de crise et interventions sur le terrain. Aidés des services de la MEL, et des entreprises mobilisées, mes gars ont fait un gros boulot ! Bravo à eux. Ce fut un réconfort important pour les personnes inondées, comme je m’en suis rendu compte moi-même sur place rue du Rivage.

 

Merci aussi aux messages de soutien du Président de la Région, et à la disponibilité personnelle de Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, que j’ai sollicité immédiatement pour l’état de catastrophe naturelle.

 

Pour autant, des questions demeurent, et si, à chaque fois on se dit « plus jamais ça », vue la fréquence des dérèglements climatiques, nos villes de surface doivent savoir se mettre en accord avec leurs sous-sols, dimensionnés pour les pluies d’une époque, et qui, d’évidence, ne le sont plus pour notre époque.

 

Pour l’heure bien sûr, ce sont les plaies qu’il faut soigner. Mais, ensuite, il faudra que « ceux qui savent » révisent leurs paradigmes et leur doctrine, bref leur réseau, pour que nos concitoyens du Laboureur/Sartel, de Wattrelos comme de Roubaix, puissent vivre dans la quiétude que la collectivité publique leur doit.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 07:36
Un minibus pour nos aînés, sur fonds municipal !

Les locataires de la résidence du Touquet étaient à la fête, ce jeudi en début d’après-midi.

 

D’abord en découvrant le Renault Trafic 9 places tout confort qui les véhiculera lors de leurs futures sorties et animations ; mais aussi en célébrant, avec quelques jours d’avance, la fête de la musique en compagnie de collégiens de la SEGPA de Nadaud.

 

La résidence du Touquet bénéficie de ce nouveau « minibus » : sa Direction a su se montrer convaincante en répondant à un appel à projets (baptisé « lieux de vie collectifs, axe 1 ») lancé par la CARSAT Nord Picardie et la fondation Bruneau (via l’UNCCAS, qui fédère les centres communaux et intercommunaux d’action sociale, et plus particulièrement Madame Descamps et M. Gaermayn), financeurs principaux (le CCAS de la Ville a complété ce financement).

 

J’étais bien entendu présent, en compagnie de Laurence Sueur, l’Adjointe du quartier, devant la résidence pour la réception et la présentation du véhicule aux résidants, rejoints le temps d’une photo-souvenir par les collégiens de Nadaud présents.

 

En effet, à l’intérieur de la résidence, dans la salle de convivialité baptisée « Le café des pêcheurs » (la décoration intérieure évoque l’univers de la mer), tout le monde, jeunes et moins jeunes, avait rendez-vous pour écouter le récit de « Yakouba » (… et le lion, une œuvre de Thierry Dedieu), conté et mis en musique par quelques pensionnaires percussionnistes pour l’occasion ! Ils ont raconté, puis fait vibrer avec talent leurs percussions, en compagnie d’un intervenant de l’association Kaï Dina, mettant une chaude ambiance – digne de la savane ! – dans la résidence. Et dire qu’ils ne pratiquent que depuis deux ans seulement… Leur maîtrise est impressionnante. Et comme ils ont pris la bonne habitude de partager leur plaisir avec les élèves de l’école Jean-Macé et du collège Nadaud, Farid, le directeur de la résidence, annonce qu’un CD serait enregistré l’an prochain !

Un minibus pour nos aînés, sur fonds municipal !
Un minibus pour nos aînés, sur fonds municipal !

Une action culturelle extra-ordinaire au sens propre, rendue possible par un (autre) appel à projets, déposé cette fois auprès du service Culture et développement du Conseil Départemental.

 

Les collégiens de Nadaud, d’abord auditeurs attentifs, ont ensuite complété cet entraînant mouvement musical, histoire de faire vivre une fête de la musique très en avance, mais intelligemment intergénérationnelle.

Un minibus pour nos aînés, sur fonds municipal !
Partager cet article
Repost0
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 16:26
Laurent Berger : changer le travail par les salariés !

