Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 09:26

Confronté à une menace terroriste persistante et d’une gravité sans précédent, le Gouvernement, dans le droit fil de la loi votée le 20 novembre 2015 modernisant le cadre juridique de la loi de 1955, a proposé au Parlement de prolonger de trois mois l’état d’urgence, jusqu’au 26 mai 2016.

 

L’enjeu est crucial. Il s’agit de tout faire pour assurer la protection des Français, déstabiliser les filières terroristes, empêcher de nouveaux attentats tragiques comme ceux du 13 novembre dernier (130 victimes innocentes tuées).

 

Le Ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, l'a rappelé à la tribune de l’Assemblée nationale : l’état d’urgence est le bouclier de l’état de droit lorsque la situation l’exige ; par définition, tout dispositif d’exception – perquisitions administratives, assignations à résidence, etc.  est mis en œuvre dans le cadre du respect de la loi.

 

Depuis l’instauration en novembre 2015 de l’état d’urgence, 3 379 perquisitions administratives ont été réalisées, 580 armes saisies, 995 personnes ont été interpellées, dont 344 gardées à vues. 67 condamnations ont d’ores et déjà été prononcées, avec des peines d’emprisonnement fermes pour 54 personnes. De nombreuses procédures judiciaires ouvertes sous la qualification d’activités à caractère terroriste sont en cours actuellement sous l’égide de la Justice.

 

Je l’écrivais il y a quelques jours, lors du vote du projet de loi constitutionnelle de protection de la nation : plus de trois cinquièmes des députés, ont décidé d’inscrire dans le marbre de notre Constitution le caractère exceptionnel de l’état d’urgence, avec pour corollaire le respect des droits des personnes.

 

Je considère donc pleinement justifié l'état d'urgence actuel, comme le Premier Ministre, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, pour la sécurité de nos concitoyens.

 

Mais cet état d’urgence doit être provisoire : sa prolongation jusqu’au 26 mai prochain doit être mise à profit par nos forces de police et de sécurité et par la justice pour mener à bien les opérations nécessaires de lutte contre le terrorisme.

 

Le Premier Ministre l'a annoncé : dans les prochaines semaines, des mesures seront prises contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, en relais de l’état d’urgence.

 

L’Assemblée nationale en débattra début mars.

Partager cet article
Repost0
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 12:03
Emmanuel Macron inaugure le campus OVH

Affaire familiale, le groupe OVH, ce sont 17 datacenters, une présence dans 17 pays, 250 000 serveurs, plus d’un million de clients, 1 200 employés. Ce lundi matin, le ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique, Emmanuel Macron, est venu inaugurer le nouveau campus du groupe, à Roubaix, où vont travailler 400 personnes supplémentaires, en présence de Xavier Bertrand et de Damien Castelain, présidents de la Région et de la MEL.

 

Henri Klaba, fondateur du groupe, l'affirme:  « OVH aime se battre avec ses concurrents. La vie est plus intéressante quand on gagne des matches ». Comment ne serai-je pas d’accord avec lui ?

 

Lui-même ingénieur de polytechnique Varsovie (ses enfants ont étudié à l’ICAM de Lille), il a fondé un groupe leader européen, l'un des leaders mondiaux. En quinze ans, il a dépensé 700 M€, réinvesti tout l'argent gagné, n'a versé aucun dividende. Son développement est purement interne, et l’équipe est constamment en formation. C'est innovant - y compris dans l’organisation de la société - et bien dans l’esprit start-up ! L’investissement inauguré aujourd’hui est le début d’un programme : OVH « va recruter de manière massive » (l’équipe des collaborateurs va doubler d’ici 2020) et investira davantage en quatre ans qu'en quinze ans !