Ce mercredi matin, le groupe socialiste reçoit Laurent Berger, Secrétaire national de la CFDT pour évoquer la place du syndicalisme aujourd’hui.

 

D’entrée, il insiste sur la période que l’on vient de vivre : chômage, croissance en berne, inégalités, sont de profondes mutations qu’on est en train de vivre, accentuées par la révolution numérique et la transition écologique : cela bouscule le modèle productif. A cela s’ajoute la rapidité de la circulation de l’information : avant même que les plus hautes autorités de l’Etat soient au courant, tout est sur les réseaux sociaux.

 

Ces mutations ne sont pas suffisamment expliquées. Elles bouleversent le travail, l’emploi et la protection sociale, cela se conjugue avec une mise en cause  des corps institués, une méfiance, dans un « brouhaha », qui illustre une attente assez forte à l’égard de l’Etat, alors que les acteurs ont du mal à donner du sens (diagnostic, et dire où l’on va).

 

On casse tout (pour reconstruire l’idéal) en mettant fin à toutes les protections, ou on ne touche à rien (et rien n’est possible !) : cela nourrit le sentiment chez les salariés qu’on n’y arrivera pas ! Cela crée beaucoup de dégâts, avec une perte de conscience collective, voire un sentiment de déclassement qui fait le jeu du Front National. En plus, le débat se fait en 140 signes, ce qui n’est pas satisfaisant, et cela crée des insultes, de la tension. Après le passage à l’acte verbal, le risque c’est le passage à l’acte physique !

 

Le rôle d’un syndicat est de convaincre que le progrès social est toujours possible, avec plus de délibérations, et plus de dialogue.

 

L’objectif de la CFDT reste l’émancipation individuelle et collective. Mieux vaut travailler pour du mieux pour tous dans le temps, plutôt que tout pour quelques-uns tout de suite. Par exemple, sur les retraites complémentaires, il faut sauvegarder par répartition, mais pour la préserver, il faut des efforts partagés : le progrès se mesure sur la durée.

 

Sur le dialogue, une démocratie c’est de faire émerger des intérêts divergents, et de leur donner un espace de confrontation encadré pour qu’émergent des compromis. Il y a là deux types de syndicalismes qui s’affrontent, qui ne se résument pas à l’opposition entre réformistes et contestataires, entre modérés ou non-modérés, mais à la capacité à regarder la réalité dans les entreprises telle qu’elle est dans les entreprises.

 

Le syndicalisme n’est pas que le cri du peuple, mais la capacité à obtenir des résultats concrets ! Dans un clin d’œil à l’actualité, L. Berger estime qu’on doit être capable de dire ce qui est mieux ou pas mieux.

 

Au Congrès de Marseille, nous avons insisté sur le développement de la compétence et le dialogue social. Le projet de construction de société, il ne doit pas se construire qu’avec les politiques mais aussi avec les citoyens. Et pour la CFDT, le terrain d’action privilégié, c’est l’entreprise et le lieu de travail.

 

C’est là qu’on attend de nous la capacité à agir pour les salariés. Car l’entreprise c’est quoi ? C’est d’abord des salariés, qui sont les plus ardents défenseurs de leur entreprise. Et nous, nous voulons que les salariés puissent peser sur les décisions qui les concernent.

 

Si on veut éviter que le patron décide de tout, il faut redonner du poids au syndicat dans l’entreprise. L. Berger se dit « persuadé que c’est cela qui se joue aujourd’hui », notamment avec la Loi Travail.

 

Et il conclut en faisant référence à ce que disait la CFDT dans les années 30 : « On commence à changer la société quand on commence à changer le travail ! »

 

Cette rencontre-débat de cette « voix de responsabilité » avec le groupe socialiste était plus qu’intéressante, mais une remarque quand même : aucun de nos « députés frondeurs » n’est venu participer à cette discussion !

Partager cet article
Repost0