Emmanuel Macron inaugure le campus OVH
Emmanuel Macron inaugure le campus OVH

C’est en soulignant cet effort qu’Emmanuel Macron a commencé son discours : « le numérique, quand ça marche, c’est un lieu de vie et de production » ! Saluant cette « formidable réussite depuis 1999 », le ministre la voit comme 3 aventures :

> une aventure personnelle : la famille Klaba est un « formidable exemple de ceux qui entreprennent », rappelant qu’on ne réussit pas à chaque fois, mais il faut prendre le risque ;

> l’aventure d’une terre : rappelant le soutien des collectivités locales, et que « le territoire vous a aidé », le Ministre a voulu mettre « en lumière qu’ici on construit l’emploi de demain ; c’est une formidable promesse d’espoir » ;

> l’aventure du numérique, que soutient l’Etat. E. Macron insiste sur la mobilisation de l’Etat en matière d’achats publics et d’exemplarité. Il a modifié, par ordonnance, le cadre de l’achat public où est inséré désormais le critère d’innovation, d’environnement et social, « Au sein de la French Tech, nous prenons des décisions structurantes », et il a demandé à l’UGAP de les rejoindre dans ces initiatives.

Le rôle de l’Etat, c’est de « simplifier, de donner un cadre pour accélérer ». Ainsi, dans la bataille des normes et de la standardisation (où « c’est la loi du plus fort »), nous devons « avoir une réponse française en termes de standards, c’est une exigence absolue ! »

« La confiance numérique est la condition de notre souveraineté ». Il faut « offrir aux clients la sécurité », et « il n’y a pas d’arrogance à penser que nous pouvons gagner la bataille face aux américains ».

Ayant bien compris les préoccupations de la MEL sur la fibre optique, le Ministre a dit qu’il annoncerait des décisions pour la Métropole le 24 mars prochain.

Et de conclure « votre histoire prend aujourd’hui une nouvelle accélération ! Ici ce n’est pas une terre de nostalgie industrielle, mais une terre d’ambitions ».

Après l’inauguration, j’ai participé à ses côtés à un Comité de pilotage, une revue de politique industrielle, qui réunit nombre de chefs d’entreprise travaillant sur « l’industrie du futur ». Puis, direction Wattrelos…

Emmanuel Macron inaugure le campus OVH
Emmanuel Macron inaugure le campus OVH
Partager cet article
Repost0
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 09:28

S'il est un domaine où la Présidence Sarkozy a fait des dégâts, c'est bien la sécurité, notamment par les très importantes suppressions d'emplois dans la police et la gendarmerie. Lourdes de conséquences ici, dans l'agglomération roubaisienne.

 
Depuis son retour au gouvernement, la Gauche a fait de la sécurité une priorité budgétaire. Loi de finances après loi de Finances, cette mission a bénéficié de créations d'emplois consistantes depuis 2012. Ce vendredi 12 février, le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve, a fait le point sur l'évolution récente des effectifs de police.
 
Plus de 4 600 élèves sortiront désormais des écoles de police, dans le cadre du renforcement des effectifs à la suite notamment des attentats : c'est dix fois plus qu'en 2012 (488 à l'époque) !
 
Pour la gendarmerie, les écoles permettront de renforcer les unités de 3 970 sous-officiers en 2016 ; de 3 560 en 2017.
 
Bernard Cazeneuve a rappelé l'effort du Gouvernement, depuis 2012, pour recruter policiers et gendarmes, notamment après les attentats de janvier et novembre 2015. " La police et la gendarmerie avaient perdu plus de 13 000 emplois entre 2007 et 2012 ; nous en aurons recréé plus de 9 000 d'ici la fin du quinquennat " a réaffirmé le Ministre.
Partager cet article
Repost0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 16:00
"Déchéance" : le Gouvernement réécrit l'article et obtient une majorité !

A la suite de l'intense débat public sur le sujet, le Président de la République a reçu en présence du Premier ministre l'ensemble des formations politiques représentées au Parlement pour les consulter. A la suite de cette concertation, le Gouvernement a décidé de proposer une nouvelle rédaction de l'article 2 du projet de loi constitutionnelle pour créer, si possible, les conditions du rassemblement le plus large. C'est le sens de l'amendement 63 - je l'ai voté et il a été adopté cette nuit. Il se fonde sur les principes suivants :

 

1) Le projet de révision ne comporte plus aucune référence à la pluri-nationalité ;

 

2) Dans un souci du respect du principe d'égalité, le projet de loi ordinaire unifiera les régimes de déchéance applicables aux personnes condamnées, naturalisées ou nées françaises ;

 

3) Le projet encadre très strictement le périmètre des infractions pouvant entraîner la déchéance, selon un double critère. Le premier est un critère de gravité des infractions, crimes ou délits ; le second restreint la déchéance aux seuls actes de terrorisme et aux autres atteintes graves à la vie de la nation, telle la trahison et des infractions de gravité équivalente ;

 

4) La disposition couvre à la fois la déchéance de nationalité et celle des droits attachés à celle-ci. Ainsi, la loi ordinaire prévoiera un régime global, applicable à tout individu condamné pour un crime ou un délit portant atteinte grave à la vie de la nation. Cela, dans le respect des dispositions proscrivant la création de nouveaux apatrides, conformément aux principes humanitaires définis par le droit international dans l'après-guerre (conventions de 1954 et 1961) ;

 

5) La disposition renvoie à la loi le soin de définir le régime juridique dans lequel s'inscrira la déchéance : peine complémentaire ou décision administrative prise après avis conforme du Conseil d'Etat.

 

Voilà pourquoi, à l'alinéa 3 de l'article 2 du projet de loi portant réforme constitutionnelle (il modifie l'article 34 de la Constitution), l'amendement du Gouvernement le précise : la loi fixe les règles concernant la nationalité, y compris les conditions dans lesquelles une personne "peut être déchue de la nationalité française ou des droits attachés à celle-ci lorsqu'elle est condamnée pour un crime ou un délit". Il a été adopté.

Partager cet article
Repost0
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 10:18

Adopté définitivement en juillet dernier par l’Assemblée nationale, la loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l’emploi comporte en son sein des avancées sociales majeures. Au premier rang d’entre elles, la création de la prime d’activité : elle a remplacé la prime pour l’emploi (PPE) et le volet activité du revenu de solidarité active (RSA).

 

Entrée en vigueur le 1er janvier 2016, la prime d’activité vient compléter les revenus d’activité professionnelle. Elle est d’ores et déjà un succès : en à peine un mois d’existence, son fonctionnement est déjà meilleur que celui du RSA activité pendant des années ! Le montant moyen s’élève à 170 euros par foyer ; il a représenté un coût total de 255 millions d'euros en janvier.

 

Cette prime d’activité mensuelle plus simple (plus de papiers à remplir, elle peut se demander en ligne), plus juste (elle est versée aux travailleurs gagnant moins de 1 500€ par mois pour un célibataire), mieux ciblée ( les apprentis et les étudiants peuvent y avoir droit sous réserve de revenus d’activités suffisants) a été versée le 5 février dernier pour la première fois par les Caisses d’allocations familiales (Caf) et les Caisses de mutualité sociale agricole (MSA) à 1,5 million de ménages, soit 2 millions d’allocataires, donc 3,3 millions de Français !

 

Au demeurant, 225 000 jeunes âgés de moins de 25 ans, auparavant exclus du RSA activité, en ont bénéficié ! Ce sont surtout 700 000 Français de plus, en un seul mois de fonctionnement, par rapport à l’ancien dispositif !

 

Au total, plus de 5,6 millions d’actifs dont 1 million de jeunes sont éligibles à la prime d’activité. A l’opposé d’un minima social, cette prime d’activité a pour double objectif de valoriser le travail de tous les actifs de plus de 18 ans et d’inciter à la reprise d’activité.

 

Marisol Touraine, la ministre des affaires sociales, l'a indiqué lors des questions au Gouvernement : la prime d’activité pourra être perçue avec effet rétroactif au 1er janvier si la demande est effectuée avant le 31 mars. Il suffit de se connecter sur le site de la CAF pour vérifier son éligibilité.

 

En ce début d’année, où l’on se souhaite des vœux malgré le contexte difficile, cette prime d’activité vient donner du pouvoir d’achat aux travailleurs modestes. L’aide est importante, et peut permettre de boucler les fins de mois difficiles de nombreux concitoyens. Cette nouvelle prestation sociale est un progrès social majeur ; elle témoigne de l’engagement de la Gauche gouvernementale en faveur de la reprise économique et du soutien au pouvoir d’achat des travailleurs modestes.

Partager cet article
Repost0
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 12:17
Réforme constitutionnelle : " Être juste et fort " !

Le symbole est fort : le 6 février 1934, les ligues factieuses d’extrême droite menaçaient la République. A la veille de cette date anniversaire, le Premier ministre Manuel Valls monte à la tribune de l’Assemblée, ce vendredi matin, pour défendre la République contre les menaces du terrorisme et les ennemis de la France, y compris de l’intérieur ! Député de la nation, je mesure avec gravité et responsabilité ce moment institutionnel. Dans ce combat pour la réforme et la défense de la France et des Français, je soutiens avec force le Président et le Premier ministre.

 

D’entrée, Manuel Valls le souligne : « Le but de guerre du terrorisme est de s’attaquer à nos valeurs. La menace terroriste est là, durable, hors de nos frontières mais aussi tout près de nous. Nous venons de franchir le seuil de 2 000 Français impliqués en Syrie.

 

La lutte contre cette radicalisation sera l’affaire d’une génération. Le terrorisme nous fait la guerre. 11 tentatives d’attentats ont été déjouées en 2015. La France est une cible, elle n’est pas la seule. Face à cela, la revendication des Français est de tout faire pour assurer leur protection, c’est une unité sans faille.

 

A Versailles, le Président de la République a fait un serment. Ce moment solennel de Versailles nous engage. Cet engagement du 16 novembre, c’est aussi cette réforme de la Constitution, pour « adapter notre règle de droit à la menace ».

 

L’article 1 donnera à l’état d’urgence un fondement incontestable car les deux régimes (l’article 16 et l’article 36 sur l’état de siège) ne prévoient pas la situation vécue par la France. Avec cet article, nous gravons dans le marbre le caractère exceptionnel de l’état d’urgence. Le régime juridique sera complété par une loi ordinaire. Il s’agira de créer des mesures individuelles de contrainte graduée et flexible dans le respect des droits des personnes.

 

Inscrire l’état d’urgence dans la norme suprême, c’est subordonner son application au droit.

 

Le Gouvernement déposera au Sénat le 9 février un projet de loi prolongeant l’état d’urgence. Oui, l’état d’urgence est efficace, indispensable pour la sécurité de nos concitoyens. L’état d’urgence est bien sûr provisoire ; sa prolongation jusqu’au 26 mai permet au Gouvernement le temps de prendre les mesures pour renforcer dans la durée les moyens des autorités judiciaires et administratives afin de lutter contre le terrorisme.

 

L’article 2 modifie l’article 34 de la Constitution pour préciser les conditions dans lesquelles une personne, même née française, peut être déchue de sa nationalité.

 

Nous avons besoin d’actes. Comment ceux qui rejettent nos valeurs, qui déchirent le pacte républicain, qui s’engagent dans une armée terroriste pour tuer leurs compatriotes pourraient-ils rester français ?

 

Aujourd’hui, la déchéance de nationalité est la réponse collective des Français à d’autres Français ayant choisi de porter atteinte à la vie collective de la nation !

 

Aujourd’hui, seuls ceux ayant acquis la nationalité française peuvent être déchus. Pour cette raison, le Gouvernement a souhaité inscrire dans la Constitution un principe d’égalité.

 

Cette mesure de déchéance a un objectif très concret : éloigner de notre territoire des individus dangereux avérés. Nous touchons, avec la déchéance de nationalité, à un élément essentiel de la personne : la sanction proposée est grave.

 

Le Gouvernement considère nécessaire de retenir aussi les délits. La sanction doit aussi pouvoir être individualisée au maximum.

 

Ce texte réalise l’unification juridique des régimes de déchéance de nationalité. Il délimite les infractions. Il n’y aura aucune automaticité.

 

Cette réforme constitutionnelle est un moment exceptionnel dans un contexte  lui-même exceptionnel. Toute révision de cette nature demande du temps, le temps nécessaire. Ce moment exceptionnel nous met face aux plus importantes responsabilités et la plus grande hauteur de vues. Par respect de la parole du chef de l’Etat, par respect des Français, nous devons être forts et unis. Face à la menace, face aux actes de guerre.

 

La nation doit rester cette adhésion salutaire à ce qui nous unit.

 

Nous le rappelons aujourd'hui avec la plus grande force ».

 

Il faut savoir « être juste et fort », comme le souligne après le Premier ministre, le nouveau président de la commission des lois, Dominique Raimbourg.

 

Répondant à la motion de procédure d’une partie des Verts (rejetée largement), Manuel Valls ajoute : « La nation a besoin d’être rassemblée, mais elle a aussi besoin d’être protégée ». Comme lui, je pense en effet qu’ « il faut savoir regarder la réalité en face ! ».

Partager cet article
Repost0
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 18:30
Wattrelos a son budget pour 2016 !

Voilà, ce jeudi soir, Wattrelos s'est doté d'un budget pour 2016 ! 

 

Le Conseil municipal l'a voté, et les élus wattrelosiens le goûtent avec une certaine satisfaction. En effet, peu de communes alentour ont déjà voté le leur. Deuxième satisfaction : boucler le budget 2015 fut très difficile mais nous avons fait ce que nous avions promis ! 

 

Ce que nous promettons, nous le faisons ! L'exécution budgétaire 2015 a été exemplaire. Souvenons-nous : 

- nous avions dit : en 2015, il n'y aura pas de hausse des taux des impôts locaux, pas de hausse des cantines, et les TAP resteront non payants. Nous l'avons fait ! 

- nous avions dit : nous continuerons à réduire le stock de dette : il a baissé de 200 000 € en 2015 ! 

- nous avions dit : nous réduirons les charges financières (intérêts payés) : elles ont diminué de 177 700 € en 2015 ! 

- nous affichions notre volonté de réaliser 1 million d'euros d'économies : les dépenses réelles de fonctionnement sont passées de 52,47 millions en 2014 à 51,42 millions en 2015. Elles ont donc diminué de 1,05 million (- 454 000 € pour les charges à caractère général ; - 199 000 € pour les charges de personnel ; - 214 000 n€ pour les autres charges de gestion ; - 178 000 € pour les charges financières). 

- nous avions dit : nous voulons rétablir les comptes, donc l'épargne, en 2015 : l'excédent des recettes sur les dépenses de fonctionnement est de 360 000 € (après - 420 000 € en 2014). 

 

Notre gestion est économe et prudente. Comme celle de notre dette, elle est adaptée à nos besoins, et surtout à nos recettes. C'est une réalité incontournable, année après année les ressources de la Ville diminuent : 53,30 millions en 2012 ; 53,04 en 2013 ; 52,94 en 2014 ; 52,69 en 2015 ! La vérité des chiffres est incontournable : nos recettes globales baissent, donc nos dépenses doivent baisser. 

 

> Contraint et prudent, le budget 2016 est le meilleur possible ! A 59,03 millions, c'est un budget en diminution de 1,5 % (- 1,2 % pour le fonctionnement ; - 3,4 % pour l'investissement). Les dépenses diminuent donc. Avec trois piliers pour notre stratégie financière : 

- pas de hausse des taux des impôts locaux (pour la sixième année consécutive !). De fait, la fiscalité locale à Wattrelos demeure maîtrisée, comme le montrent les études fiscales de la MEL. Le produit fiscal par habitant est inférieur de 10,5 % à la moyenne des communes de la MEL (et même de 30 % pour la taxe d'habitation !). Pas de hausse non plus des cantines, ni des tarifs des services, et pas de TAP payants ; 

- poursuite du désendettement. La dette baisse encore de 300 000 € en 2016. Elle aura baissé de 1,1 million entre 2011 et 2016. C'est indispensable, puisque les recettes de la Ville baissent ! D'ailleurs, la dette est maîtrisée : l'annuité de la dette (capital + intérêts) en pourcentage des recettes de fonctionnement est plus faible aujourd'hui qu'il y a 15 ans (8,5 % en 2015 contre 8,83 % en 2002 !) ; 

- indispensable stabilité des dépenses de personnel. 

L'autofinancement est conforté : 0,40 million en 2015 (après 0,05 million en 2014) ! 

 

Avec ce budget, la majorité municipale donne aux services municipaux les moyens de fonctionner, pour rendre les services nécessaires aux Wattrelosiens ! 

 

L'opposition, elle, n'aura guère été constructive : les deux conseillers Républicains ne sont pas venus ; le Front de Gauche n'a rien proposé, se réfugiant dans une critique systématique et irresponsable, et veut dépenser plus d'argent… que le budget municipal n'a pas ! 

 

Quant au Front National, il n'a que deux idées : il veuinternaliser et réduire drastiquement la dette. Mais dans le détail, rien ! Comment internaliser quand 69 % des dépenses sont déjà consacrées au personnel : c'est insensé ! Et pour réduire l'endettement, il lui faudrait le courage de dire ce qu'il veut faire, car à l'écouter, trois solutions : arrêter tous les investissements, même d'entretien du patrimoine (il faudrait alors fermer la cuisine centrale et licencier ses agents, les salles de sports, ne pas lancer la rénovation des Villas... et nous n'aurions pas dû faire Beaulieu !) ; supprimer des dépenses, donc des services, donc massivement des postes... ou augmenter fortement les impôts ! Derrière des déclarations choc, le FN ne dit jamais rien de précis sur ce qu'il ferait concrètement. 

 

La majorité municipale, elle, prend ses responsabilités, avec ses valeurs de gauche. Une Gauche réaliste qui gère, prépare et vote un budget pour servir Wattrelos et les Wattrelosiens ! 

 

Pour lire la présentation du budget 2016, cliquer ici. 

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 11:43

Je me rends cet après-midi à l’école Curie pour remettre, en compagnie de Virginie Dussart, policière municipale impliquée dans les actions de prévention routière de la Ville, des cartes d’identité aux écoliers de CM1. Ce ne sont pas, bien sûr, des cartes nationales d’identité, mais un document, sous forme de triptyque, à accrocher au cartable par un anneau : les élèves pourront y noter les informations les concernant, les coordonnées de leurs parents, les numéros d’urgence, mais aussi prendre connaissance de règles à respecter lorsque l’on écoute de la musique au casque dans la rue (c’est le thème retenu cette année).

Mieux sensibiliser nos écoliers à leur protection !

Car cette action ludique, se veut surtout pédagogique, pour toujours mieux sensibiliser les enfants à la sécurité routière et aux dangers de la vie en ville. Cette action, la Municipalité la mène en partenariat avec la Fondation Boulanger (plus précisément le magasin d’Englos) représentée par Etienne Hurez : l’idée est de prévenir les dangers de la circulation, dont on n’a pas toujours conscience quand on est enfant (ces élèves ont passé l’an dernier leur permis piéton, comme tous les autres écoliers de CE2 de Wattrelos).

Tous les CM1 des écoles publiques de la ville recevront cette carte d’identité dans le courant du mois, pour mieux les protéger.

Mieux sensibiliser nos écoliers à leur protection !
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 09:51
Bienvenue au Magic World de Wattrelos !

Ce samedi, en milieu d’après-midi, nous dévoilons officiellement deux fresques murales, peintes par l’artiste Thierry Mordant, en compagnie d’ERDF, un des financeurs de l’opération.

Bienvenue au Magic World de Wattrelos !

Pourquoi ces deux fresques, sur le poste ERDF en bordure de l’impasse Vandendriessche et sur l’un des murs de l’école Jean-Macé ?

 

> D’abord pour rendre la ville plus belle, plus colorée. L’histoire des fresques murales est ancienne à Wattrelos. Mon prédécesseur avait fait réaliser l’estaminet place de l’Humanité ; j’ai fait réaliser celle de nos trois géants rue Delory, et celle de la gare sur le mur de notre conservatoire. Au cours du mandat précédent, nous y avions travaillé avec mon Adjoint Bernard Vanmarke, mais sa disparition avait freiné ce dossier. L’engagement de nouvelles fresques figurait dans le programme municipal pour deux raisons : là où il y a des fresques, les murs sont préservés de dégradations ; c’est quand même plus beau que des murs borgnes ou tagués !

 

A Bruxelles, dans bien des villes, sur bien des murs de briques, de telles couleurs, de telles œuvres existent : pourquoi pas à Wattrelos ? Et si Wattrelos devenait la « ville des 100 fresques » ? Nous aurions davantage de couleurs dans nos rues !

 

Merci à mes services techniques d’avoir rendu cela possible ; merci aussi à ERDF et à son directeur Stéphane Ledez, présent cet après-midi à mes côtés, d’avoir cofinancé ces oeuvres (participation de 2 500 euros, cela atténue beaucoup le coût total - 8 700 euros - des deux peintures). Nous signons d’ailleurs la convention à Jean-Macé.

 

> Ensuite pour donner leur chance à de jeunes Wattrelosiens. En  soutenant nos artistes, nous saluons leur talent et nous les épaulons : être artiste et vivre de ses œuvres n’est pas toujours facile, en effet.

 

> Enfin, avec ces deux fresques, nous rendons hommage à Thierry Mordant, un très grand artiste. J’ai une profonde admiration personnelle pour lui ; il porte haut le nom de Wattrelos, sa ville d’origine. Pouvoir admirer sur le mur de Jean-Macé une fresque d’un peintre habitué des expositions internationales, remarqué par le palais princier de Monaco, c’est un beau clin d’œil pour le quartier du Laboureur !

 

Thierry – Titi – c’est d’abord un univers qui fait voyager, incite à l’imaginaire, c’est un monde magique. Ce sont aussi des dizaines de timbres dessinés (pour Monaco, la France, l’Afrique, la Nouvelle-Calédonie ou la Belgique), tel celui du centenaire de la course cycliste Paris-Roubaix. C’est enfin la trilogie de sa vie : Wattrelos, Monaco, Québec, trois terres d'inspiration où il a vécu.

Bienvenue au Magic World de Wattrelos !

Thierry Mordant est un artiste plein de fantaisie, talentueux ; il est surtout wattrelosien ! Je lui offre donc avec un très grand plaisir, au terme de l’inauguration, une Berlouffe relookée : sur le bas du menton se détache un petit appendice laineux évoquant la barbichette caractéristique de Thierry !

Bienvenue au Magic World de Wattrelos !
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 22:40
Les voeux du Premier Ministre à Matignon !

Comme chaque année, le Premier Ministre Manuel Valls réunit les parlementaires de la majorité à l’Hôtel Matignon pour présenter ses vœux. J’y suis allé bien sûr, pour l’embrasser et lui renouveler les miens.

 

Entouré des présidents des groupes de la majorité (socialistes, radicaux, écologistes) de l’Assemblée et du Sénat, et de Claude Bartolone, président de l’Assemblée, Manuel Valls a mis en perspective ce début d’année :

 

« La France a été frappée pour ce qu’elle porte dans le monde. L’année 2015 restera marquée aussi par la crise des réfugiés ». Il insiste sur « le niveau de la menace terroriste : il faut être capable de répondre et de vivre avec cette menace. Tous les moyens doivent être mis en œuvre pour assurer la sécurité des Français. Le Sénat, dès le 9 février, va examiner la prolongation de l’état d’urgence. Les mesures adoptées en novembre étaient indispensables pour accélérer la lutte contre le terrorisme ».

Les voeux du Premier Ministre à Matignon !

« Mais l’urgence, c’est aussi l’emploi, la croissance ». Et de rappeler la stratégie économique de compétitivité, les premiers résultats et les nouvelles mesures annoncées par le Président de la République.

 

« 2016, c’est aussi l’Europe. Elle connaît plusieurs dangers : la dislocation, le manque de solidarité, la montée des populismes, la remise en cause du projet européen. La pérennité même de Schengen est posée.

 

La COP 21 a été un succès, et l’action de la France a été déterminante, mais il faut faire respecter cet accord et les engagements.

 

Enfin, le défi majeur est de fortifier la République, de donner des repères à nos jeunes (éducation), et d’être ferme sur ce qui fonde la République (laïcité, égalité - des territoires, accès au logement - lutte contre les discriminations).

 

L’année 2016 doit être utile : les Français veulent de la constance, de la cohérence, de la détermination. Réforme constitutionnelle, de la procédure pénale, projet de loi égalité / citoyenneté, code du travail, République numérique, droit des étrangers… sont des textes du XXIe siècle.

 

Dans les moments actuels, il est plus difficile de gouverner. Rien n’est écrit d’avance. Plus qu’un bilan, les Français vont nous demander de tracer des perspectives. Plus que jamais, nous devons être ambitieux pour ce pays incroyable qu’est la France !

 

Etre Français, c’est épouser des valeurs, une vieille histoire, mais aussi épouser le monde tel qu’il est ».

 

Le Premier Ministre a ensuite « invité à l’unité, à être déterminé, à réformer. Unité, fierté, confiance, détermination, optimisme », tels sont les vœux que Manuel Valls a adressé à sa majorité.

Les voeux du Premier Ministre à Matignon !
Partager cet article
Repost0